Afrique du Sud

La première «ballroom» dédiée à la culture queer noire ouvre à Johannesburg

Sébastien Thibert
Commentaires

La première "ballroom" de la communauté black queer a ouvert ses portes à Johannesburg. Des centaines de personnes LGBTQ de la capitale sud-africaine célèbraient la création de House of Diamonds lors du premier "ball", des soirées emblématiques de la contre-culture queer dans le monde. 

"Nous nous sommes rendus compte qu'il n'y avait pas à Johannesburg d'endroit où les personnes trans, queer, noires, aux corps non-conformes,pouvaient sortir et se lâcher, expliquent les organisateurs de l'évènement. Un lieu où ils n'auraient pas de problèmes de toilettes, avec les videurs, un lieu où personne ne leur demande s'ils sont des hommes ou des femmes."

Pour cette première soirée, le thème de l'hiver a été retenu. Un concours de beauté où les participants étaient répartis en quatre "maisons" et une maison-mère, et s'opposaient dans des catégories telles que "La royauté africaine", ou "Les Stokhanas". 

"Tout lieu qui célèbre la culture queer noire doit être considéré comme sacré. Tout le monde doit s'impliquer autant que possible, parce que cette communauté est si souvent malmenée, surtout en Afrique du sud", a déclaré le performeur Lerato Mbangeni. 

L'Afrique du sud a inscrit dans sa constitution l'interdiction des discriminations liées à l'orientation sexuelle. À l'heure actuelle, il s'agit du seul pays d'Afrique ayant légalisé le mariage pour couples de même sexe. Mais les membres de la communauté LGBTQ continuent de subir des violences homophobes et de nombreuses personnes sont infectées par le VIH.