Claude Laroche

Un coach pour mieux vieillir et se sentir moins isolé

André-Constantin Passiour
Commentaires
Claude Laroche

Claude Laroche est « coach de vie » ou pour être plus précis, « coach en santé et mieux-être ». Bon, d’accord. Étant au Québec, où le hockey est la religion de la nation, on sait ce qu’est un coach. Il planifie des stratégies, il entraîne ses gars ou filles, il les encourage ou il les engueule comme du poisson pourri lorsqu’on accumule des défaites comme les Canadiens par les temps qui courent. Mais un coach de vie, ça fait quoi au juste ?

« J’aime cette analogie avec un coach sportif ou de hockey. Un coach de vie est là, en effet, pour encou-rager, pour aider, pour donner des outils, » indique Claude Laroche. « Je ne suis pas un expert dans la vie de quelqu’un, car seule cette personne peut être experte dans sa vie. L’athlète, normalement, c’est lui l’expert, à moins que le coach ne soit un ancien   athlète lui-même. Si la personne veut faire des changements dans sa carrière, ou pour sa santé et son bien-être, je suis là pour l’accompagner. C’est ce que fait un coach comme moi. »
 
Claude Laroche, qui a œuvré durant 30 ans dans le secteur des affaires pour deux grandes sociétés   d’État, a pris sa retraite en 2010 pour se consacrer à devenir coach en santé et mieux-être, conseiller en nutrition et entraîneur en conditionnement physique. 
 
« Je suis coach de vie depuis 10 ans, j’étais moi-même rendu là, » continue-t-il. « En vieillissant, on désire mieux vieillir, justement, et je me suis donc réorienté vers la nutrition et le conditionnement physique pour mieux accompagner les gens. Cela fait une vingtaine d’années que je suis masso-thérapeute et plus récemment je suis aussi naturothépeute, donc j’ai une compréhension de la personne dans sa totalité. C’est ce qu’on appelle l’approche holistique, soit de voir tous les aspects de la vie d’une personne. »
 
Claude Laroche va travailler avec une personne plus particulièrement sur ce qu’il appelle les «six pointes de tarte» : rester soi-même et s’exprimer ; se fixer des buts (explorer ce qu’on aime et suivre ce que le cœur nous dit) ; être connecté davantage et resserrer les liens avec son entourage et sa communauté ; manger des aliments sains pour se sentir en pleine forme et avoir plus d’énergie ; bouger plus et faire plus d’exercice pour améliorer sa force et son endurance ; et enfin, faire des choses qui apportent beaucoup de joie.
 
« Ma clientèle est constituée principalement d’hommes gais. Je les accompagne parfois dans des changements de vie importante, je les orientes pour qu’ils vivent mieux de nouvelles situations. J’aide aussi les hommes qui veulent faire un changement de carrière. Je suis là pour les épauler, » indique Claude Laroche.
 
« Le coaching peut aider aussi à avoir du plaisir à se nourrir mieux. Il faut trouver les activités qui te font plaisir. Si aller au gym trois fois par semaine ce n’est pas pour toi, alors on trouvera autre chose. Et parfois, justement quand on vieillit, cela peut être en effet un défi que d’aller au gym et devoir se comparer aux plus jeunes. Sans oublier le regard des autres envers soi. Je peux même accompagner les gens qui vont dans un gym pour la toute première fois. Par ailleurs, ce n’est pas toujours agréable de suivre un régime qu’on n’aime pas. Il faut avoir du plaisir dans ce qu’on fait pour réussir à atteindre ses objectifs, sinon on ne le fera pas, » d’expliquer M. Laroche. 
 
« J’aborde le vieillissement sous un autre angle, » souligne-t-il. « J’oriente la personne vers une vie plus saine, plus active, avec une meilleure nutrition. J’accompagne les gens dans ce qu’ils peuvent faire pour s’améliorer et ainsi faire de leurs années de retraite les meilleures de leur vie. »
 
« Chez les gais, il y a un grand risque d’isolement avec le vieillissement, » poursuit Claude Laroche. « Je veux donc tenter de trouver des outils pour aider les gens à être plus en santé et vieillir moins isolé. ».
 
Claude Laroche