Asie

La Chine confirme l'interdiction de mariage pour les gais et les lesbiennes

Yannick LeClerc
Commentaires

La Chine n'a pas l'intention d'autoriser le mariage pour les gais et les lesbiennes. Taïwan - revendiqué comme partie intégrante de la Chine - a introduit le mariage pour tous, mais la République populaire refuse toujours de reconnaître les couples homosexuels.

Le président du Parlement chinois a réaffirmé mercredi que la République populaire ne voulait pas lever l'interdiction du mariage homosexuel.

Zang Tiewei a déclaré lors d'une conférence de presse que limiter le mariage aux couples hétérosexuels serait «conforme au système et aux traditions historiques et culturelles de notre pays». «Pour autant que je sache, la grande majorité des pays ne reconnaissent pas le mariage de même sexe», a-t-il ajouté en guise d'argument.

En mai dernier, l'île de Taiwan, considérée par la Chine comme une province renégate, a ouvert le mariage aux gais et lesbiennes devenant ainsi le premier territoire du continent asiatique à légaliser le mariage entre personnes de même sexe.

L'homosexualité a été légalisée en Chine en 1997. Cependant, les gais et les lesbiennes ne sont pas socialement reconnus en République populaire et vivent souvent dans la clandestinité pour éviter toute discrimination. Dans les médias, tous contrôlés par l'État et sur Internet, le régime restreint considérablement la visibilité de l'homosexualité.

En Chine, aucune loi antidiscrimination ne protège les minorités sexuelles ou de genre de la discrimination. Les couples de même sexe n'y ont aucune existence légale. Seule la région administrative semi-autonome de Hong Kong a reconnu un couple homosexuel pour la première fois l'an dernier. Cependant, étant donné les tensions actuelles entre la Chine et Hong Kong, il est difficile de savoir si l'ancienne colonie britannique conservera son système judiciaire indépendant.