À lire

Les femmes

Benoit Migneault
Commentaires
Les femmes

L’essai est un genre que l’on ne retrouve que rare-ment dans la liste des best-sellers. L’ouvrage de Hilton Als peut donc être qualifié d’ovni littéraire tant il puise à différents sujets et genre généralement peu populaires – la critique littéraire, l’analyse sociopolitique et l’introspection autobiographique – articulés autour de deux axes complémentaires: l’identité raciale et sexuelle.

Les femmesLa trame narrative nous fait traverser le destin de trois personnages afro-américains d’exception. La mère de l’auteur, Marie, qui se complait dans le cliché associé à la (je cite l’auteur) «négresse», tel que véhiculé dans la culture américaine: une jeune femme pauvre, usée par l’abnégation et le labeur, qui ne trouve sa force que dans la foi chrétienne. Dorothy Dean est la seconde: une brillante académicienne de Radcliffe qui, au cœur de l’Amérique intolérante des années 60 et 70, sombre progressivement dans l’alcoolisme et ne s’entoure que d’hommes blancs gais issus de l’élite (notamment Andy Warhol qui l’associe à plusieurs de ses projets, dont Batman Dracula). Finalement, l’écrivain Owen Dodson, une figure centrale de la scène littéraire afro-américaine, qui devint l’amant de l’auteur alors qu’il n’était qu’adolescent.Trois individus disparates qui, coincés au cœur d’une identité culturellement et socialement imposée, se retrouvent plongés au cœur d’une même quête autodestructrice. Marie ne se voit que comme la «négresse de service» et aspire à la respectabilité et à la richesse d’un amant indifférent. Dorothy n’existe que comme faire-valoir d’un milieu masculin où elle aspire être un objet de désir et se perçoit comme un homme gai blanc prisonnier d’un corps de femme noire. Dodson qui souhaite la gloire et en vient à se contenter de n’exister que dans l’ombre des grands.Chacun des portraits lève le voile sur un être brisé par les limites de son époque, mais bien également sur l’enfance et l’adolescence de l’auteur qui s’y profile en filigrane. Mieux encore, l’ouvrage met l’emphase sur les dangers de se perdre dans un discours imposé, comme Als l’évoque au regard d’Owen Dodson qui renonce «à sa vision au profit de la respectabilité Nègre, écrivant ce qu’il pensait devoir être dit plutôt que ce qu’il avait envie de dire». 
 
Les femmes / Hilton Alas. France:
Éditions de l’Olivier, 2019. 189p. (Les Feux)