Du 9 au 20 octobre

Le FNC et son avalanche de films de qualité

Yves Lafontaine
Commentaires
Acrobat

La programmation complète du Festival du nouveau cinéma 2019 vient d'être dévoilée, et voici quelques-uns des longs métrages de fiction qui ont été retenus par les programmateurs dont certains abordent des questions LGBT. 

Pour de multiples raisons évidentes, nos yeux seront tournés vers L’Acrobate de Rodrigue Jean (qui nous a donné des films forts dont Full Blast, Yellowknife, Hommes à Louer et L’amour au temps de la guerre civile). Dans ce sixième long-métrage au rythme méditatif, le réalisateur poursuit son oeuvre singulière, à la fois mystérieuse et frontalement explicite où un professionnel d’âge moyen amorce une relation intime avec un acrobate russe alors qu’il visite un appartement. Les deux hommes se revoient toutes les nuits dans le même appartement que Christophe a acheté précipitamment. Au cœur de l’hiver, les amants plongent sans retenue là où leur désir les entraine. 
 
Avec Douleur et Gloire (lire notre autre article) Pedro Almodovar s’offre un alter ego – un personnage de cinéaste qui ne sait plus s’il peut continuer à créer. Affligé de douleurs persistantes qui le tiennent majoritairement reclus dans son appartement, il replonge dans ses souvenirs d’enfance, repense à cette mère qui l’a récemment quitté. Quiconque connaît le cinéma d'Almodovar des années 80 et 90 trouvera dans cette nouvelle offrande tout un vent de nostalgie, les échos de la Movida, et de nombreux clins d’oeil au passé – avec à l’écran de ses acteurs fidèles, dont Penelope Cruz et Antonio Banderas, ce complice de longue date qui trouve ici un de ses plus grands rôles, très justement récompensé de la Palme d’interprétation à Cannes.
 
Valse des sentiments autour d'un amour impossible, And Then We Danced de Levan Akin livre un message d'espoir devant la montée en puissance de l'idéologie conservatrice en Georgie. Ce récit d’une émancipation sexuelle pleine d’hésitations, confronte Merab, un jeune danseur blondinet, non seulement à l’adversité compétitive du cours pour entrer au prestigieux Ballet national, mais aussi aux émois d’une soudaine attirance pour un nouveau venu, le brun Irakli, qui ne le met pas seulement au défi sur la technicité des chorégraphies… Par-delà les remarquables scènes de danse, il s’agit d’un film profondément touchant, qui est présenté en collaboration avec le magazine Fugues
AND?THEN?WE?DANCE de Levan Akin
Dans Synonymes film gagnant de l'Ours d’or de la Berlinale, de Nadav Lapid, rien n’est prévisible, tout est fou. Un couple parisien prend sous son aile un jeune homme qui s’est tout fait voler et c’est le début d’un triangle amoureux un peu révolutionnaire…
 
Ayant toujours à cœur d’offrir au public les plus grandes voix du paysage cinématographique actuel, le FNC ne dérogera pas à sa réputation d’excellence cette année avec plusieurs titres attendus, dont le documentaire Varda par Agnès d’Agnès Varda qui était programmé à la Berlinale; Sorry We Missed You de Ken Loach (Royaume-Uni) qui était en sélection officielle du Festival de Cannes ; Zombi Child  de Bertrand Bonello présenté à la Quinzaine des Réalisateurs ; et Le Daim une comédie absurde dont seul le Français Quentin Dupieux en a le secret, présenté à la Quinzaine des Réalisateurs de Cannes.
 
Pour son 5e long métrage, la réalisatrice Sophie Deraspe a fait preuve d’une belle audace en transposant à l’écran Antigone, la tragédie de Sophocle dans le Montréal d’aujourd’hui. Drame social, amour déçu et immigration sont au rendez-vous. Présenté en première mondiale au festival de Toronto, Antigone met en vedette Nahéma Ricci, Nour Belkhiria, Rachida Oussaada et Antoine Desrochers. 
 
Cranks de Ryan McKenna. Ce second long-métrage du réalisateur de Le cœur de madame Sabali est une symphonie urbaine centrée sur plusieurs personnages différents vivant dans la ville isolée et paisible de Winnipeg. 
 
Les fleurs oubliées d’André Forcier, une fable loufoque et irrévérencieuse où l’on parle d’urgence écologique, mais aussi de liberté, de l’hydromel et de poésie des plantes. Roy Dupuis, Yves Jacques, Christine Beaulieu, Juliette Gosselin, Émile Schneider et Mylène Mackay font partie de la distribution de ce film très attend.
 
L.A. Tea Time de Sophie Bédard Marcotte est une œuvre atypique à la frontière des genres et des styles, un carnet de voyage parfois méditatif, parfois hanté, qui relate avec humour, détours et fantaisie les aventures de Sophie, cinéaste, et Isabelle, directrice photo, dans un road-trip à travers les États-Unis ». 
 
The Twentieth Century, le premier long-métrage de Matthew Rankin nous transporte à Toronto, en 1899. Il nous fait entrer dans une version alternative de la vie de Mackenzie King, où le jeune politicien en formation est torturé en amour entre une infirmière québécoise, une soldate britannique… et sa liaison secrète avec… une chaussure. 
 
Dans Aren’t You Happy?, l’Allemande Susanne Heinrich déconstruit le “male gaze” à grands coups de tirades philosophiques, de rencontres cocasses et de visuels pop hyper théâtralisés. A la fois culte et provocateur, ce premier film invente un nouvel archétype féministe post moderne joyeusement désespéré.
 

FESTIVAL DU NOUVEAU CINÉMA, du 9 au 20 octobre 2019