Du 5 septembre au 13 octobre 2019 : Momenta

Se pencher sur la vie des choses

Yves Lafontaine
Commentaires
sur la vie des choses

Du 5 septembre au 13 octobre 2019, la 16e édition de la biennale présente 39 artistes autour du thème La vie des choses, sous le commissariat de María Wills Londoño en collaboration avec Audrey Genois et Maude Johnson.

MOMENTA | Biennale de l’image est une manifestation d’art contemporain, qui se déroule dans divers lieux à Montréal, à chaque deux ans depuis 1989. Fondé sous l’appellation Le Mois de la Photo à Montréal, l’organisme a été rebaptisé MOMENTA | Biennale de l’image en 2017. Cet automne, la biennale s’unit à 13 lieux clés du milieu artistique pour présenter les 13 expositions de MOMENTA 2019, réunissant 39 artistes en provenance de 20 pays. La comédienne québécoise Anne-Élisabeth Bossé, porte-parole de MOMENTA 2019, invite le public à découvrir La vie des choses, où dialogueront les dimensions consuméristes et symboliques des objets. Parmi les nombreuses expos, voici celles qui ont attirées notre attention…
 
À la Galerie B-312, Maggie Groat et Jamie Ross explorent l’énergie singulière dont les objets sont chargés, en s’intéressant aux connexions entre l’esprit et le corps, l’image et l’objet, la vie et la mort. Avec son installation Maggie Groat compose une ambiance domestique qui bouleverse de manière subtile l’ima-Page ginaire collectif en générant des connexions, des dispositions ou des visions alternatives. Dans l’installation vidéographique Cate Hill, Ross met en exergue le pouvoir symbolique qui résiderait dans la matière, et où, hors des conventions et du temps, l’énergie des objets qui peuplent l’espace offre un réel potentiel de régénération.
 
Au Musée des beaux-arts de Montréal (MBAM), Alinka Echeverría montre deux installations contrastées, qui examinent la représentation des femmes en mettant en question les récits officiels du médium photographique. Les œuvres sont composées d’images de femmes, dont certaines sont agrandies jusqu’à être illisibles. 
 
À OPTICA, Batia Suter montre son hypnotisante installation Radial Grammar, qui combine des images imprimées et projetées où sont représentés différents objets. Qu’elle soit induite par un léger décalage, un plan inusité, l’absence de couleurs ou une facture voilée, une incertitude émane des photographies qui ponctuent la galerie, laquelle prend la forme d’un atlas immersif. 
 
À la Galerie Leonard & Bina Ellen, Jonathas de Andrade montre deux œuvres saisissantes, où il aborde certains paradoxes ayant trait à la violence. 
 
Au Musée McCord, Celia Perrin Sidarous montre sa méticuleuse installation L’archiviste, œuvre où elle joue avec la représentation comme avec la matérialité de l’image et des objets. Dans plusieurs mises en scène photographiques, l’artiste aborde les notions de trace et de mémoire en s’intéressant aux expériences vécues des objets physiques et représentés, accumulées au fil du temps. 
 
Au Musée d’art contemporain de Montréal, Francis Alÿs montre sa désarmante série Children’s Games. Composé d’une vingtaine de vidéos, ce projet fait l’inventaire de scènes de jeu d’enfants dans le monde. Les images montrent des enfants qui font d’objets simples et anodins – chaises, pièces de monnaie, sable, pierres, etc. – la matière première d’univers improbables et fantastiques. 
 
Au Centre CLARK, Hannah Doerksen montre l’installation MAKING A RELIGION OUT OF ONE’S LONELINESS, qui adopte la forme d’un sanctuaire de la solitude tout à la fois insolite et familier. Reprenant la configuration intérieure d’une église, l’installation amalgame lieu de culte et salle d’attente. 
 
À Dazibao, Karen Paulina Biswell, Laura Huertas Millán et Ana Mendieta sont réunies autour de la question de la liberté. Émancipatrices, leurs œuvres mettent en lumière des stratégies où les femmes se saisissent du pouvoir à travers la réappropriation de leur propre représentation, devenant sujets plutôt qu’objets. 
 
Dans le quartier Mile End, sur les façades d’Aire commune, de B-612, de la Boulangerie Guillaume, du Loft créatif, de M Coiffure, du Ping Pong Club et de Société Jeux, Izumi Miyazaki expose sa série d’autoportraits surréalistes. 
 
Comme vous pouvez le constater, cette biennale vouée à l’image offre une série de rendez-vous exceptionnels. À vous de les explorez et d’y découvrir des trésors… 
 
MOMENTA,
du 5 septembre au 13 octobre 2019,
propose 13 expositions.