2e mission commerciale LGBT+ aux USA

LA DIVERSITÉ DES FOURNISSEURS

Michel Joanny-Furtin
Commentaires
LGBT+ aux USA

Fort du succès de la mission précédente l’an passé à Philadelphie, la Chambre de commerce gaie et lesbienne du Canada (CGLCC) a organisé une seconde mission commerciale d’entreprises LGBT+ à Tampa en Floride du 13 au 16 août dernier.

Cette mission commerciale canadienne LGBT+ s’est déroulée dans le cadre du congrès annuel de la National Gay and Lesbian Chamber of Commerce de Washington (NGLCC International Business & Leadership Conference), «notre équivalent aux États-Unis qui regroupe les entreprises LGBT+ de nos voisins du Sud», explique Richard Martin, directeur Programme mondial de la CGLCC (Canada’s Gay and Lesbian Chamber of Commerce), et coordonnateur de cette délégation canadienne.
 
Cette conférence - mondialement reconnue pour ses réseautages d’affaires auprès des 1 400 dirigeants d’entreprises LGBT+ participants - abordait plus particulièrement la «Diversité des fournisseurs» et comment les petites et moyennes entreprises (PME, de 1 à 150 employés) LGBT+ pouvaient intégrer le réseau de fournisseurs des grandes compagnies et institutions américaines.
 
S’ouvrir au marché américain
«Plus qu’une représentation institutionnelle de notre CGLCC, notre mission commerciale regroupait plusieurs PME canadiennes qui souhaitent ouvrir leurs produits et services à ce vaste marché et développer qui des contrats, qui des partenariats avec d’autres PME américaines, pour fournir aux grandes compagnies et institutions des États-Unis.» Accompagnés par des responsables de la CGLCC, ils étaient une trentaine d’entrepreneurs LGBTQ+, dont deux du Québec (Christiane Laurin pour Boutique 3e Âge, et Silvain Brisson pour Ventop), à tenter leur chance d’intégrer ce vaste marché américain.
 
Certaines grandes enseignes américaines appliquent déjà des politiques de diversité en ce qui concerne leurs fournisseurs, et leurs responsables ont pour mission de faire jouer la concurrence et trouver des produits et services moins chers, où qui, tout simplement… n’existent pas ! «Ce congrès d’entrepreneurs LGBT+ du monde entier offrait donc de belles opportunités d’affaires pour placer nos produits et services canadiens», poursuit Richard Martin.
 
Prendre confiance en soi
«Dans un premier temps en amont de la mission, avec l’aide de Susan Harper, Consule générale du Canada à Miami, on a trouvé des entreprises américaines équivalentes afin de programmer des rencontres dès l’arrivée à Tampa», reprend Richard Martin. «Dans un second temps, en plus de ces rencontres planifiées, la CGLCC parrainait un déjeuner privé avec quelques grandes compagnies américaines pour rencontrer des entrepreneurs canadiens et faciliter les jumelages.»
 
«Dans ces missions commerciales, un troisième objectif est d’inciter nos PME LGBT+ à aller chercher des informations quant aux ventes à l’étranger, insiste Richard Martin, pour confirmer des informations, voire laisser tomber des mythes ou des croyances, et prendre confiance en soi, les entreprises autant que les entrepreneurs…»
 
Lors de ce congrès étatsunien, le Canada était le seul pays représenté par une délégation d’entrepreneurs et pas seulement des responsables des chambres de commerces LGBTQ+. Par ailleurs, le Canada s’avère le seul pays au monde qui ait ainsi organisé deux missions commerciales LGBTQ+ aux États-Unis avec le soutien de son propre gouvernement via Affaires mondiales Canada, le SDC (Service des délégués commerciaux du Canada à l’étranger), EDC (Exportation et Développement Canada) et la BDC (Banque de développement du Canada).