Élections fédérales 21 octobre

Élections fédérales : l’heure des choix

Yves Lafontaine , Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Photo prise par © iStock

À l'approche des élections fédérales du 21 octobre prochain et afin de vous aider à faire votre choix — s’il n’est pas déjà fixé — nous avons fait parvenir aux principaux partis politiques un questionnaire afin de permettre à chacun d’exprimer la position officielle du parti sur des sujets d'intérêts pour les personnes LGBTQ+. 

Nous avons fait de même pour les candidats se présentant dans la circonscription de Laurier-Sainte-Marie, mais avec des questions d’intérêt local. Pour consulter l'entièreté des réponses au questionnaire des Partis, ainsi que les réponses des candidats de Laurier-Sainte-Marie — telles qu'elles nous ont été retournées — nous vous invitons à consulter le lien suivant. 

Précisons que si la candidate du Parti Conservateur dans Laurier-Sainte-Marie, Lise des Greniers, a complété le questionnaire des candidats (elle a d’ailleurs été la première à le faire), nous n'avons pas eu de retour du Parti conservateur du Canada, malgré plusieurs rappels téléphoniques et courriels.

De même, le Parti Populaire du Canada, par la voix de son porte-parole Martin Masse, nous a signifié laconiquement que «le parti n'avait pas développé de positions sur les sujets LGBT». La raison invoquée, c'est que le PPC est «un parti jeune» (qui défend de vieilles idées, serait-on porté à préciser) et qu’il n’avait «pas les ressources pour le faire». Autrement dit, la portion des électeurs qui sont des personnes LGBTQ2S+ ne nous intéresse pas...

Tout autre son de clôche, heureusement, du côté des autres partis. Tant du côté du Parti Libéral du Canada, du Nouveau Parti Démocratique, du Parti Vert du Canada et du Bloc Québécois, on sent une réelle compréhension. Mais des différences existent toutefois selon les enjeux.  

Champion toute catégorie confondue au niveau des détails dans les réponses, le Parti Libéral du Canada. Après quatre ans au pouvoir, le parti de Justin Trudeau peut lister toutes les initiatives qu'il a prises aussi bien pour lutter contre l'homophobie et la transphobie, pour changer des lois qui manquaient d’équité, ou encore pour verser plus d'argent au fonds mondial de lutte contre le sida, aux organismes communautaires du pays, tout comme d'augmenter l'aide via des ONG internationales à des organismes LGBTQ qui tentent d'émerger dans leurs pays. Et le Parti Libéral du Canada se dit conscient qu’il reste encore du travail à faire.

Les trois autres partis, le Bloc québécois, le Nouveau Parti démocratique et le Parti vert du Canada considèrent en revanche que le gouvernement sortant n'en a pas fait assez ou n’a pas tenu toutes ses promesses.

 

Les nouveaux arrivants

Comme le souligne le Bloc Québécois, le Parti Libéral du Canada avait promis de remettre dans le Guide aux nouveaux arrivants  toutes les mentions relatives à la diversité et à l'égalité des sexes et des genres, ce qu'il n'a pas encore fait. (Après vérification, le plus récent Guide qui date de 2016, parle en introduction des minorités sexuelles et des droits des gais et des lesbiennes, mais n’en parle plus dans les chapitres qui suivent, alors que des encarts abordent l’égalité des femmes au Canada ou le respect de la vie animale). Ces mentions avaient été retirées du guide par le précédent gouvernement conservateur. Le Bloc Québécois ne se prononce pas sur l'intérêt par le fédéral de mettre sur pied des campagnes nationales pour lutter contre  l'homophobie et la transphobie. Mais le Parti Vert du Canada veut le faire, ajoutant plus de programmes communautaires touchant à l'éducation et à la sensibilisation. Quant au Nouveau Parti Démocratique, pour la même question, il se limite à dire qu'il s'élèvera contre toute forme de haine, dont celle envers les minorités sexuelles.

Les quatre partis s'entendent pour que les nouveaux arrivants reçoivent de l'information pertinente sur les valeurs défendues par le Canada dont celles qui touchent aux droits et au respect des communautés LGBTQ2S+. Sous quelle forme cela se ferait-il, les réponses sont moins précises. Le Nouveau Parti Démocratique souhaite une actualisation du Guide aux nouveaux arrivants et du Guide à la Citoyenneté. Le Parti Vert du Canada souhaiterait travailler en partenariat avec les provinces et les municipalités afin d'offrir des programmes d'information et de sensibilisation à tous les nouveaux arrivants. 

 

Un bureau de lutte contre l'homophobie et la transphobie ou un conseiller ?

Le Parti Vert du Canada et le Nouveau Parti démocratique promettent s'ils sont élus de suivre l'initiative de Trudeau de nommer un conseiller spécial auprès du premier ministre pour les questions LGBT2S+. Le Bloc Québécois trouve qu'un conseiller n'est pas suffisant et souhaiterait «un bureau indé-pendant, non partisan, qui gèrerait et recevrait les projets LGBTQ». Cela dit, le consensus existe au sein des quatre partis pour qu'un futur gouvernement ait un interlocuteur pour tout ce qui touche nos communautés. 

 

VIH/Sida 

Sur la question du sida et de la criminalisation des personnes séropositives qui n’auraient pas dévoilé leur statut à un partenaire dès la première relation, les réponses sont plus prudentes. Pour le Bloc Québécois, effectivement, il faut reconsidérer les critères compte tenu qu'une personne peut être indétectable grâce aux thérapies et donc sans risque pour le partenaire. Le Nouveau Parti Démocratique ajoute à une décriminalisation tout ce qui pourrait réduire la stigmatisation envers les personnes vivant avec le VIH. Le Parti Vert du Canada est aussi en accord avec ce projet. Le Parti Libéral du Canada rappelle que le gouvernement Trudeau a signé «une directive qui ordonne aux avocats du gouvernement fédéral de ne pas intenter de poursuite contre une personne vivant avec une charge virale indétectable, puis-qu’il n’existe pas de possibilité de transmission» et que le «ministre de la Justice menait des consultations en vue d’une modifiation du Code criminel». 

Quant à l'interdiction aux personnes homosexuelles de donner du sang, le Parti Libéral du Canada souligne que sous son mandat l'interdiction a été abaissée de 5 ans à 1 an dès son arrivée au pouvoir en 2016, puis dernièrement à trois mois. Les trois autres soutiennent qu’ils mettraient fin dès maintenant à ces délais, citant des exemples dans d'autres pays. Le Nouveau Parti Démocratique s'indigne d'ailleurs que le gouvernement sortant ne l'ait pas déjà fait compte tenu des études sérieuses qui n'évoquent plus de danger. 

 

Thérapie de conversion

«Les prétendues “thérapies de conversion” n'ont pas leur place au Canada et il faut les interdire aux mineur.es» selon le Nouveau Parti démocratique. Même son de cloche du côté du Bloc Québécois qui parle de «non-sens», et pour le Parti Vert du Canada qui «interdirait et condamnerait toute pratique de conversion sur tout le territoire». Le Parti Libéral du Canada tient à rappeler que le gouvernement étudie présentement les changements législatifs à mettre en place pour bannir ces thérapies.

 

Soutien international

Concernant le Fonds Mondial de lutte contre le sida, les réponses divergent. Le Parti Vert du Canada préfère parler de l'aide au développement international du Canada. Le Bloc Québécois reproche au gouvernement sortant de s'aligner sur l'industrie pharmaceutique et souhaite aussi qu'on pense à la lutte au crystal et aux opiacés ici à Montréal. Le Parti Libéral du Canada souligne que son gouvernement avait augmenté de 24% sa contribution en 2016. Le Fonds Mondial a demandé pour l'année 2019 d'augmenter de 15%  la contribution chaque pays participant, et le Canada s'est engagé à contribuer à la hauteur de 16%. 

Si chacun des quatre partis veut porter la voix du Canada sur la scène internationale pour défendre les populations LGBTQ2S+ dans les pays où elles sont menacées, les moyens diffèrent : le Parti Libéral du Canada préfère soutenir des pays qui s'engagent vers un meilleur respect des droits de la personne tout en finançant des ONG internationales, et bien évidemment en appuyant toues les résolutions de l’ONU sur les droits de la personne. Mais pas au point de rompre des accords économiques et diplomatiques avec les pays homophobes et transphobes.  Le Parti Vert du Canada souhaite que l'action éthique passe avant les intérêts économiques pour protéger les populations vulnérables. De son côté le Nouveau Parti Démocratique pense que le Canada a un rôle important à jouer mais met aussi l'accent sur la mise en place d'«une voie permanente pour que les réfugiés LGBTQ2S+» puissent s'installer au Canada. Seul le Bloc Québécois se positionne fermement en trouvant «contradictoire que l'on puisse être du côté des LGBTQ+ ici et vendre des armes à des pays qui les maltraitent.»

 

Financement du communautaire et des événements LGBTQ2S+

Unanimité des quatre partis pour soutenir le communautaire et des événements culturels. Le gouvernement sortant du Parti Libéral du Canada a été plus généreux qu’aucun autre gouvernement avant envers les organismes communautaires et culturels LGBTQ2S+ au cours de son mandat et souhaite l’être encore plus s’il est réélu. Même générosité exprimée par les 3 autres partis, qui n’ont toutefois par été jusqu’à chiffrer le montant de l’aide qu’ils pourraient apporter, ni même cibler des objectifs pour l’utilisation de ces subventions.  

VISITEZ CE LIEN pour lire les réponses des partis à 12 questions d’intérêt pour les LGBTQ2S+