20e édition de Voix d’espoir

L’ancien rencontre le nouveau

André-Constantin Passiour
Commentaires
Jean-Sébastien Vallée
Photo prise par © Serge Blais

Sans trop de tambours ni de trompettes, ce qui a commencé relativement petit a grandit et a maturé pour atteindre déjà 20 ans en 2019. Encore pour marquer la Journée mondiale de lutte contre le sida, le 1er décembre, la Maison du Parc organise son désormais célèbre concert-requiem, le 22 novembre à 19h30, en la magnifique église St. Andrew et St. Paul, sur Sherbrooke Ouest, non loin du Musée des beaux-arts de Montréal.

«C’est vraiment incroyable, je n’aurai jamais cru qu’on se rendrait jusqu’à un 20e concert, mais c’est là maintenant. Nous sommes très contents. Cette année, on voulait faire quelque chose de spécial en présentant un concert avec une approche nouvelle en proposant le Requiem de Mozart», dit Monique Drolet de la Maison du Parc.
 
Ce concert nous introduit au beau mais incomplet Requiem de Wolfgang Amadeus Mozart. «Ce requiem est une œuvre que tout le monde connaît, elle a joué dans des films, dans des séries, elle est jouée souvent à Montréal, d’expliquer le maestro Jean-Sébastien Vallée. Le malheur est que Mozart ne l’a jamais terminé puisqu’il est mort avant (ndlr : à Vienne, en 1791). Il y a donc eu des tentatives pour la compléter. Cette fois-ci, on va jouer une version du jeune compositeur américain gai Gregory Spears. C’est nouveau, ça sonne comme de la musique de film. C’est controversé, mais Spears respecte l’esprit de Mozart tout en y insufflant de la nouveauté.» C’est donc un concert de 75 minutes environ, sans pause. «Dans le fond, c’est un genre d’hommage qu’on a voulu faire à l’œuvre de Mozart qui, lui-même, était ouvert à réconcilier le passé, le présent et l’avenir. Cette version a déjà été jouée aux États-Unis, mais c’est la première fois qu’elle est présentée au Canada. Spears est un jeune dans la trentaine qui vit à Boston, il est très impliqué dans la communauté LGBT de la Côte Est. C’est donc une raison de plus pour nous, avec ce concert pour la Maison du Parc, de proposer ses mouvements pour ce Requiem», rajoute Jean-Sébastien Vallée qui est professeur de musique à l’Université McGill et dont c’est le 5e concert Voix d’espoir qu’il dirige en 2019.
 
Donc, sous la direction de Jean-Sébastien Vallée, on aura un ensemble musical formé de l’Association des musiciens de l’Orchestre symphonique de Montréal (OSM) et le chœur de l’église St. Andrew et St. Paul. Avec les solistes Ellen Wieser, soprano, Camille Brault-Majou, mezzo, Joé Lampron-Dandonneau, ténor, et Pierre-Étienne Bergeron, baryton. «Comme l’an dernier, on espère amasser environ 125 000$. Nous remercions la Banque de Montréal, notre principal donateur, qui nous appuie depuis plusieurs années déjà», souligne Monique Drolet de la Maison du Parc. 6 A.C. Passiour
 
Billets : réguliers à 35$, VIP à 100$ (cocktail après le concert et rencontre avec les artistes, les choristes, les donateurs, etc.).
À l’église St. Andrew et St. Paul, rue Sherbrooke Ouest angle Redpath.
Infos : 514-523-6467