Toronto

Toronto unie pour s'opposer à une marche anti-LGBTQ+

Yannick LeClerc
Commentaires

Le maire de Toronto, John Tory, a participé samedi à un rassemblement organisé dans le but de promouvoir l'unité, en réponse à une marche organisée par un groupe chrétien anti-LGBTQ+ dans le village gai de Toronto.

John Tory a expliqué qu'il était difficile d'empêcher légalement la marche du groupe chrétien, mais il souhaitait montrer que la ville était contre : «La ville de Toronto n’est pas un lieu pour la discrimination, mais une place pour célébrer les differences».

«Quand il y a une menace, quand il y a des gens qui militent en faveur de la division, de la polarisation et de la stigmatisation à l'encontre de la communauté LGBTQ ou de quiconque, je pense qu'il est de mon devoir de dire non, ce n'est pas notre façon de vivre ici, ce n'est pas ce que nous sommes à Toronto, a déclaré le maire.

Des douzaines de policiers ont été déployés pour éviter des altercations entre les manifestants.

John Tory espère que le rassemblement pour l'unité permettra de montrer la manière dont la ville répond aux tentatives d'intimidation en se rassemblant et en se tenant du côté de ceux qui se sentent menacés. 

La marche anti-LGBTQ+ a été organisée par le groupe chrétien Christian Postitive Space qui se décrit comme militant de la liberté d'expression, affirmant que les traditionalistes doivent marcher sur des œufs dans la société d'aujourd'hui.

Nous voulons que les chrétiens aient plus de libertés et n'aient pas peur de parler haut et fort, de Jésus-Christ, sans craindre les représailles, non seulement de la police, mais aussi de la part de personnes de mauvaise intention qui croient que nous les haïssons, a expliqué Emilio Maio, un chrétien participant à la marche de Christian Postitive Space.

La communauté gaie qualifie ce groupe d'homophobe, alors que ce dernier dit qu'il ne fait qu'être en désaccord avec de nombreux choix de vie de la communauté LGBT.

Le pasteur de l'église communautaire métropolitaine, Jeff Rock, rapporte qu'une lettre ouverte signée par 77 leaders chrétiens a été adressée aux organisateurs aux organisateurs de la marche anti-LGBTQ+ pour leur demander d'annuler leur événement.

«Nous leur avons rappelé, en tant qu'autres collègues, qu'utiliser des mots tels que "jugement" ou "péché", n'est pas acceptable dans la communauté LGBTQ+ et ce dont ils ont vraiment besoin, c'est d'amour et de compassion, précise-t-il.

L'ancienne première ministre libérale de l'Ontario, Kathleen Wynn, s'est également jointe aux défenseurs des droits de la communauté LGBTQ+. La religion n’est pas là pour diviser les gens, mais pour l’amour et pour l’inclusivité, a-t-elle déclaré.

Avec les informations de La Presse canadienne et de Radio-Canada