Élections fédérales

L’expulsion pour propos homophobes d'une candidate embarrasse Andrew Scheer

Yannick LeClerc
Commentaires

Le chef conservateur, Andrew Scheer, s’est fait avare de commentaires, samedi, lorsque les journalistes l’ont pressé d’expliquer les circonstances du renvoi d’une de ses candidates en Colombie-Britannique. La veille, Heather Leung a été expulsée du parti en raison de propos homophobes.

Mme Leung, qui portait les couleurs du Parti conservateur dans la circonscription de Burnaby-Nord–Seymour, a en effet été expulsée, a indiqué Andrew Scheer, qui faisait campagne à Newcastle, en Ontario. 

Après avoir refusé durant tout l’avant-midi de répondre à la presse, le chef conservateur a apporté très peu de commentaires. Nous demandons à nos candidats d’être ouverts et francs, et lorsque nous sommes avisés d’un comportement inapproprié, nous prenons les actions nécessaires, a-t-il simplement déclaré, tout en poursuivant son chemin.

Questionné à plusieurs reprises pour savoir s’il était au courant d’autres cas de candidats au comportement déplacé, le chef conservateur n’a pas voulu répondre, souriant et saluant les gens croisés dans la rue. Il a indiqué qu'il ne doutait pas du processus de vérification des candidatures de son parti.

Exclure Mme Leung de l’équipe était la « bonne décision », a réagi de son côté le chef du Nouveau Parti démocratique, Jagmeet Singh. Ses propos étaient tellement négatifs, inacceptables, contre la communauté LGBTQ, a-t-il souligné.

Le chef du Bloc québécois, Yves-François Blanchet, était du même avis. Si une candidate a tenu des propos homophobes et que le Parti conservateur a jugé nécessaire de la retirer, je pense que c’était la bonne chose à faire, a-t-il indiqué.

La période de mise en candidature étant terminée depuis quelques jours, le Parti conservateur se retrouve donc avec 337 candidats en vue du scrutin fédéral. Le pays compte 338 circonscriptions.

Il s'agit du deuxième candidat à se faire montrer la porte par le PCC pour des propos jugés discriminatoires depuis le début de la campagne électorale. À ce jour, Andrew Scheer a dû intervenir pour expliquer les déclarations soit homophobes, islamophobes, antifrancophones ou racistes faites par six candidats conservateurs.