Gala Arc-en-ciel

Une spécialiste des questions trans dans les médias grand prix du Gala Arc-en-ciel

Denis-Daniel Boullé
Commentaires

Récipiendaire du grand prix du gala Arc-en-ciel 2019, Karine Espineira est connue des milieux universitaires qui étudient, réfléchissent et agissent sur toutes les questions relatives au genre dans nos sociétés, et plus spécifiquement sur la représentation des personnes transgenres dans les médias.  Une approche raisonnée qui tient compte des aspirations des personnes trans versus une société qui tarde à évoluer. 

Vous êtes spécialiste de la représentation des personnes trans dans les médias. La transition de Caitlyn Jenner a suscité des controverses dans le milieu trans. Certain.es considéraient que c’était donner une visibilité aux personnes trans indépendamment du personnage?

Je ne suis pas fan de Caitlyn Jenner parce qu'elle a des prises de position que je ne partage pas du tout. Je ne me sens  pas tenue à une solidarité sans condition. Je peux être aussi critique envers mon groupe d'appartenance. Caitlyn Jenner a des idées très conservatrices.?Et ce n’est pas qu'elle est une personne trans que je devais être solidaire. C'est la première raison qui me gêne. La seconde, c'est qu'elle a marchandisé sa transition, ouvrant un nouveau questionnement dans les organismes trans, c'est celui de la classe sociale et des moyens financiers que l'on dispose ou non pour faire une transition À l'opposé je pense beaucoup plus intéressante la position de Laverne Cox, et son engagement personnel. C'est l'antithèse de Caitlyn Jenner. 

Laverne Cox profite de sa notoriété pour faire passer des messages positifs. Dans une émission de télévision en 2014, à l'émission Kathy je crois, alors qu'on lui demandait de parler de sa transition, elle avait coupé son interlocutrice pour rappeler qu'au lieu de parler de transition, on devrait plutôt parler des discriminations plus nombreuses dont sont victimes les personnes trans. L'usage de sa notoriété pour faire passer des messages inclusifs bien au-delà de sa petite chapelle, est bien plus intéressante et je suis très intéressée par cette militance intersectionnelle ou encore militance de la convergence. 

 

Il y a une vision très hétéronormée des personnes trans dans les shows de télé, les téléséries, une femme trans doit être extrêmement féminine ?

J'ai travaillé sur des archives représentant les personnes trans dans les médias et cela traverse l'histoire. Une femme trans doit être un symbole de féminité. Un commentaire qui revenait souvent pour parler de ces stars comme Coccinelle et bien d'autres était : «Plus femme que les femmes».   Aujourd'hui, on en voit apparaître dans les séries, ce sont en majorité des personnages de femmes trans et hétérosexuelles, et en générales blanches. En fait que des gages à la normalité. Ce modèle-là est extrêmement rassurant pour l'ordre établi. Ça ne trouble rien. Mais ce sont aussi des mécanismes de défense aussi pour les personnes trans. En correspondant aux normes, elles se protègent. Notre regard est culturellement genré. Nous sommes éduqué.es pour distinguer les hommes et les femmes. Par exemple, si une personne trans mais dont cela ne se voit pas le dit, le premier réflexe, c'est de regarder ce que j'appelle les « stigmates ». On va examiner la forme de son visage, analyser sa voix, etc., et on se met à chercher tous les symptômes qui rappelleraient l'homme ou la femme au départ. Et il faut apprendre à «dégenrer» notre regard, et pas seulement pour les personnes trans, mais pour les personnes qui ont un corps androgyne, qui déroge à une totalité féminine ou à une totalité masculine, ce que personne n'arrive jamais à atteindre. Cela inflige beaucoup de violence, ce que j’appelle une violence de genre. Même des personnes autres que les personnes trans sont victimes de cette violence de genre. Des hommes s'infligent ces violences pour devenir plus musclés, pour des femmes d'être minces, etc. et il faut s'émanciper des normes et bien sûr du regard des autres.

 

Est-ce qu’alors la plus grande médiatisation des personnes trans est une bonne chose ?

Tout ce qui touche à la visibilité génère des ambivalences, c'est une règle générale. Quand on ne parle pas, ou on ne montre pas une chose, elle n'existe pas. Si on ne parle pas d'homophobie ou de transphobie, c'est que cela n'existe pas. Ensuite, quelle est la qualité de la représentation alors quand on en parle. Est-ce qu'on est dans une représentation hégémonique, standard, consensuelle qui efface la diversité, ce qui en résumant serait la bonne personne gaie, la bonne personne lesbienne, ou encore la bonne personne trans. Mais les autres, qu'est ce qu'on fait des autres ? Toutes celles et ceux qui ne correspondent pas à ces standards, et puis surtout qui se taisent, qu’est-ce que l’on fait pour elles et pour eux ?