Du 21 au 25 janvier 2020

George Stamos à la recherche de notre gentillesse

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
ONE KIND FAVOR de George Stamos

On aime Georges Stamos, son talent, son intelligence, et sa gentillesse. Coup de chance, c'est la gentillesse qui a présidé à sa toute dernière création. À leur toute dernière création pour être plus exact, puisque Georges Stamos s'est associé à Karla Étienne et Radwan Ghazi Moumneh pour créer One Kind Favor présenté au Montréal, Arts interculturels (MAI) dans le cadre de Danse-Cité.

Pour nous parler de ce projet qui s'est construit à trois, Radwan Ghazi Moumneh signant la musique et Karla Étienne comme interprète, nous avons rencontré George Stamos. Bien sûr, il est l'auteur de la chorégraphie mais il intervient très vite pour préciser que le travail s'est fait en étroite collaboration avec ces deux autres complices. Un mot reviendra souvent dans l'entrevue, la bonté.
 
Étrange, tant la bonté est considérée le plus souvent avec l'insignifiance, la naïveté et pourtant. «Je ne sais pas pourquoi mais je trouve que les créations en danse sont particulièrement pessimistes, peut-être è l'image de ce qu'on vit, mais c'est souvent sombre et violent», commence George Stamos, «il est aussi beaucoup question de solitude, de difficulté à entrer en contact avec les autres, et même au quotidien je constate que l'on insiste sur les conflits, les confrontations, je voulais explorer une autre approche sous le signe de la bonté». Une valeur qui ne fait pas la une des médias, ni souvent des conversations, et peu (re)visitée par l'art en général. 
 
De ce fait, George Stamos s'est tourné vers des collaborateurs qui partageaient ce même souci ou peut-être ce même désir. «Nous avons pris comme proposition initiale la gentillesse pour sortir des sentiers battus, continue le chorégraphe, et ce n'est pas forcément confortable, cela demande de connaître ses limites, d'accepter l'autre dans les sien-nes, comment on travaille ensemble et comment se pose la question du pouvoir. Nous avons donc inverser les rôles, Karla Étienne est devenu en quelque sorte l'étudiante, et moi le professeur, et en approfondissant notre démarche, nous étions à toutes ces questions essentielles sur une meilleure approche de l'autre».
 
Les deux complices de George Stamos ont des parcours différents du sien, si ce n'est que d'être des habitués de la scène. Karla Étienne été formée à la danse d'Afrique de l'Ouest puis a poursuivi son initiation avec la technique de danse développée par Zab Maboungou pour laquelle elle dansera des années avant de devenir directice adjointe de Zab Maboungou/Compagnie Danse Nyata Nyata. Quant à Radwan Ghazi Moumneh, originaire du Liban, et après toute une enfance et une adolescence au Sultanat d'Oman, c'est vers l'univers de la musique et de la technique qu'il s'engage. 
 
Il est évident qu'au regard de la collaboration pour One Kind Favor, les trois artistes imprègnent leur création de leurs origines et expériences différentes, une fois encore pour retrouver dans les multiples héritages ce qui peut nous rapprocher en tant qu'individus, en tant que groupes, en tant qu'humanité. 
 
Comme George Stamos, tentons, à travers cette création sous le signe de la rencontre apaisée de l'autre, de laisser notre propre gentillesse s'extérioriser.  
 
ONE KIND FAVOR de George Stamos, du 21 au 25 janvier 2020 à 20h, au MAI Montréal, Arts Interculturels situé au 3680 rue Jeanne Mance), dans le cadre du volet Traces-Hors-Sentiers de Danse-Cité. 

INFOS & BILLETS : 
www.m-a-i.qc.ca et www.danse-cite.org