Fierté Vancouver 2019

À Fierté Vancouver, Trudeau marche aux côtés de May et Singh

Chantal Cyr
Commentaires

Justin Trudeau a participé dimanche au défilé de la Fierté de Vancouver avec le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh, et la cheffe du Parti vert, Elizabeth May.

Il en a profité pour fustiger le chef conservateur, Andrew Scheer, d’avoir boudé l’évènement pour une troisième année consécutive.«Il est important d'être ici, pour montrer que nous défendons sans équivoque les droits de la personne des Canadiens», a déclaré le premier ministre du Canada qui défilait au côté.

Deux fois plutôt qu’une, le chef libéral s’en est pris à son principal adversaire sur son absence du défilé, à quelques jours du lancement de la campagne électorale fédérale.«Il est simplement regrettable qu'il y ait encore des chefs de parti qui souhaitent être premier ministre et qui choisissent de défendre les personnes qui sont intolérantes au lieu de représenter la communauté LGBT. J'aimerais vraiment qu'Andrew Scheer soit ici aujourd'hui pour faire passer un message aux enfants des zones rurales qui pourraient être victimes d'intimidation et de difficultés, pour leur dire que nous les soutenons dans tous les domaines.»

Dans un courriel reçu par Global News dimanche, l’attaché de presse d’Andrew Scheer, Daniel Schow, a répondu aux propos de Justin Trudeau en soulignant les antécédents du chef conservateur en matière de discrimination et de haine «sous toutes ses formes».«Les conservateurs canadiens sont fiers de se battre pour les droits de tous les Canadiens, y compris ceux de la communauté LGBTQ, ici comme ailleurs», a déclaré Daniel Schow. «Il existe de nombreuses façons de soutenir ces communautés et il est essentiel que les droits de tous les Canadiens soient protégés sans distinction de race, de sexe ou de préférence sexuelle», a poursuivi l’attaché de presse. Scheer avait confirmé début juin qu'il ne participerait à aucun défilé de la Fierté au Canada cette année, pour la troisième année consécutive à laquelle il avait refusé de participer depuis son élection à la tête du Parti conservateur en mai 2017.

Dans une interview accordée au Globe and Mail en 2018, le chef de l’opposition a déclaré qu'il préférait soutenir les minorités sexuelles par des actes, comme de demander au gouvernement de condamner la persécution des personnes LGBTQ2 en Russie, pour justifier son absence des défilés.