JOURNÉE DE LA SORTIE DU PLACARD - 11 OCTOBRE

Tu me connais pas ? Oui ...

Collaboration Spéciale
Commentaires

Pour souligner la 30e Journée de la sortie du placard, le 11 octobre 2019, une vingtaine d'homosexuels, de bis et de trans ont répondu à notre appel et racontent le jour où ils sont sortis du placard. Voici le témoignage de Lou Lou.

C’était, il y a un peu moins d’un an, deux mois après mes 18 ans. Un jour je me dispute avec ma mère sur le thème «Tu me connais pas !» Bien sûr, elle répond que si. Là, je lui lance : «Alors, je suis gay ou pas ?» Et je lui annonce que je suis lesbienne. C’était assez brusque. J’aurais préféré faire autrement. Normalement, je suis du genre calme. Mais elle l’a bien pris. Elle n’a aucun souci avec ça. Et m’a répondu : tu es tout à fait normale, tout va bien. Cela m'a vraiment aidée à m'accepter comme je suis encore plus rapidement. Dans la foulée, j’en ai parlé avec mon père, qui semble bien n’en avoir rien à faire. Sa seule réserve, c’est l’homoparentalité. Il a du mal à concevoir qu’un enfant puisse être élevé par deux hommes ou deux femmes. En tout cas, l’avoir dit a été une véritable libération, c’était quelque chose qui me pesait. C’était une question d’honnêteté aussi. Paradoxalement, cette immense libération est venue la seule et unique fois où j'ai réellement eu peur dans ma vie. Nos parents nous soutiennent toute notre vie, ils nous ont élevés, sont censés nous aimer de façon inconditionnelle, mais on ne sait jamais… Ils n'ont jamais eu de propos ouvertement homophobe mais tout aurait pu changer après cette annonce que leur fille aînée est lesbienne.

Je sais que je les ai surpris. Comme je n’avais rien dit jusque-là, ils pensaient que j’étais hétéro. De fait, moi aussi j’ai mis du temps à comprendre qui j’étais. Ça m’a pris environ six ans. Je me voilais la face. Simplement, je ne m’intéressais pas aux garçons. C’est tout. Et puis, un jour j’ai découvert la série de science-fiction The 100 qui met en scène une héroïne bisexuelle qui finit avec une fille à la fin de la saison. Là, j’ai compris. Comme j’ai un esprit cartésien j’ai lu des livres qui m’ont permis de comprendre qui je suis. Keeping You a Secret de Julie Ann Peters, The Well of Loneliness de Radclyffe Hall et Lies We Tell Ourselves de Robin Talley m'ont particulièrement marquée et aidée. Grâce à ces livres, j’ai aussi compris que le coming out est une démarche personnelle. Il n'y a pas d'âge requis pour le dire, on peut se rendre compte de notre sexualité à 18 ans comme pour moi ou à 30, 40, 50, 60 ans. C'est juste quelque chose de personnel.

Loulou, 29 ans

 

----------------------------------------------------------------------------------------------

 EXPRIMEZ-VOUS !

 

  • Vous pensez que votre histoire pourrait inspirer d’autres?
  • Vous aimeriez nous présenter des personnes LGBTQ+ inspirantes ?
  • Vous croyez que le travail ou l’implication d’une personne de votre entourage en regard à des réalités LBGTQ+ mérite d’être reconnu ?

 

Dites-nous tout :  redaction@fugues.com