Actualité en région

Retour sur la fermeture de la Cantine Vegane de Val-David

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
La Cantine Vegane
Photo prise par © La Cantine Vegane

Grand émoi dans la petite municipalité de Val-David qui compte quelque 5000 habitants après la fermeture du restaurant Cantine Vegan. Les propriétaires dont l'une des deux est une personne trans auraient été victimes, entre autres, de transphobie. Bien sûr, les réseaux sociaux ont alimenté la polémique plutôt que de chercher une solution pour calmer le jeu et éviter toute polarisation.

 
Au mois de janvier dernier, Sofia Banks et sa conjointe ouvrent un restaurant vegan à Val-David. Sofia Banks est une femme trans qui ne s'en cache pas même si elle ne le crie pas non plus sur les toits. Dès les premières semaines après l'ouverture, elles constatent qu'elles sont victimes de vandalisme. Mais, comme le soulignera la mairesse de Val-David, Kathy Poulin, ce sont malheureusement des choses qui arrivent, et d'autres commerces ont subi aussi de tels actes. On soupçonnerait une bande de jeunes coutumiers de ce genre de faits.
 
En juin dernier, après un mois de fermeture pour rénovation, la Cantine Vegan ouvre de nouveau, et de nouveau, des actes de vandalisme sont perpétrés. Ceux-ci culmineront au mois d'août après que Sofia Banks a publié sur un réseau social son indignation face à l'adoption par le Québec de la loi sur la laïcité (loi C21). Elle aurait déclaré que la loi 21 est raciste et qu'elle était troublée de vivre dans une province qui soutient et adopte une loi stipulant que les femmes qui portent un hijab ou un turban ne peuvent pas enseigner aux enfants. Suite à ce post, les actes d'intimidation par la dégradation et l'intrusion dans le restaurant se sont multipliés. Stressées et usées par ces menaces constantes, et par les dégradations multiples et les nombreux vols, sans oublier les nombreux messages haineux sur les réseaux sociaux, messages dont plusieurs étaient ouvertement transphobes, les deux femmes ne se sentaient plus en sécurité. Elles ont décidé en septembre de mettre la clef sous la porte et de tenter leur chance en Colombie-Britannique.
 
Relayées par les médias, les mésaventures vécues par les deux femmes ont causé une commotion dans la petite ville de Val-David. Et les premières à s'en émouvoir ont été la militante Martine Roy, qui connaît bien le coin, et la mairesse de Val-David, Kathy Poulin. Cette dernière aurait bien aimé un autre dénouement. «Je suis allée quelques fois manger dans leur restaurant, et je pensais que tout se passait bien pour elles, se souvient Kathy Poulin, et bien évidemment j'ai été mise au courant lorsque que leur restaurant a subi des dégradations».
 
Comme mairesse, Kathy Poulin leur a suggéré de porter plainte auprès de la police pour commencer mais les deux femmes ont refusé sous prétexte qu'elles n'avaient pas confiance dans les autorités. «Je leur ai même proposé de les accompagner pour déposer leur plainte, ajoute la mairesse de Val-David, mais elles n'ont pas voulu».
 
«Je ne sais quelles étaient les motivations des vandales. Est-ce qu'on a été visées parce qu'on a un café vegan, parce que je suis trans, parce que je suis anglophone ou c'est une combinaison de tout ça?», déclarait Sofia Banks au quotidien La Presse le 20 septembre dernier. Sofia Banks qui a décidé de ne plus accorder d'entrevue aux médias, préférant tourner la page en quittant le Québec.
 
Pour Kathy Poulin, les difficultés que rencontraient les deux restauratrices auraient pu avoir une autre issue. «J'étais prête à les aider pour trouver une solution et que les actes de vandalisme s'arrêtent, nous confie la mairesse, mais elles ne souhaitaient pas aller plus loin. Il est vrai que le message posté par Sofia sur un réseau social accusant le Québec d'être raciste n'a pas arrangé les choses, mais on aurait pu en discuter. Je ne pense pas que Val-David soit une ville raciste, transphobe, comme cette histoire pourrait le laisser croire.»
 
Quoi qu’il en soit, la mairesse a décidé qu'elle organiserait une rencontre avec la population de Val-David pour tenter de calmer le jeu. Et, à la suggestion de Martine Roy, d'inviter des personnes extérieures à venir parler des réalités trans. La mairesse trans de Très-Saint-Rédempteur, Julie Lemieux, s'est d’ailleurs portée volontaire pour venir rencontrer la population de Val-David. Kathy Poulin est en contact depuis le mois de septembre avec Julie Lemieux, d'autant que cette dernière rédige actuellement une politique concernant les personnes trans qui devraient être adoptées par toutes les municipalités du Québec pour lutter contre la transphobie.
 
Difficile aussi maintenant de déterminer précisément les auteurs des actes de vandalisme et de vol, comme ceux qui se sont répandu en insulte sur les réseaux sociaux; petite délinquance, membres ou proches de l'extrême droite, ces derniers ont peut-être le courage de leurs convictions mais qui s'éteint quand ils doivent les signer.