Prêt pour l’action

Plaisir, encore du plaisir, mais en toute sécurité

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Prêt poour action

Peut-être avez-vous vu la courte et amusante vidéo, ou encore pris au cours des journées de la Fierté le dépliant «Guide santé SEXE» produit, en collaboration avec Fierté Montréal, par la Direction régionale de santé publique de Montréal. Un message appelant à la prévention et au dépistage. Même si l’été se termine, que la campagne de diffusion est terminée, il est bon de rappeler que le VIH et les ITSS ne sont pas des maladies saisonnières.

Prêt pour l'actionDonc le dépliant, qui entre autres cite les ressources, peut être conservé et consulté toute l’année. Au cas où l’on veuille en savoir plus. Au cas où l’on s’inquiète de sa santé sexuelle. Au cas où l’on souhaite prendre en main sa santé sexuelle.
 
Pour les auteurs de ce dépliant et qui ont travaillé aussi sur le contenu de la vidéo, il était important que le message soit clair, accessible et simple mais surtout sans jugement sur les comportements sexuels. «Même si les effets de la PrEP se font sentir avec une diminution remarquée des cas d’infection au VIH, il ne faut pas baisser les bras et continuer à encourager les hommes ayant des relations sexuelles avec d’autres hommes (HARSAH) à faire plus attention à leur santé sexuelle, constate Gabriel Girard, agent de planification et de rechercher à la DRSP de Montréal, et un meilleur suivi permet de contrer aussi la transmission d’autres infections sexuelles.»
 
La PrEP ou prophylaxie pré-exposition donne des résultats encourageant mais beaucoup de gais n’osent pas en parler à leur médecin de famille par peur du jugement sur leur comportement sexuel qui pourrait être perçu comme 
irresponsable. Alors que c’est tout le contraire pour le chercheur Gabriel Girard. «Un gars qui souhaite obtenir la PrEP fait preuve de responsabilité pour sa santé. Mais les professionnels de la santé peuvent être réticents, ou encore ne pas bien connaître les données dont nous disposons et qui démontrent de façon probante que la PrEP fonctionne comme un barrage au virus du Sida.» Et c’est pour aider le soignant que le dépliant donne l’adresse du Portail VIH?Sida : maprep,org. «Si le médecin a des questions ou des doutes sur le traitement, il a ainsi accès à toute l’information nécessaire et validée par les experts», conclut Gabriel Girard.
 
Mais pour rejoindre le maximum de personnes, la DRSP de Montréal a eu l’idée d’une très courte vidéo d’animation, une minute en tout, qui met en scène les emojis utilisés par les hommes sur les sites de rencontre. Entre autres l’emoji aubergine dont je laisse le soin aux lecteurs/lectrices d’apprécier ce qu’il représente dans la communication virtuelle rapide. «Cette vidéo rappelle les cinq recommandations de la prévention, explique le collègue de Gabriel Girard à la DRSP, Pascal Simon, dont l’utilisation de condoms et de lubrifiants, du dépistage le qu’un statut du VIH indétectable signifie qu’il n’y a aucun risque de transmission; et enfin qu’il existe des traitements comme la PrEP, ou encore la PPE, la prophylaxie post-exposition.» Bien évidemment, la vidéo incite ceux  qui la regardent à s’informer pour une santé sexuelle à moindre risque.
 
La vidéo et le dépliant ont été réalisés en partenariat avec d’autres organismes comme l’ACCM, REZO, Montréal Ville sans Sida, Maison Plein-Cœur, Portail VIH, KontaK, et Fierté Montréal. D’ailleurs, la vidéo se nomme: Capsule Fierté. «Il est important pour nous de travailler en lien avec les organismes communautaires et de produire du matériel conjointement. 
 
Bien évidemment cette campagne en droite ligne avec la feuille de route d’atteindre l’objectif fixé, Montréal, ville sans sida, qui mobilise les principaux acteurs et actrices des différents milieux VIH/Sida. «L’accès par exemple est très inégal pour la PrEP, avance Pascal Simon. De plus, on se rend compte, même si les chiffres montrent une baisse significative des taux de transmissions du VIH, que tout le monde est au fait de la PrEP, ce qui n’est pas le cas. Il est donc important que le ministère de la Santé embarque dans cette campagne d’information et de prévention.»
 
D’autres actions de la DRSP publique en lien avecses partenaires communautaires sont prévues. Bref, pour pouvoir passer à l’action en toute sécurité.