Élections fédérales 21 octobre

La position du Bloc Québécois sur les enjeux LGBTQ+

L'équipe de rédaction
Commentaires

À l’approche des élections fédérales du lundi 21 octobre 2019 et afin de vous aider à faire votre choix, Fugues a fait parvenir une série de questions aux six partis principaux pour connaître leur position officielle et leurs engagements sur différents sujets d’intérêts pour les personnes LGBTQ+ du Canada et en particulier du Québec.  Voici les réponses spécifiques et dans leur intégralité du Bloc Québécois.

QUESTIONS 

1. Comment votre parti se positionne-t-il par rapport à la lutte contre l’homophobie et la transphobie?  

C’est notre députée Monique Pauzé qui s’est levée au Parlement pour défendre le droit à l’avortement.  Il en sera de même pour la Politique contre l’homophobie et la Transphobie que nous exigerons, avec des budgets conséquents pour son application. 

 

2. Considériez-vous la mise en place de campagnes nationales sur les valeurs canadiennes incluant les réalités de la diversité sexuelle et de genre ? 

Le gouvernement conservateur a retiré du Guide aux nouveaux arrivants toutes les mentions relatives à la diversité et à l’égalité des sexes et des genres. Le gouvernement libéral s’était engagé à les rétablir, ce qui n’a toujours pas été fait. Le Bloc les talonnera. 

 

3. Votre parti poursuivra-t-il l'initiative du gouvernement sortant de nommer un conseiller auprès du premier ministre ? Ou envisagez-vous une autre structure ?

Plus qu’un conseiller, il faudrait la création d’un bureau indépendant, non partisan, qui gèrerait et recevrait les projets LGBTQ et ceux à la lutte à l’homophobie. Notre candidat gai de Laurier–Sainte-Marie souhaite également établir ses bureaux rue Sainte-Catherine afin d’être plus accessible et sensible aux demandes des organismes communautaires et LGBTQ. 

 

4. Votre parti est-il d’avis qu’il faudrait modifier le Code criminel pour interdire les thérapies de conversion ?

Tout à fait. C’est un non-sens et il est temps de cesser d’aligner les politiques canadiennes sur le conservatisme des Américains. 

 

5. Avec le succès des traitements contre le VIH qui rendent indétectable et donc intransmissible la grande majorité les personnes séropositives, votre parti considère-t-il qu’on devrait décriminaliser le risque de transmission du VIH ?

 

Oui, on devrait reconsidérer la chose. 

  

6. Selon votre parti, quel devrait être l’engagement financier du Canada concernant le Fonds Mondial de lutte contre le paludisme et le sida?

Le Canada s’aligne tristement du côté des pharmaceutiques. Il doit cesser de ralentir le développement et la recherche de vaccins. La lutte au crystal et aux opiacés ici à Montréal devrait aussi être abordée prioritairement. 

 

7. Le Canada devrait-il imiter, selon votre parti, l’Espagne, le Portugal et l’Italie, où l’exclusion de don de sang touche les pratiques à risque et où on ne fait plus de différence entre le don de sang des hétérosexuels et celui des homosexuels?

Tout à fait.

 

8. Comment le Canada devrait-il défendre les droits et les libertés des personnes LGBTQ+ à travers le monde selon votre parti, en particulier face aux pays qui ne respectent pas ou qui restreignent les droits de la personne?

Nous devrions tirer fierté de nos libertés et condamner les pays où les femmes, la communauté LGBTQ+ et des minorités sont réprimées. De plus en plus de retraités et citoyens exigent que leurs fonds d’investissement soient éthiques, verts, sans pétrole, sans compagnies reliées à l’armement ou à la destruction de la planète. Le Bloc veut faire pression pour que tous les investissements fédéraux et fonds reliés aient cette même éthique. On ne peut pas se targuer d’être du côté des LGBTQ+  ici et vendre des armes à des pays qui les maltraitent. Le Bloc demande des politiques claires en ce sens quitte à annuler des accords commerciaux avec des pays coupables d’intolérance. 

 

9. Dans un univers où l’avenir des médias (journaux, magazines d’information et communautaires) est mis en danger par GAFAM (Google, Apple, Facebook, Amazon et Microsoft) — qui siphonnent les revenus publicitaires (rappelons que plus de 80% des revenus se retrouvent chez ces entreprises américaines qui ne payent aucun ou presque pas d’impôt) —, votre parti considère-t-il qu’il faut des mesures économiques pour protéger l’avenir des journaux, des magazines d’information ou communautaires, comme Fugues? Si oui, lesquels ?

Il faut de toute urgence aider nos médias, il y a des injustices flagrantes dans notre système qui laisse tout le champ libre et les profits, aux géants du Web. Comme la France le fait déjà, les géants du Web devraient être taxés sur les revenus qu’ils font au pays. La TPS devrait être appliquée sur les publicités faites sur les médias sociaux et les achats en ligne. Cet argent neuf serait dédié à un Fonds des Médias, comme celui qui existe pour aider la production télé et cinéma. Le scandale des paradis fiscaux doit cesser : seules 19 entreprises sur les 962 dénoncées dans les Panama Papers ont fait l’objet d’enquête… en 4 ans de gouvernance libérale. Le public et la création québécoise sont privés d’argent qui pourrait leur permettre de rayonner et de se faire mieux connaître. 

 

10. Quelles mesures, comme gouvernement, entendriez-vous prendre pour vous assurer que tous les nouveaux arrivants comprennent et acceptent les valeurs d’ouverture du Canada dont la diversité sexuelle et de genre ?

Dès les premières démarches d’immigration et l’entrée au pays, les nouveaux arrivants devraient recevoir l’information qu’ils sont en terre où la diversité sexuelle existe et est encouragée, qu’il y a égalité des hommes et des femmes et qu’il y a une séparation entre la religion et l’État. 

 

11. Estimez-vous que l’inclusion des diversités est un enjeu d’importance pour les entreprises du Canada ? Si oui, quelles sont les mesures que Selon votre parti mettrait en place afin d’assurer l’inclusion de la diversité, dont celle LGBTQ+.

Nous n’avons toujours pas atteint la parité des sexes dans les conseils d’administration et diverses gouvernances, ce qui doit être poursuivi, tout comme l’inclusion d’une diversité dans les compagnies. Toutes les délégations commerciales du Canada et les représentations officielles dans les pays étrangers devraient inclure des représentants LGBTQ+  afin de bien sensibiliser les pays hôtes et afficher fièrement nos différences. 

 

12. Votre parti s’engagerait-il à poursuivre ou augmenter le financement des festivals et évènements LGBTQ+ culturels ou touristiques ?

Oui. Il faut revoir les modes de financement et miser sur la pérennité et la circulation des œuvres. Par exemple, pourquoi les festivals et les activités culturelles LGBTQ+ n’auraient-ils pas des antennes régionales, des « off » et des « pré » festivals, l’équivalent des tournées théâtrales ? Pourquoi ne pas faire des représentations auprès du ministère de l’Éducation et des écoles pour faire connaître davantage des œuvres d’ici et d’ailleurs ayant un contenu et des valeurs LGBTQ+ ? Il faut rêver. Il faut agir.