L’Antre de l’AtriHom

De la vraie bouffe de gars

André-Constantin Passiour
Commentaires
DE LA VRAIE  BOUFFE DE GARS

Quoi? Ceux qui connaissent le nouvel espace du bar Stud appelé l’AtriHom, une belle verrière végétalisée de plus de 30 pieds de haut, savent peut-être qu’on peut se régaler de hamburgers, de côtes levées, d’ailes de poulet, etc. Comment ça? Parce qu’il y a deux hommes ultra sympas qui ont la passion de la restauration et qui ont créé le resto l’Antre qui fournit ainsi de succulents plats aux clients du Stud.

L’Antre se spécialise dans le BBQ et grill, des choses faciles à manger. Faciles à bouffer ne signifie pas nécessairement du «tout prêt», c’est même le contraire ici. «Tout est fait maison, que ce soit la préparation des viandes, les marinades, les sauces, etc. Cela fait déjà 10 ans que j’expérimente des recettes inspirées du sud des États-Unis. Mais c’est aussi pensé en fonction de la clientèle du Stud, c’est une bouffe pour gars qui aiment la viande», d’expliquer Zachary Ashman, un natif de Kingston (en Ontario), mais qui a parcouru le Canada puisque son père était militaire et qui, avec son associé Marc André Caron, a fondé l’Antre.
 
Atrihom
 
L’Antre a donc ouvert ses portes le 8 août dernier dans un petit espace d’à peine 376 pieds2 avec une porte sur Papineau et l’autre sur la verrière de l’AtriHom. «Cela a été tout un exercice que de faire rentrer tous les équipe-ments de cuisine, il a fallu être pas mal imaginatif», commente Marc André Caron, qui provient du milieu juridique. «L’important est que l’on puisse bien fonctionner et tout préparer, ici, dans cet espace», indique Zach Ashman.
 
On y sert donc des poutines, des hot-dogs, des frites, des ailes de poulets fumées, des crevettes pop corn, de la fondue au bacon (des morceaux de bacon cuit dans une sauce au sirop d’érable, au whiskey et au romarin), de la saucisse italienne faite maison, et une assiette de charcuterie et de fromages appelée la Bête légère! «Le menu est évolutif, on s’adapte aux demandes de la clientèle, dit Marc André Caron. Nous sommes ouverts aux idées. Au départ, on ne servait pas de poutine, puis on l’a introduit à la suggestion de clients. On s’en va vers les Fêtes, donc il est certain qu’il y aura de nouveaux plats.»
 
D’où provient cette idée de faire un resto pour fournir en bouffe le Stud? «Il y a un an et demi environ, Zach et moi avons approché Michel Gadoury [le propriétaire du Stud] qui nous a dit qu’il était en train de travailler sur un intéressant projet. C’était celui de la verrière. Il avait trouvé l’idée bonne, mais il fallait attendre d’avoir tous les permis de la Ville. Finalement, lorsque le projet de la verrière s’est concrétisé, on a discuté de la possibilité d’offrir de la nourriture et, lorsque l’AtriHom a ouvert ses portes cet été, nous nous sommes installés dans le local adjacent et nous voilà aujourd’hui», souligne Marc André Caron. Et ce sont les charmants Charles et Jason qui font le ser-vice.
 
Le tout est à des prix raisonnables. «Pour un hamburger et pour une frite, cela tourne autour des 10$ et, en plus, c’est maison, ce n’est pas du McDonald’s. Et la viande est de très bonne qualité, ce n’est pas ce qu’on trouve dans les fast foods», note le chef Zach Ashman avec un large sourire.
 
Jusqu’à présent, est-ce que les gens embarquent? «La réponse est très positive, même plus qu’on ne s’y attendait. C’est très bon», dit Zach Ashman. «L’essayer,c’est l’adopter, comme on dit! Nous sommes de plus en plus connus et il y a beaucoup de bouche à oreille, nous sommes très contents et il faudra surveiller les plats qui s’en viennent!», affirme Marc André Caron avec des yeux qui pétillent…
 
Durant la semaine (sauf les lundis où c’est fermé), l’Antre ouvre pour le [email protected] et jusqu’à minuit. Les fins de semaines, on sert la clientèle jusqu’à 2h du matin.
 
Resto L’Antre, 1301, Papineau (près de Mohawk), Montréal. 
514-578-6745

Atrihom