Santé et orientation sexuelle

Aux États-Unis, les thérapies de conversion pourraient toucher plus de 20 000 ados

Yannick LeClerc
Commentaires

Il y aurait urgence pour les adolescents LGBT états-uniens. Selon une étude publiée dans une revue de médecine américaine, 20 000 adolescents vont subir une thérapie de conversion avant leurs 18 ans.

Cette étude de médecins américains, publiée dans la revue New England Journal of Medicine tire la sonnette d’alarme. Selon les chercheurs, plus de 20 000 adolescents vivants aux États-Unis seront soumis à une thérapie de conversion avant leurs 18 ans. La pratique s’appuie sur une «science» manifestement fausse, écrivent notamment les auteurs.

 

« La thérapie de conversion est enracinée dans la notion que toute inclination non hétérosexuelle est une pathologie nécessitant un traitement curatif », ajoutent-ils.

 

Le Dr Carl Streed, médecin et coauteur de l’étude, a réaffirmé dans un communiqué la nécessité d’interdire ces pratiques. «En raison du manque de réglementation sur ces thérapies, tous les jours, de nombreux adultes et enfants continuent d’être escroqués, blessés et traumatisés.  Mais en termes simples, ces pratiques doivent cesser. (…)

 

Selon une autre étude publiée en janvier 2018, près de 700.000 adolescents LGBT auraient subi jusuq’à présent une thérapie de conversion aux États-Unis. «En plus des problèmes de santé que ces thérapies suscitent, ces pratiques représentent également un lourd fardeau économique pour les personnes LGBTQ et le pays en général », a déclaré le docteur Carl Streed.

 

Les auteurs ont souhaité attirer l’attention sur le fait que les thérapies de conversion ne sont pas encore interdites dans tout le pays. À ce jour, seuls 18 États américains ont adopté des lois interdisant ces pratiques aux personnes de moins de 18 ans. Et aucun État n’a interdit les «thérapies» adressées aux adultes.

 

Au Canadale gouvernement fédéral envisage lui-même des modifications au Code criminel, et nous avons appris qu’Ottawa avait exhorté en juin dernier tous les gouvernements provinciaux à bannir la «thérapie de conversion» pour les LGBTQ.