Élections fédérales 21 octobre

La position des partis fédéraux sur les enjeux LGBTQ+

Commentaires
Photo prise par © iStock

À l’approche des élections provinciales du lundi 21 octobre 2019 et afin de vous aider à faire votre choix, Fugues a fait parvenir une série de questions aux six partis principaux pour connaître leur position officielle et leurs engagements sur différents sujets d’intérêts pour les personnes LGBTQ+ du Canada et en particulier du Québec.  

Précisons que nous n'avons pas toujours pas eu de retour du Parti conservateur du Canada, malgré plusieurs rappels téléphoniques et courriels.

De même, le Parti Populaire du Canada, par la voix de son porte-parole Martin Masse, nous a signifié laconiquement que «le parti n'avait pas développé de positions sur les sujets LGBT». La raison invoquée, c'est que le PPC est «un parti jeune» et qu’il n’avait «pas les ressources pour le faire». 

Notez que l’ordre des réponses des quatre partis qui ont pris la peine de nous répondre (le Parti Libéral, le Nouveau Parti Démocratique, le Bloc Québécois et le Parti Vert), a été octroyée de manière aléatoire tout au long du questionnaire…

Vous pouvez aussi lire notre article résumé au lien suivant ICI.

 

QUESTIONS 

 

1. Comment votre parti se positionne-t-il par rapport à la lutte contre l’homophobie et la transphobie?  

 

BLOC QUÉBÉCOIS  C’est notre députée Monique Pauzé qui s’est levée au Parlement pour défendre le droit à l’avortement.  Il en sera de même pour la Politique contre l’homophobie et la Transphobie que nous exigerons, avec des budgets conséquents pour son application. 

 

PARTI LIBÉRAL Nous croyons fermement qu’il faut continuer à avancer pour créer un Canada inclusif pour toutes les minorités sexuelles et de genre. Soyons clairs : nous continuerons de lutter sans relâche contre l’intolérance et la discrimination. Aucune personne ne devrait craindre pour sa sécurité ou son bien-être physique et émotionnel en raison de qui elle est ou de qui elle aime.

Au cours des quatre dernières années, nous avons démontré un leadership fort, tant sur la scène nationale qu’internationale, pour soutenir les personnes LGBTQ2 et lutter contre l’homophobie, la transphobie et la biphobie. 

Nous avons adopté une nouvelle loi (C-16) qui interdit la discrimination basée sur l’identité ou l’expression de genre. Nous avons refinancé le travail crucial que font les groupes communautaires LGBTQ2, mais que le gouvernement conservateur avait coupé. Nous avons signé le règlement hors Cour le plus important de l’histoire pour redonner justice aux nombreuses personnes LGBTQ2 qui ont subi des discriminations alors qu’elles étaient à l’emploi du gouvernement fédéral en 1969 et dans les années qui ont suivi. Nous avons créé un poste de conseiller spécial du Premier ministre quant aux questions qui touchent la communauté LGBTQ2, en plus de créer le Secrétariat LGBTQ2. À l’international, nous avons annoncé des investissements de plus de 1 milliard de dollars pour faire progresser le droit des personnes LGBTQ2. 

Notre parti est déterminé à donner justice aux personnes LGBTQ2 et à continuer de se battre pour que leurs droits soient respectés au Canada et dans le monde. 

 

NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE  Bien que le Canada ait fait d’importants progrès dans la défense des droits des personnes LGBTQI2S+, il reste encore beaucoup à faire pour améliorer la vie de ces personnes et pour faire du Canada un pays où tout le monde peut vivre sans haine ni préjugés. 

 

 PARTI VERT Le mouvement de défense des droits des communautés LGBTQI2+ (personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, transgenres, queers, intersexuées, bispirituelles et autres) au Canada a fait d’énormes progrès dans un laps de temps relativement court. Les militants ont joué un rôle fondamental en faisant du Canada un chef de file sur le front du droit à l'égalité des LGBTQI2+ ? prestations et pensions versées aux conjoints de même sexe, langage anti-harcèlement et anti-discrimination ? en faisant la promotion d’un changement législatif progressif grâce à des campagnes publiques. Il reste cependant encore beaucoup à faire. 

Le Parti vert a milité pour la légalisation du mariage entre personnes de même sexe dans les années 1980 et il a été le premier parti politique à le faire. Les Verts estiment que la liberté sexuelle consensuelle constitue un droit humain fondamental et que l’acceptation des membres des communautés et des identités LGBTQI2+ et la manifestation de sympathie à leur égard sont indispensables à une véritable justice sociale et à l’équité. Nous déclarons que l’identité de genre est une expérience individuelle propre à l'expression de genre de chaque personne, que chacun a le droit de définir son genre et de l’exprimer librement et que les personnes intersexuées ont le droit de vivre en ayant une autonomie corporelle complète. Nous déclarons que tous les jeunes gens méritent d'avoir accès à une éducation sexuelle et détaillée reposant sur une compréhension approfondie des diverses sexualités, des divers genres, de la biologie intersexe et du consentement éclairé. 

 

2. Considériez-vous la mise en place de campagnes nationales sur les valeurs canadiennes incluant les réalités de la diversité sexuelle et de genre ?


NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE  Les néo-démocrates s’élèveront toujours contre toutes les formes de haine, le racisme, incluant le racisme anti-Noir, l’antisémitisme, l’islamophobie, la violence fondée sur le sexe, l’homophobie et la transphobie. 

 

PARTI LIBÉRAL Il y a plusieurs enjeux pour lesquels la sensibilisation du grand public peut aider à faire plus de progrès, plus rapidement. Plusieurs organisations font déjà un excellent travail pour informer et sensibiliser leurs concitoyens, et ce particulièrement dans la communauté LGBTQ2. Nous souhaitons supporter ces organisations, tout en démontrant clairement que nous sommes des alliés pour ces enjeux importants. 

 

PARTI VERT  Oui, les Verts veulent mettre sur pied des campagnes nationales sur les valeurs canadiennes qui tiennent compte des réalités de la diversité sexuelle et du genre. Les Verts veulent financer des programmes communautaires d’éducation et de sensibilisation qui mènent à une meilleure compréhension de l’intersexualité et de la diversité des sexualités et des identités de genre ainsi que des programmes d’aiguillage des personnes transgenres, non binaires et bispirituelles vers les services compétents. 

 

BLOC QUÉBÉCOIS  Le gouvernement conservateur a retiré du Guide aux nouveaux arrivants toutes les mentions relatives à la diversité et à l’égalité des sexes et des genres. Le gouvernement libéral s’était engagé à les rétablir, ce qui n’a toujours pas été fait. Le Bloc les talonnera. 

 

3Votre parti poursuivra-t-il l'initiative du gouvernement sortant de nommer un conseiller auprès du premier ministre ? Ou envisagez-vous une autre structure ?


PARTI VERT  Oui, nous poursuivrons l'initiative du gouvernement sortant de nommer un conseiller auprès du premier ministre. 

 

BLOC QUÉBÉCOIS  Plus qu’un conseiller, il faudrait la création d’un bureau indépendant, non partisan, qui gèrerait et recevrait les projets LGBTQ et ceux à la lutte à l’homophobie. Notre candidat gai de Laurier–Sainte-Marie souhaite également établir ses bureaux rue Sainte-Catherine afin d’être plus accessible et sensible aux demandes des organismes communautaires et LGBTQ. 

 

PARTI LIBÉRAL La création d’un poste de conseiller du Premier ministre était une mesure prioritaire pour nous. Cette mesure est efficace, car elle assure que les enjeux soient toujours pris en compte dans le cadre de l’élaboration de toutes nos politiques publiques. Elle démontre également le réel engagement de notre parti à promouvoir et protéger les droits de tous les membres de la communauté LGBTQ2. Nous avons donc l’intention de maintenir ce poste, mais nous sommes ouverts à travailler avec les intervenants du secteur pour améliorer les structures existantes, voire pour en créer de nouvelles en partenariat avec la communauté. 

 

NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE  Oui. 

 

4. Votre parti est-il d’avis qu’il faudrait modifier le Code criminel pour interdire les thérapies de conversion ?


PARTI LIBÉRAL Notre position est claire : les thérapies de conversion sont inacceptables et doivent être dénoncées. Comme nous l’avons annoncé récemment, notre gouvernement étudie présentement les changements législatifs – incluant au Code criminel – qui devront être mis en place pour interdire les thérapies de conversion. Nous souhaitons également travailler avec les provinces et les territoires et les différents ordres professionnels pour assurer que ces thérapies soient définitivement bannies. Nous nous engageons à poursuivre ce travail pour mettre un terme le plus rapidement possible à ces pratiques discriminatoires. 

 

NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE  En ce qui concerne l’orientation sexuelle et l’expression de genre, des pratiques préjudiciables comme les prétendues « thérapies de conversion » n’ont pas leur place au Canada. Nous allons élaborer un plan d’action pancanadien visant à interdire les thérapies de conversion pour les mineur.es au Canada, et nous allons collaborer avec les provinces et les territoires pour appuyer l’élimination de cette pratique dans toutes les régions du pays. 

 

PARTI VERT  Oui, un gouvernement vert interdirait et condamnerait la pratique de la thérapie de conversion sous toutes ses formes. 

 

BLOC QUÉBÉCOIS  Tout à fait. C’est un non-sens et il est temps de cesser d’aligner les politiques canadiennes sur le conservatisme des Américains. 

 

5. Avec le succès des traitements contre le VIH qui rendent indétectable et donc intransmissible la grande majorité les personnes séropositives, votre parti considère-t-il qu’on devrait décriminaliser le risque de transmission du VIH ?


BLOC QUÉBÉCOIS  Oui, on devrait reconsidérer la chose. 


NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE  Le NPD soutient toute mesure qui réduit la criminalisation et la stigmatisation des personnes vivant avec le VIH. Nos lois devraient refléter la science : les recherches actuelles montrent que l'activité sexuelle avec une personne vivant avec le VIH qui suit un traitement tel que prescrit et qui a maintenu une charge virale supprimée pose un risque négligeable de transmission. 

Mettre fin à la criminalisation n'est pas seulement une question de changer ou de ne pas changer le Code criminel ; le gouvernement doit investir dans l'éducation et la prévention pour aider à réduire la stigmatisation associée au VIH. 

 

PARTI LIBÉRAL Nous sommes déterminés à lutter contre le VIH et contre la discrimination que subissent les personnes séropositives. C’est pour cette raison que, le 1er décembre 2018, notre ministre de la Justice a signé la Directive concernant les poursuites relatives aux cas de non divulgation du VIH. 

La directive reflète les preuves scientifiques et ordonne aux avocats du gouvernement fédéral de ne pas intenter de poursuite contre une personne vivant avec une charge virale indétectable, puisqu’il n’existe pas de possibilité de transmission. La directive reconnaît que la criminalisation affecte de manière disproportionnée les populations vulnérables, qu’elle décourage les individus à se faire dépister et, surtout, que le VIH est d’abord et avant tout un problème de santé publique (et non de droit criminel).

Le Premier ministre et la ministre de la Santé ont également affiché publiquement leur adhésion à la campagne I=I (Indétectable = Intransmissible) et ont annoncé des investissements importants en matière de recherche et en appui aux organismes de lutte contre le VIH. 

Le ministre de la Justice mène présentement des consultations auprès des personnes vivant avec le VIH, des organismes communautaires et de la communauté scientifique afin de continuer d’avancer en ce sens. L’une des options explorées est de modifier le Code criminel pour assurer que les tribunaux cessent de criminaliser les comportements sexuels qui ne posent pas de risque. 

Notre gouvernement s’engage à continuer à travailler pour mettre fin à toute injustice et discrimination que vivent les personnes séropositives.

 

PARTI VERT  Oui, le Parti vert du Canada est d'accord avec les recommandations du Comité permanent de la justice et des droits de la personne de la Chambre des communes et s'est engagé à appliquer ces mesures (y compris le retrait de la non-divulgation du VIH de la portée des lois sur les agressions sexuelles). 

  

6. Selon votre parti, quel devrait être l’engagement financier du Canada concernant le Fonds Mondial de lutte contre le paludisme et le sida?


PARTI LIBÉRAL Pour l’année 2019, le Fonds Mondial a demandé aux pays d’augmenter de 15% leur contribution envers la lutte contre le paludisme et le sida. Notre gouvernement a fièrement relevé ce défi. Ainsi, le 22 août 2019, le Canada a annoncé qu’il augmentait sa contribution de presque 16%, pour un total de 930 millions. Cette contribution permettra de continuer la lutte contre le paludisme, le sida et la tuberculose, qui affectent les populations les plus vulnérables partout dans le monde.

C’est la deuxième fois que notre gouvernement démontre son engagement envers le Fonds Mondial puisqu’en 2016, notre gouvernement avait annoncé une première augmentation de 24% de son financement (814 millions). 

Nous continuerons de soutenir le Fonds Mondial durant le prochain mandat. 

 

PARTI VERT  Un gouvernement vert : 

Accroîtra le budget de l’aide au développement international du Canada pour qu’il atteigne l’objectif fixé à 0,7 pour cent du PIB par l’ancien Premier ministre Pearson, que le Canada n’a jamais réalisé, mais que nombre de membres du groupe de donateurs de nos alliés ont déjà dépassé. ?

Examinera la politique fédérale pour se conformer aux 17 objectifs de développement durable et élaborer un mécanisme afin de surveiller les progrès accomplis par rapport à ces objectifs au pays et ailleurs dans le monde. ?

 

NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE  Afin d’améliorer la santé globale, le Canada devrait contribuer davantage au Fonds international pour lutter contre le SIDA, la tuberculose et la malaria, afin de mettre fin à ces épidémies et d’appuyer les systèmes de santé dans les pays en développement. 

 

BLOC QUÉBÉCOIS  Le Canada s’aligne tristement du côté des pharmaceutiques. Il doit cesser de ralentir le développement et la recherche de vaccins. La lutte au crystal et aux opiacés ici à Montréal devrait aussi être abordée prioritairement. 

 

7. Le Canada devrait-il imiter, selon votre parti, l’Espagne, le Portugal et l’Italie, où l’exclusion de don de sang touche les pratiques à risque et où on ne fait plus de différence entre le don de sang des hétérosexuels et celui des homosexuels?


PARTI VERT  Oui, un gouvernement vert mettrait fin à l’interdiction discriminatoire de don de sang. ?

 

BLOC QUÉBÉCOIS  Tout à fait.

 

PARTI LIBÉRAL C’est assurément la direction que nous avons choisie pour le Canada. Le 8 mai 2019, la ministre de la Santé a annoncé notre intention d’adopter des exclusions basées sur les pratiques à risque (l’approche comportementale) plutôt que sur l’orientation sexuelle des donneurs. Nous avons annoncé un investissement de 3 millions de dollars pour faire progresser la recherche en ce sens.

À la fin du mandat des Conservateurs, en 2015, cette interdiction était de 5 ans. En 2016, dès les premiers mois de notre mandat, nous avons abaissé cette interdiction à 1 an. Nous avons ensuite réduit cette interdiction à 3 mois et avons annoncé notre engagement à y mettre entièrement fin le plus rapidement possible. 

 

NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE  L’un des revers les plus importants de ces dernières années, c'est la décision du gouvernement libéral de maintenir l’interdiction discriminatoire du don de sang par des hommes ayant des rapports sexuels avec d’autres personnes identifiées comme hommes à la naissance. Nous avons besoin d’un dépistage fondé sur le comportement, plutôt que des politiques qui font de la discrimination en fonction d’une orientation sexuelle. Un gouvernement néo-démocrate mettra fin à l’interdiction discriminatoire du don de sang et mettra en place des politiques fondées sur des données probantes de santé publique pour assurer l’approvisionnement en sang. 

 

8. Comment le Canada devrait-il défendre les droits et les libertés des personnes LGBTQ+ à travers le monde selon votre parti, en particulier face aux pays qui ne respectent pas ou qui restreignent les droits de la personne?


PARTI LIBÉRAL Le Canada défend activement les droits des personnes LGBTQ2 sur la scène internationale. Nos engagements en cette matière le démontrent. Voici quelques exemples, parmi de nombreux autres, de la détermination de notre gouvernement à lutter pour les droits des personnes LGBTQ+ partout dans le monde :

  • De 2017 à 2019, le Canada a co-fondé et co-présidé la Equal Rights Coalition, le premier réseau intergouvernemental créé pour promouvoir et protéger les droits des personnes lesbiennes, gaies, bisexuelles, transsexuelles et intersexes (LGBTI) dans le monde entier 
  • En 2016, notre gouvernement a augmenté de 24% sa contribution au Fonds Mondial de lutte contre le paludisme et le sida. Récemment, en 2019, nous avons annoncé une nouvelle augmentation de notre financement de 15,7% (représentant 930 millions de dollars).
  • En 2019, notre gouvernement a publié Voix à risque, les lignes directrices du Canada pour le soutien des défenseurs des droits de la personne. Tout un chapitre de Voix à risque est dédié aux défenseurs des droits de la communauté LGBTQ2 et insiste sur l’importance d’adopter une approche intersectionnelle pour assurer la défense des populations les plus vulnérables. Michelle Bachelet, Haute commissaire aux droits humains de l’ONU, a applaudi cette initiative. 
  • Notre gouvernement a augmenté le financement accordé à Rainbow Refugee Society, qui travaille à aider les réfugiés LGBTQ2.
  • En 2019, nous avons annoncé un investissement de 30 millions de dollars aux organismes canadiens qui travaillent à l’international pour faire progresser les droits humains et améliorer les conditions socio-économiques des personnes LGBTQ2 dans les pays en voie de développement.
  • Le Canada a travaillé activement pour s’assurer que l’ONU renouvelle le mandat confié à l’Expert indépendant en charge des questions liées à l’orientation et à l’identité sexuelles, Victor Madrigal. En juillet 2019, ces efforts ont porté fruit et le mandat de l’Expert indépendant a été renouvelé.

Au surplus, la protection des droits des personnes LGBTQ2 est une priorité du Canada dans toutes ses relations diplomatiques. Le Canada s’engage constamment à soutenir les pays qui souhaitent en faire plus pour les droits des personnes LGBTQ2 et, surtout, à dénoncer les pays qui continuent de les discriminer. Aucune personne dans le monde ne devrait craindre pour sa sécurité ou son bien-être en raison de qui elle est.

 

NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE    Le Canada doit condamner sans réserve la discrimination contre les communautés LGBTQI2S+ partout dans le monde. Il y a trop de pays où l'homosexualité est décriminalisée, et nous devons faire plus pour défendre les droits de ceux qui sont opprimés en raison de leur orientation sexuelle ou de leur identité sexuelle. 

Les néo-démocrates croient aussi que le Canada a un rôle unique et important à jouer pour aider les réfugié.es LGBTQI2S+ partout dans le monde. Nous allons établir une voie permanente pour que les réfugiés LGBTQI2S+ puissent s’installer au Canada afin remplacer l’approche fragmentaire actuelle qui ne traite que les cas d’urgence à mesure qu’ils surviennent. 

 

PARTI VERT  Un gouvernement vert examinerait la politique fédérale pour se conformer aux 17 objectifs de développement durable et élaborer un mécanisme afin de surveiller les progrès accomplis par rapport à ces objectifs au pays et ailleurs dans le monde. Nous appuyons la doctrine des Nations Unies, soit l’obligation de protéger et de refuser de faire passer les intérêts économiques avant l’action éthique pour protéger les populations vulnérables. ?

 

BLOC QUÉBÉCOIS  Nous devrions tirer fierté de nos libertés et condamner les pays où les femmes, la communauté LGBTQ+ et des minorités sont réprimées. De plus en plus de retraités et citoyens exigent que leurs fonds d’investissement soient éthiques, verts, sans pétrole, sans compagnies reliées à l’armement ou à la destruction de la planète. Le Bloc veut faire pression pour que tous les investissements fédéraux et fonds reliés aient cette même éthique. On ne peut pas se targuer d’être du côté des LGBTQ+  ici et vendre des armes à des pays qui les maltraitent. Le Bloc demande des politiques claires en ce sens quitte à annuler des accords commerciaux avec des pays coupables d’intolérance. 

 

9. Dans un univers où l’avenir des médias (journaux, magazines d’information et communautaires) est mis en danger par GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) — qui siphonnent les revenus publicitaires (rappelons que plus de 80% des revenus se retrouvent chez ces entreprises américaines qui ne payent aucun ou presque pas d’impôt) —, votre parti considère-t-il qu’il faut des mesures économiques pour protéger l’avenir des journaux, des magazines d’information ou communautaires, comme Fugues? Si oui, lesquels ?

 

NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE   La plupart des Canadiennes et Canadiens s’informent maintenant sur Facebook, et Netflix est devenu le plus grand diffuseur du pays. Or, ces géants du web ne paient pas d’impôts et ne contribuent pas au financement du contenu canadien de la même façon que les médias traditionnels. Le cinéma, la télévision et les médias canadiens sont confrontés à un raz-de-marée de contenu américain généreusement financé, et les libéraux ont refusé de prendre des mesures pour égaliser le terrain de jeu. C’est pourquoi nous veillerons à ce que Netflix, Facebook, Google et les autres entreprises de médias numériques respectent les mêmes règles que les diffuseurs canadiens. Cela signifie payer des impôts, appuyer le contenu canadien dans les deux langues officielles et assumer la responsabilité de ce qui apparaît sur leur plateforme, comme c’est le cas pour les autres médias. Nous veillerons à ce que les institutions artistiques et culturelles reçoivent un financement stable et à long terme pour faire croître et promouvoir les diverses cultures et histoires du Canada. Nous appuierons également les médias canadiens pour les aider à effectuer la transition vers le numérique. 

 

BLOC QUÉBÉCOIS  Il faut de toute urgence aider nos médias, il y a des injustices flagrantes dans notre système qui laisse tout le champ libre et les profits, aux géants du Web. Comme la France le fait déjà, les géants du Web devraient être taxés sur les revenus qu’ils font au pays. La TPS devrait être appliquée sur les publicités faites sur les médias sociaux et les achats en ligne. Cet argent neuf serait dédié à un Fonds des Médias, comme celui qui existe pour aider la production télé et cinéma. Le scandale des paradis fiscaux doit cesser : seules 19 entreprises sur les 962 dénoncées dans les Panama Papers ont fait l’objet d’enquête… en 4 ans de gouvernance libérale. Le public et la création québécoise sont privés d’argent qui pourrait leur permettre de rayonner et de se faire mieux connaître. 

 

PARTI LIBÉRAL La réalité changeante du secteur de l’information nous a menés à une crise dans le secteur des médias, ce qui met à risque des milliers d'emplois et la qualité de notre information. On agit en investissant 600 millions de dollars pour appuyer un journalisme fort et indépendant. Ces investissements vont se concrétiser rapidement, dans le respect de l’indépendance des journalistes. 

Cette aide de 600 millions de dollars pour le journalisme indépendant comprend 3 crédits d'impôt: 

  1. Crédit d'impôt pour la main-d’œuvre dans les salles de nouvelles (rétroactif au 1er janvier 2019)
  2. Crédit d'impôt pour les abonnements à un média en ligne 
  3. Crédit d'impôt pour les dons à une organisation médiatique à but non lucratif. 

Malgré les critiques des Conservateurs du soutien mis en place, nous continuons d’avancer, car ceci ne devrait pas être un enjeu partisan; c’est un des piliers de la démocratie qui est en jeu et on se doit de le protéger. 

  

PARTI VERT  Un gouvernement vert va: ?

Réformer les lois antitrust pour permettre la séparation des conglomérats médiatiques. ?

Supprimer l’échappatoire qui permet aux plateformes de médias sociaux de ne pas avoir à percevoir d’impôts sur la publicité et s’assurer que les publicités gouvernementales ne soient diffusées que dans des publications canadiennes. ?

Appliquer l’impôt sur les sociétés aux entreprises multinationales de commerce en ligne qui font affaire au Canada en exigeant que les fournisseurs étrangers s’inscrivent, perçoivent des taxes et les versent là où le produit ou le service est consommé. Les géants du commerce en ligne comme Netflix, Google/YouTube, Amazon, Facebook, Uber et Airbnb captent une part énorme et grandissante du marché canadien, mais paient peu, voire pas du tout de taxes. ?

Mettre fin à l’échappatoire fiscale qui permet aux entreprises canadiennes d’obtenir une déduction fiscale pour leurs dépenses en publicité sur des sites Web étrangers. Google, YouTube et Facebook recueillent maintenant 80 pour cent de toutes les dépenses publicitaires sur Internet. ?

 

10. Quelles mesures, comme gouvernement, entendriez-vous prendre pour vous assurer que tous les nouveaux arrivants comprennent et acceptent les valeurs d’ouverture du Canada dont la diversité sexuelle et de genre ?


PARTI LIBÉRAL Notre gouvernement est déterminé à aider les nouveaux arrivants à s'intégrer et à réussir au Canada. Nous avons augmenté de 30 % le financement des services d’établissement au Canada par rapport au gouvernement de Harper. Ces services aident les nouveaux arrivants à s'adapter à leur nouveau domicile en les aidant à s'intégrer dans le tissu économique et social de leur collectivité. Nous négocions actuellement de nouvelles ententes pour les services d'établissement et d'intégration de la prochaine génération, qui mettent l'accent sur les services LGBTQ2. 

Nous sommes fiers d’avoir investi dans le Rainbow Refugee Assistance Partnership, une nouvelle initiative qui appuie la réinstallation des réfugiés LGBTQ2. L'initiative, d'une durée de cinq ans, prévoit des frais de démarrage et trois mois de soutien du revenu pour les réfugiés LGBTQ2 parrainés par le secteur privé. Grâce au Rainbow Refugee Assistance Partnership, les répondants seront en mesure d'accroître leur capacité de protection des réfugiés LGBTQ2 en augmentant leur capacité de réinstallation. Cela renforcera leurs partenariats avec les répondants et les communautés d'établissement canadiens.  

 

PARTI VERT  Le Parti vert travaillera avec les municipalités et les provinces pour améliorer l'intégration des nouveaux Canadiens et Canadiennes dans la toile multiculturelle de notre pays; incluant le financement des programmes communautaires d’éducation et de sensibilisation qui mènent à une meilleure compréhension de l’intersexualité et de la diversité des sexualités et des identités de genre, et des programmes d’aiguillage des personnes transgenres, non binaires et bispirituelles. ?

 

NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE   Nous appuyons une mise à jour du guide de la citoyenneté pour inclure du langage clair sur les droits de la communauté LGBTQI2S+, parmi d'autres groupes marginalisés. 

 

BLOC QUÉBÉCOIS  Dès les premières démarches d’immigration et l’entrée au pays, les nouveaux arrivants devraient recevoir l’information qu’ils sont en terre où la diversité sexuelle existe et est encouragée, qu’il y a égalité des hommes et des femmes et qu’il y a une séparation entre la religion et l’État. 

 

11. Estimez-vous que l’inclusion des diversités est un enjeu d’importance pour les entreprises du Canada ? Si oui, quelles sont les mesures que Selon votre parti mettrait en place afin d’assurer l’inclusion de la diversité, dont celle LGBTQ+.


PARTI VERT  Oui, le Parti vert croit que l’inclusion des diversités constitue un enjeu d’importance pour les entreprises du Canada. Un gouvernement vert fera preuve de leadership fédéral en: ?

Travaillant avec les services sociaux, les services aux collectivités, les centres d’hébergement de secours et d’autres organismes de première ligne pour s’assurer que tous les jeunes LGBTQI2+ bénéficient de soins et d’une protection. ?

Exigeant que le recensement national vise à refléter la diversité des sexes et des genres et pose les bonnes questions pour assurer une collecte de données adéquate, sûre et efficace. ?

Exigeant que des installations accessibles dans tous les édifices fédéraux, y compris des toilettes et des vestiaires neutres, tout en réaffirmant le droit des personnes transgenres, binaires et bispirituelles à utiliser les installations réservées au genre auquel elles s’identifient. ?

Abrogeant toutes les lois et politiques fédérales qui sont discriminatoires en raison de la sexualité, entre autres l’article 159 du Code criminel, et qui qualifient l’intersexualité d’anomalie, d’aberration, ou en tout autre terme désobligeant. 

 

NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE      Nous pouvons en faire davantage pour mettre fin à la discrimination en matière d’emploi dont sont victimes les membres de la communauté LGBTQI2S+. Un gouvernement néo-démocrate ajoutera l’orientation sexuelle, l’identité et l’expression de genre à la Loi sur l’équité en matière d’emploi afin de s’attaquer aux préjudices subis par les communautés LGBTGQ2+ – et particulièrement les personnes transgenres – pour trouver du travail. 

 

BLOC QUÉBÉCOIS  Nous n’avons toujours pas atteint la parité des sexes dans les conseils d’administration et diverses gouvernances, ce qui doit être poursuivi, tout comme l’inclusion d’une diversité dans les compagnies. Toutes les délégations commerciales du Canada et les représentations officielles dans les pays étrangers devraient inclure des représentants LGBTQ+  afin de bien sensibiliser les pays hôtes et afficher fièrement nos différences. 

 

PARTI LIBÉRAL Il est essentiel de promouvoir l’égalité pour la communauté LGBTQ2+, de protéger les droits de ses membres et de lutter contre la discrimination. Ceci est vrai dans les entreprises comme partout ailleurs et c’est pourquoi notre gouvernement a adopté une série de mesures sur cette question. Voici quelques exemples seulement :

  • Nous avons adopté la loi C-65, qui vise à lutter contre le harcèlement et la violence de nature sexuelle au travail.  
  • Nous finançons des programmes communautaires qui œuvrent à protéger les droits des personnes LGBTQ2.
  • Nous avons rendu obligatoire l’analyse comparative entre les sexes (ACS+) pour nous assurer que les politiques et programmes gouvernementaux sont adoptés dans le meilleur intérêt des groupes les plus vulnérables de notre société.
  • Nous avons créé le Secrétariat LGBTQ2, dont le mandat est d’améliorer l’égalité pour les membres de la communauté. 
  • Nous avons créé un nouveau ministère des Femmes et de l’Égalité des genres.
  • Nous avons adopté la loi C-16 pour interdire la discrimination basée sur l’identité ou l’expression de genre.

Nous nous engageons à poursuivre ce travail et sommes ouverts à discuter de toute proposition qui vise à protéger, défendre et promouvoir les droits des personnes LGBTQ2 au travail comme ailleurs.

 

12. Votre parti s’engagerait-il à poursuivre ou augmenter le financement des festivals et évènements LGBTQ+ culturels ou touristiques ?


NOUVEAU PARTI DÉMOCRATIQUE   Oui 

 

PARTI LIBÉRAL Absolument. Notre gouvernement soutient déjà fièrement les festivals et événements LGBTQ+. En 2019, notre gouvernement a annoncé un financement de 1 million de dollars pour chacune des Fiertés à Montréal, Vancouver et Toronto. Le Premier ministre est d’ailleurs le premier à avoir marché dans toutes les Fiertés du pays. Il n’y aucun doute que nous continuerons à soutenir les événements LGBTQ+. 

 

BLOC QUÉBÉCOIS  Oui. Il faut revoir les modes de financement et miser sur la pérennité et la circulation des œuvres. Par exemple, pourquoi les festivals et les activités culturelles LGBTQ+ n’auraient-ils pas des antennes régionales, des « off » et des « pré » festivals, l’équivalent des tournées théâtrales ? Pourquoi ne pas faire des représentations auprès du ministère de l’Éducation et des écoles pour faire connaître davantage des œuvres d’ici et d’ailleurs ayant un contenu et des valeurs LGBTQ+ ? Il faut rêver. Il faut agir. 

 

PARTI VERT  Un gouvernement vert accroîtra le financement pour tous les organismes artistiques et culturels du Canada, y compris pour le Conseil des arts du Canada, l’Office national du film et Téléfilm Canada. Cette augmentation du financement s'appliquerait également aux festivals et évènements LGBTQ+.