Russie / Homophobie

Un tribunal russe ordonne de bloquer deux groupes populaires LGBT en ligne

L'équipe de rédaction , L'agence AFP
Commentaires

Un tribunal de Saint-Pétersbourg, ancienne capitale impériale russe, a ordonné jeudi de bloquer deux groupes LGBT en ligne, accusés de diffuser des « valeurs antifamiliales ».

Ces groupes, dont un compte environ 200.000 membres, fonctionnaient sur le réseau social russe VKontakte, plateforme très populaire en Russie, similaire à Facebook.

Une inspection a découvert sur les pages de ces groupes des informations « qui rejettent les valeurs familiales, qui font la propagande des relations sexuelles non-traditionnelles et la promotion d'une attitude irrespectueuse envers les parents », a indiqué le tribunal dans un communiqué.

L'homosexualité était considérée en Russie comme un crime jusqu'en 1993 et comme une maladie mentale jusqu'en 1999. En 2013, la Russie a adopté une loi bannissant la « propagande » gaie auprès des mineurs.

L'un des groupes, appelé Communauté russe LGBT, comptait jeudi quelque 187.000 membres. L'un de ses administrateurs a assuré à l'AFP qu'il remplissait un « rôle social important ». « Les gens reçoivent un soutien de la communauté, des conseils d'autres membres et de l'aide dans des situations difficiles », a-t-il affirmé, sous le pseudonyme d'Alex, ajoutant qu'un blocage les priverait d'un moyen « d'écrire anonymement » et « de partager leurs sortie du placard ».

L'autre groupe, LGBT Russie, est géré par l'ONG Réseau russe LGBT, spécialisée notamment dans la défense des droits des lesbiennes, gais, bisexuels et transgenres en Russie. « Cela prend environ cinq minutes au tribunal pour bloquer les ressources internet LGBT, et le texte des décisions est identique », a déclaré à l'AFP la porte-parole de l'ONG Svetlana Zakharova. « Nous ne publions sur nos pages rien qui doit être marqué comme 'réservé aux adultes'", a-t-elle assuré. "Nous parlons des cas de discrimination et des violations des droits de l'homme, et nous aidons ceux qui en ont besoin, y compris des adolescents", a ajouté Svetlana Zakharova. La page du groupe LGBT Russie fonctionnait toujours jeudi soir. L'ONG fera appel de la décision du tribunal pour maintenir la page active.

Si des communautés gaies sont actives dans les principales villes du pays, l'ambiance est plus tendue depuis l'adoption en 2013 de la loi sur la "propagande" homosexuelle. Les militants LGBT sont souvent l'objet en Russie d'hostilité, de violences et parfois de meurtres.

Rédaction avec AFP