Samedi 17 août - Fierté Montréal

Steve Grand : le All-American Boy à Montréal

Julie Vaillancourt
Commentaires
Steve Grand
Photo prise par © Steve Grand
  • Steve Grand

Le 17 août, l’auteur-compositeur-interprète américain sera de passage à Montréal pour une performance dans le cadre de Fierté. Devenu une célébrité du jour au lendemain, le all-amercian boy, a pourtant gardé la tête froide. Alors en série de concerts à Provincetown, Steve Grand nous a accordé une entrevue pour discuter de ses fiertés musicales.

«Ce sera la première fois que je serai à Montréal! J’ai toujours voulu visiter cette ville, alors j’ai très hâte», confie Steve Grand au sujet de sa venue dans la métropole. Pour l’occasion, il sera accompagné de deux musiciens pour offrir un «son full band», bien qu’il promet une performance intimiste, avec des succès de son premier album All-American Boy et son second Not the End of Me, mais aussi de la musique d’artistes qu’il admire: «Pour les gens qui ne sont pas très familiers avec ma musique, je ferai aussi des reprises d’artistes, dont Elton John, George Michael, Queen», définitivement des idoles pour Steve, particulièrement Elton John, car «mes parents en écoutaient beaucoup», confie le musicien de 29 ans.

 

En juillet 2013, Steve Grand publie son premier vidéoclip sur YouTube qui met en scène l’histoire d’un jeune homme amoureux d’un ami hétérosexuel. «J’avais rempli ma carte de crédit pour faire ce clip avec des amis et une somme quand même très modeste. Je voulais le téléverser avant notre fête nationale du 4 juillet, alors j’ai publié le 1er. En 1 jour, ça a créé un momentum et en une semaine, ça a dépassé le million de vues.» Le clip devient viral et, du jour au lendemain, le jeune homme de l’Illinois devient mondialement connu. «C’était indescriptible, la chose la plus incroyable qui me soit arrivée. Ça a lancé ma carrière, j’en suis extrêmement reconnaissant. Performer ma musique à travers le monde pour la partager avec les gens qui veulent l’entendre est vraiment un rêve devenu réalité.» De cette rapide ascension vers la gloire, il y a eu heureusement peu de marques d’homophobie, confie le chanteur ouvertement gai. D’ailleurs, ce dernier avait confié à l'émission Good Morning America, que son coming-out à ses parents, à l’âge de 19 ans, ne fut guère aisé, puisqu’il ressentait beaucoup de honte, à l’époque, pensant «qu’il ne pourrait jamais les rendre fiers». Aujourd’hui, le sentiment est tout autre: «Je suis fier de ce que j’ai accompli et mes parents ont été extraordinaires. Ils m’ont accepté pour qui je suis et ils sont fiers de moi, alors je suis en paix avec tout ça!»

 

Malgré son succès, Steve Grand n’a pas signé avec une maison de disque et demeure indépendant, une façon de garder sa liberté créative, de «maintenir sa vision artistique», explique celui qui a lancé son second album, Not the End of Me, l’an dernier. Le single Disciple propose un vidéoclip travaillé, mettant en scène une chanson profonde qui conjugue homosexualité, foi et alcoolisme. «En général, lorsque j’écris mes chansons, je pense visuellement à la façon dont je les mettrai en scène. Cela dit, mon processus créatif est différent, chaque fois. C’est mystérieux. J’aime dire qu’à chaque fois que j’écris une chanson, je dois réapprendre à écrire une chanson», conclut Steve.

 

Avec une telle maxime, empreinte d’humilité, malgré sa gloire et son talent, soyez assuré que ce n’est pas «the end of Steve», à l’image du titre de son second album. Mais bien le commencement…

------------- 

Le spectacle de STEVE?GRAND, «All American-Boy» sera présenté le samedi 17 août, de 22h à 23h, sur la Scène Casino de Montréal, Parc des Faubourgs. www.fiertemtl.com