Cinéma et homophobie

L'extrême droite et l'Église orthodoxe menacent de perturber la diffusion d'un film d'amour gai

Karl Mayer
Commentaires

En Géorgie, des groupes d'extrême droite et l'Église orthodoxe se mobilisent contre la première du film suédois And Then We Danced, tourné en Georgie et mettant en vedette un danseur homosexuel géorgien.

And Then We Danced qui ouvrira notamment la 32e edition du festival Image+nation à Montréal, le 21 novembre prochain, est une tendre histoire de découverte de l'amour gai filmée à Tbilissi, en Géorgie.

Le réalisateur et scénariste suédois - d'origine géorgienne - Levan Akin filme l'histoire d'un étudiant de l'Académie du Ballet national géorgien qui se sent attiré par un autre danseur. Cependant, à cause de l'environnement scolaire extrêmement conservateur et homophobe, les deux jeunes hommes vont devoir garder leur amour secret.

Le film a récemment été choisi comme candidat officiel de la Suède aux Oscars du meilleur long métrage international, et les billets pour la première à Tbilissi le 8 novembre prochain ont été vendus en quelques minutes.

Mais la popularité du film a fortement déplu aux groupes ultra-conservateurs géorgiens, qui l’ont qualifié de « révoltant ». L'organisation nationaliste Géorgien March s'est engagée à empêcher les projections de se dérouler afin de lutter contre la « propagande homosexuelle ».

L’Église orthodoxe géorgienne est également fermement opposée au film et souhaite exprimer une « protestation de grande ampleur » contre le film. Le responsable des relations publiques de l’église est même apparu à la télévision pour affirmer que « [le film] est une nouvelle tentative de minimiser les valeurs chrétiennes géorgiennes ».

« Il y a certaines forces qui semblent profondément dérangées par l’autorité de l’Église, par l’amour de la population pour Dieu et par les valeurs traditionnelles. Elles utilisent tous les moyens pour chercher à les ébranler », a communiqué le clergé. 

Le groupe de défense des droits des LGBT géorgien, Equality Movement, a appelé la police à intervenir contre les possibles agressions de spectateurs dans les salles de cinéma diffusant le film.

Les menaces sont devenues si sérieuses que le ministère des Affaires publiques a publié une déclaration dans laquelle il a promis d'assurer la sécurité publique lors de toutes les projections.

« Les 8, 9 et 10 novembre, différentes salles de cinéma de Batumi et de Tbilissi proposeront la première d'And Then We Danced , a-t-il déclaré. Différents groupes ont menacé de perturber la projection du film. Le Ministère des Affaires intérieures de Géorgie veille à la protection de la sécurité publique et de l'ordre public ainsi qu'à la liberté d'expression. Nous nous adressons à tous: respectez la loi. Sinon, la police utilisera son mandat légal et réprimera immédiatement les actes illégaux ».