Bilan 2019 - Fierté Montréal du 8 au 18 août

Une fierté comme on ne l’avait jamais vu à Montréal auparavant

André-Constantin Passiour
Commentaires
Défilé fierté 2019
Photo prise par © Serge Blais
Défilé fierté 2019
Photo prise par © Pascal Forest
Défilé fierté 2019
Photo prise par © Pascal Forest
Défilé fierté 2019
Photo prise par © Pascal Forest
Défilé fierté 2019
Photo prise par © Pascal Forest
  • Défilé fierté 2019
  • Défilé fierté 2019
  • Défilé fierté 2019
  • Défilé fierté 2019
  • Défilé fierté 2019

Et c’est le cas de le dire! D’entrée de jeu, on peut dire que l’atmosphère était à la fête, que la foule se dénombrait à environ 350 000 spectateurs, parmi lesquels on comptait de nombreuses familles et beaucoup, vraiment beaucoup de jeunes. Plus colorés que jamais, les groupes, organismes, institutions et entreprises essayaient tant bien que mal de respecter le thème de la couleur mauve du drapeau arc-en-ciel.

Près de 12 000 marcheurs qui intégraient 198 groupes ou contingents – ce qui a fracassé des records pour Montréal – ont pris part au défilé. Quelques protestataires n’ont ainsi pas réussi à miner la bonne humeur, le dynamisme et l’entrain des marcheurs, des organismes communautaires et des firmes qui, de plus en plus, affichent leur ouverture à la diversité de genre et d’orientation sexuelle.

Encore une fois, ce défilé (le 36e défilé LGBT à se tenir dans la métropole) empruntait la voir nord du boulevard René-Lévesque, de Stanley à Alexandre-DeSève, soit une distance d’environ 2,7 km.
défilé 2019
On ne compte plus les compagnies ou les regroupements sectoriels qui ont créés, avec le temps, des comités de la diversité, un réseau LGBTQ, etc. Trop souvent vu comme ultra conservateur, le secteur des institutions financières et des assurances s’est clairement ouvert à la diversité laissant ainsi s’afficher publiquement un grand nombre de leurs employés et de leurs alliés dans cette marche. 
 
Le domaine du transport, avec Air Canada (qui présentait le défilé cette année), la STM, Via rail et le CN, n’était pas en reste.
 
Drag-queens, gars de cuir, «puppies», super héros, jeunes déguisés en peluche, tout le monde sort pour manifester ses goûts, ses préférences et ses revendications pour démontrer que tout n’est pas acquis et que la route pour la pleine reconnaissance des droits est encore longue ici comme ailleurs. 
TD
Bien sûr, il y a les habitués: le GRIS-Montréal, la Coalition des familles LGBTQ+, À pieds levés, le Club Bolo, Équipe Montréal et les différents clubs sportifs et de loisirs, les JAG (Jeunes adultes gais et LGBT de Saint-Hyacinthe), Fierté Agricole, entre autres, mais on a pu observer aussi le groupe chaudement applaudi de Fierté Val d’Or, une délégation du Vermont, Fierté Winnipeg qui invitait d’ailleurs les gens à y séjourner pour ses festivités en mai 2020. Et puis il y avait cet unique marcheur avec sa banderole de Hong Kong Pride. Curieusement, de l’autre côté du terre-plein, on pouvait voir des drapeaux de la République populaire de Chine portés par un groupe, comme en protestation à ce marcheur solitaire… Oui, Pékin a le bras long.
Thierry Mugler Fierté 2019 musée des beaux-arts
Les politicien.nes défilent et ne se défilent pasRevenant du congrès des jeunes caquistes, à Sherbrooke, François Legault s’est joint aux nombreuses personnalités politiques du cortège. «C’est la première année que je suis premier ministre, je pense qu’on peut être fier, le Québec est l’un des endroits des plus ouverts, où on ne fait pas de distinction […]», a dit François Legault sous les yeux attentifs du premier ministre Justin Trudeau et de la mairesse de Montréal, Valérie Plante. 
Justin Trudeau au Défilé Fierté Montréal Pride
«M. Legault doit entendre qu’il y a des gens dans la communauté qui sont insatisfaits, mais qu’il soit là [M. Legault] c’est la moindre des choses. Tout le monde est là à la Fierté et c’est bien ainsi», a voulu noter Manon Massé, la co-porte-parole de Québec solidaire. 
 
On a pu voir dans la foule quelques pancartes et un petit groupes de jeunes qui scandait «Fuck Legault». Par ailleurs, un regroupement portant un drapeau palestinien, protestait contre la présence de Justin Trudeau criant «Trudeau hypocrite» et un protestataire exigeait de lui un recul concernant les pipelines.

defilé 2019 Casino 

Prix du Jury 2019

Le Jury composé de Julie Lemieux (mairesse de la municipalité de Très-Saint-Rédempteur et gouverneure à la Fondation Émergence), d’Yves Ulysse (ex-coprésident d’Arc-en-Ciel d’Afrique et directeur chez M3/Mode Masculine Montréal) et de Michel Villeneuve (membre du Conseil d’administration de Fierté Montréal), a octroyé les prix suivants :

  • Groupes communautaires: ex-aequo Coalition des familles LGBTQ+ et Enfants transgenres Canada
  • Interprétation du thème (la couleur mauve): le Casino de Montréal
  • Animation de foule: GRIS-Montréal  Chorégraphie de groupe: Sunlife
  • Costumes et maquillage: Musée des beaux-arts de Montréal
  • Groupe corporatif qui s’est démarqué: Banque TD
Plus tôt, avant le départ qui a été donné finalement vers 13h30, plusieurs politiciens participaient à une conférence de presse pré-défilé.  «Il ne faut pas juste être content de ce défilé lors de la Fierté, il faut aussi continuer d’apporter des changements concrets et positifs dans la vie des gens», a commenté le premier ministre Justin Trudeau lors de la conférence de presse avant le départ du défilé.
 
«Je tiens à souligner et à remercier cette culture militante qui est si importante dans une ville comme Montréal, entre autres, parce que ça fait avancer notre réflexion, ça nous ouvre l’esprit et ça change le monde. Ça change la société», a noté la mairesse de Montréal, Valérie Plante, prenant la parole après Justin Trudeau. «Montréal est LA ville où doit se tenir le World Pride 2023», a-t-elle lancé en rapport avec la candidature de Montréal à cet important rassemblement mondial LGBT.
 
«C'est un défilé très important pour l'avancement des droits LGBT, pour atteindre la pleine acceptation et la reconnaissance sociale», a tenu à souligner le président fondateur de Fierté Montréal, Éric Pineault.
 
«On est maintenant en campagne pré-électorale et on veut montrer au monde qu’on est là pour les gens», a dit pour sa part le chef du NPD, Jagmeet Singh qui arborait un beau turban jaune pétant.
 
«Cette journée-là est agréable, elle est le fun, mais elle est aussi nécessaire et utile. Tous les enjeux ne sont pas réglés et la discrimination existe toujours», a dit quant à lui Yves-François Blanchet, chef du Bloc québécois. Les chefs Andrew Sheers et Maxime Bernier brillaient par leurs absence. 
Gris