Zimbabwe

L'ancien dictateur homophobe est mort

Chantal Cyr , L'agence AFP
Commentaires

Robert Mugabe, ex-dirigeant dictatorial du Zimbabwe, tristement célèbre pour son homophobie, est décédé en exil à Singapour à l'âge de 95 ans.

Mugabe avait dirigé le pays avec dureté depuis son accession à l'indépendance en 1980 jusqu'à son éviction par l'armée en 2017.

Tout d'abord, il avait été salué pour son travail en faveur de la lutte de libération contre le pouvoir colonial britannique, puis s'était développé en un autocrate avide de pouvoir. Il a détruit économiquement l'ancien grenier d'Afrique et d'être responsable de la famine alors qu'il résidait dans le luxe.

Pendant son mandat, Mugabe a provoqué à plusieurs reprises l'indignation par des propos homophobes.

En 1996, par exemple, son prédécesseur, Canaan Banana, avait été arrêté et inculpé d'homosexualité présumée.
Par la suite, il a à plusieurs reprises prononcé des tirades contre les LGBT: il a qualifié l'homosexualité de « maladie sale » ou menacé les homosexuels de décapitation.

Sa phrase la plus célèbre était que les homosexuels sont « pires que les chiens et les cochons ».

En 2015, devant l'Assemblée générale des Nations Unies il avait déclaré « nous rejetons les tentatives d'engager de nouveaux droits contraires à nos valeurs, normes, traditions et croyances. » Nous ne sommes pas des homosexuels! ". 

Au Zimbabwe, les peines de prison à long terme pèsent sur les auteurs de rapports sexuels entre hommes. Depuis 2006, à la demande de Mugabe, un « comportement » homosexuel en public conduit à l'emprisonnement. Depuis son limogeage, les lois homophobes du pays n'ont pas changé.