Que nous réserve 2020 ?

Les 30 ans de SexGarage

Yves Lafontaine
Commentaires
Photo prise par © Linda Dawn Hammond

En 2020, on soulignera le 30e anniversaire de la descente du SexGarage. SexGarage était le nom donné à une série de partys privés organisés dans le centre-ville (sur de la Gauchetière, à quelques portes du sauna 456) par l’extraordinaire hôte que fut Nicholas Jenkins.

En juillet 1990, des policiers de la Communauté urbaine de Montréal, sans leur insigne, y font un raid. Ils battent plusieurs fêtards à coup de matraque pendant que plusieurs drag-queens, habituellement les premières à subir les harcèlements policiers, rampent pour sortir par l’escalier de secours. La police menace de faire feu sur quiconque quitterait les lieux sans escorte policière et arrêtent huit personnes. Après l’annulation, le lendemain, d’une rencontre avec les autorités policières, 

200 protestataires manifestèrent devant le poste 25, bloquant une intersection et criant des slogans tels que «Brisez le silence! Pas de violence!» et «We’re here, we’re queer, and so are some of you!» Plus d’une cinquantaine de policiers en tenue anti-émeute et portant des gants de latex prennent d’assaut les manifestants et les porteurs de pancartes, puis procèdent à 48 arrestations. Les journalistes et caméramans de la télévision captent les scènes de brutalité policière. 

SexGarage, maintenant perçu comme le Stonewall de Montréal, a modifié le paysage politique de la ville, forçant les autorités municipales et le service de police de la CUM à permettre des manifestations sans qu’il soit nécessaire d’obtenir un permis. Sex Garage a également politisé une génération de gais montréalais. Deux semaines plus tard, 2000 manifestants défilent dans les rues, du Quartier général de la police, alors situé dans le Vieux-Montréal, jusqu’au parc Lafontaine, où se succèdent différents orateurs, des orchestres rock et la troupe La la La Human Step. Des représentants de Queer Nation ont piqueté devant les bureaux de la délégation du Québec à New York en geste de solidarité avec des manifestants venus de Toronto, Washington et Londres.