Quatre années à la Présidence de la CC-LGB

Le bilan de Steve Foster

Michel Joanny-Furtin
Commentaires
Steve Foster

Il aura présidé la Chambre de commerce LGBT du Québec (CC-LGBT-Q) ces quatre dernières années. Steve Foster a accepté de faire le bilan d’un mandat qui se solde sur une belle réussite.

«Je quitte parce que j’ai donné le meilleur de moi-même», explique Steve Foster, président sortant de la CC-LGBT-Q. «En étant impliqué dans les réseaux associatifs des communautés LGBTQ+ depuis près de 14 ans, j’ai besoin d’une pause». En effet Steve a travaillé à la CCGQ au début des années 2000, puis il a mis en place ce qui est devenu le Conseil québécois LGBT pendant neuf ans, avant de présider la Chambre de commerce LGBT du Québec ces quatre dernières années.
 
«En acceptant la présidence de la Chambre, je savais qu’il y aurait quelques difficultés à gérer. Mais je ne savais pas que sa réalité financière était plus inquiétante que prévue avec un déficit de 70 000$ et un litige en cours à la CNESST (Commission des normes du travail)», admet-il. «Malgré le fait de devoir sortir de cette situation le plus rapidement possible, cela ne nous a pas empêché de mettre en place le Plan stratégique 2016-2021, présenté dès l’AGA de juin 2016.»
 
À deux doigts de la dissolution
La CC-LGBT-Q faisait alors face à une décision importante: poursuivre les activités ou dissoudre la Chambre. Conscient des impacts sur la survie de la Chambre, le Conseil d’administration a décidé de poursuivre et de faire une chose à la fois. «La prio-rité était de continuer les activités afin que les membres embarquent quoi qu’il advienne. Nous avons coupé le poste de directeur général pourtant à temps partiel, et choisi de faire tout cela bénévolement.»
 
Même s’il n’y avait plus de permanence, la CC-LGBT-Q a maintenu le programme de francisation pendant un an, mais ce n’était pas payant pour la CC-LGBT-Q. «Cela a été mon moteur pendant mes quatre années à la présidence de la CCLGBTQ: assurer la pérennité de la Chambre, développer nos relations poli- tiques, rendre les [email protected] mensuels plus attractifs.», détaille Steve. «Il fallait rebâtir tous les partenariats, et rendre la Chambre attrayante de nouveau. Et nous avons réussi à ce que ces difficultés transparaissent peu. Les appuis politiques que j’avais développé auparavant ont aidé au redressement de la Chambre», commente-il. «En participant à nos activités depuis 2016 (L’Estival et ses 200 convives; le Souper des Fêtes, plus intime, mais très couru), ils ont contribué à la crédibilité et la pertinence de la CC-LGBT-Q et de son gala, le Phénicia.»
 
Des finances saines et un solde positif
Suspendu en 2015, la refonte du Phénicia en 2016 en termes de trophées, de dates et d’organisation, a été un élément important pour le développement de la CC-LGBT-Q. «On est passé de 140 convives en 2014, à 410 en 2019. Par ailleurs, aucun Phénicia n’a été déficitaire depuis 2016!» L’impact majeur de ces décisions fut de redonner confiance aux membres et aux partenaires et d’en attirer de nouveaux. Steve Foster tient d’ailleurs à remercier chaleureusement la TD et RBC pour leur soutien sans lequel la gestion de la chambre aurait été beaucoup plus difficile.
 
Après quatre ans, les finances sont saines et affichent un solde positif de 60 000$ après le paiement des charges, baux, crédits, etc. «Je suis content de quitter en laissant notre Chambre de Commerce LGBT du Québec en bon état», affirme Steve Foster. «Je suis fier du travail à long terme mis en place pour gérer dans les temps les rapports financiers, et la transparence de cette gestion auprès de nos membres. Mais on ne fait jamais rien tout seul», insiste le président sortant. «Ces réalisations sont collectives grâce à l’implication des membres du CA et des partenaires. J’avais près de moi une équipe extraordinaire: j’ai pu compter, entre autres, sur la disponibilité indéfectible de Thierry Arnaud, mais aussi d’Élodie Palluet pour les [email protected], de Manon Deschênes puis de Francis Salvadori pour la comptabilité, de Constantino Soulière et Jonathan Poitras pour les sites web de la Chambre et du Phénicia; bref toute une équipe qui a travaillé avec la même vision. Je leur suis très reconnaissant.»
 
Et l’avenir de la CC-LGBT-Q ?
Le passage de Steve Foster à la présidence de la Chambre ainsi que celui de tous/tes les administrateurs/trices, depuis les quatre dernières années, auront permis de redresser l’organisme et d’en accroitre sa notoriété et sa crédibilité. Cependant, pour le président sortant un défi de taille demeure, soit un financement de base récurent qui permettrait d’assurer une permanence viable.
 
«Il ne faut pas oublier que la CC-LGBT-Q a une double mission, à la fois économique et sociale. Il faut d’une part développer, pour les membres, une offre de services propices aux affaires, mais aussi promouvoir l’inclusion et la reconnaissance dans le milieu des affaires et du travail. D’où l’importance pour les instances politiques de soutenir le développement des Chambres de la diversité», rappelle Steve.
 
Mais le président sortant demeure plus qu’optimiste pour l’avenir de la Chambre. «Il y a assez de talent au sein des membres et du conseil d’administration pour relever avec brio les défis à venir», conclut Steve Foster.