Éclairage

Mise en lumière et réaménagement de la Bibliothèque de l’Université Bishop’s

Yves Lafontaine
Commentaires
Stéphane Groleau
Photo prise par © Stéphane Groleau
Stéphane Groleau
Photo prise par © Stéphane Groleau
Stéphane Groleau
Photo prise par © Stéphane Groleau
  • Stéphane Groleau
  • Stéphane Groleau
  • Stéphane Groleau
Fondée en 1959, la Bibliothèque de l’Université Bishop’s à Sherbrooke (anciennement Bibliothèque John Bassett Memorial) peut désormais accueillir les quelque 3 500 étudiants de l’Université Bishop’s et du Collège Régional Champlain. Réaménagée en un Learning Commons (Carrefour du savoir) par la firme d’architecture Lemay et mise en lumière en collaboration avec LumiGroup, elle offre aujourd’hui un environnement de travail confortable et lumineux.
 
Construite sur trois niveaux — le rez-de-chaussée, le premier étage et le sous-sol — la Bibliothèque de l’Université Bishop’s avait bien besoin d’être rafraîchie. Au fil des ans, ses rayonnages étaient devenus tellement abondants qu’ils cachaient la lumière des fenêtres, pourtant de bonne taille. Pourvu de nombreux corridors, le lieu était aussi un véritable labyrinthe empoussiéré dans lequel il était difficile de se retrouver. Au sous-sol, la lumière naturelle inexistante ainsi que le plafond bas rendaient l’endroit peu propice à une atmosphère conviviale.
 
Pour Lemay et LumiGroup, le défi était grand : redonner à la bibliothèque une identité plus actuelle et en faire un espace multifonctionnel, idéal pour étudier et lire, mais aussi pour échanger, se réunir et assister à des conférences.
 
Laisser entrer la lumière naturelle
« La bibliothèque fait partie de l’Université Bishop qui est un lieu académique, organisé et très structuré, à l’image des grandes universités anglophones. Par ailleurs, elle est entourée d’une belle végétation, de grands arbres qui forment une forêt. Dès le départ, notre idée était de faire entrer l’extérieur (la nature) à l’intérieur du bâtiment », explique Eric Pelletier, architecte et associé principal — conception chez Lemay. La priorité était donc de privilégier la lumière naturelle durant la journée et de mettre en place les bons niveaux d’éclairage dans le bâtiment et dans ses différentes zones. Dans un premier temps, les architectes ont effectué un important travail de décloisonnement et de réorganisation de l’espace afin que les étudiants puissent cheminer aisément d’un étage à l’autre. Le prêt de livres étant en baisse avec l’utilisation croissante d’Internet, les rayonnages ont également été élagués afin de désencombrer l’espace. Résultat : que ce soit au rez-de-chaussée ou au premier étage, la lumière naturelle, qui auparavant pouvait difficilement pénétrer à l’intérieur, s’invite maintenant largement, du matin à la fin de l’après-midi.
 
Dès le seuil franchi, la large fenestration ainsi que la verticalité des luminaires de l’accueil donnent une impression de clarté et de sérénité. « Ces lampes L191 suspendues de MP Lighting, incarnent d’emblée l’identité unique de la bibliothèque. C’est d’ailleurs la seule place où nous les avons ins-tallées », déclare Eric Pelletier. Puis, dans l’agora, ce lieu de passage tout en bois qui fait la transition entre le rez-de-chaussée et le premier étage, la lumière naturelle est à son comble, inondant chaque marche d’escalier. « L’agora est le cœur du bâtiment. C’est un lieu de passage, de déambulation, mais aussi un espace de lecture et de conférence. Nous devions donc y créer un éclairage uniforme, comme dans l’ensemble du bâtiment, mais aussi pouvoir y moduler l’éclairage lors d’événements particuliers », précise Eric Pelletier. De jolis Max Cylinder noirs de Lightheaded, faisant écho aux tabourets disposés autour des tables, ont ainsi été installés au plafond à l’intérieur des bandes noires qui permettent d’absorber le son. Presque invisibles, elles se fondent parfaitement dans le décor. En outre, de la gradation a été prévue afin de moduler l’éclairage lors des conférences.
 
Enfin, toujours pour profiter au maximum de la lumière naturelle, des salles d’étude dotées de grandes baies vitrées ont été créées au premier étage. Lorsqu’ils y travaillent, les étudiants peuvent ainsi à toute heure de la journée jouir d’une grande luminosité tout en ressentant la présence de la nature environnante.
 
Créer des sous-espaces par des éclairages de zones
En plus de faire un pont entre l’extérieur et l’intérieur, les concepteurs voulaient créer des zones aux fonctions multiples à l’intérieur du bâtiment, tout en conservant une circulation fluide. Aujourd’hui, une bibliothèque est en effet un espace polyvalent, où l’on vient pour étudier et lire, mais aussi pour se réunir, travailler en groupe, échanger des points de vue et recevoir des formations. « À tous les étages, nous avons bâti une grande dorsale de bois qui serpente dans l’ensemble de la bâtisse et qui vient relier toutes ses fonctions », dit l’architecte. Qu’ils souhaitent se rendre dans une salle d’étude, une salle de réunion pour petits ou grands groupes, autour d’une table de travail ou dans un coin lecture, les étudiants peuvent se repérer facilement.
 
Afin de distinguer ces zones et fournir des ambiances adéquates à chacune, LumiGroup a installé des éclairages directionnels ou de tâches. Au sous-sol, les tables de travail sont munies d’un éclairage très bas fourni par la bandelette linéaire à DEL L161 de MP Lighting. Celle-ci est fixée à même le mobilier sur toute sa longueur. Les étudiants peuvent ainsi étudier confortablement pendant des heures.
 
Sur les rayonnages, la bandelette murale L106 de MP Lighting parcourt tout le périmètre du bâtiment afin d’apporter la luminosité jusque-là absente de l’étage. « Le sous-sol nous a donné beaucoup de fil à retordre, car en plus de ne laisser passer aucune lumière naturelle ni soleil, il comporte des plafonds très bas qui contribuent à rétrécir et assombrir l’espace. Avec cet éclairage mural qui fait tout le tour de la bibliothèque, on n’a vraiment plus l’impression d’être dans un sous-sol », ajoute-t-il. Enfin, dans les deux coins lectures situés aux deux extrémités du bâtiment, les grandes pastilles de lumière Ondaria de Zumtobel ont été posées au plafond afin de renforcer l’atmosphère chaleureuse et relaxante de la zone. « Nous avons voulu faire un clin d’œil aux luminaires datant des années soixante qui étaient installés ici à certains endroits avant notre intervention et qui étaient presque identiques », conclut-il.
 
En résumé, grâce à cette collaboration, Lemay et LumiGroup démontrent une fois de plus à quel point une adéquation entre le concept architectural et l’éclairage contribue au succès d’un projet. Plus encore qu’un autre lieu, une bibliothèque nécessite un éclairage de qualité afin d’offrir à ses usagers un confort de lecture et d’étude optimal. En privilégiant la lumière naturelle et en jouant avec différents types de fixations, les deux partenaires ont réussi à transformer la Bibliothèque de l’Université Bishop’s en un lieu polyvalent, chaleureux et convivial, à l’image de son université. Par Sébastien Thibert
 
Lemay.com

Photos :  Stéphane Groleau