France

La librairie parisienne «Les Mots à la bouche» lance un appel pour se trouver un nouveau local

Chantal Cyr
Commentaires

En mars prochain, la célèbre librairie LGBT du quartier du Marais à Paris devra quitter son adresse et les propriétaires de cette institution n’ont toujours pas trouvé de nouveaux locaux. Ils viennent de lancer un appel à tous sur les réseaux sociaux.

Le temps est à la mobilisation car à la fin du mois de mars 2020, le commerce devra quitter le 6 rue Sainte Croix de la Bretonnerie, où il est installé depuis 36 ans.

En effet, le propriétaire de l’édifice refuse de renouveler le bail commercial, désirant profiter de la gentrification du quartier et de ses loyers qui sont montés en flèche. En novembre dernier, une première rumeur de fermeture définitive, démentie sur les réseaux sociaux s’était répandue sur les réseaux sociaux. La librairie a d’alors expliqué que «la mairie de Paris nous a promis son aide pour (nous) le reloger ». Mais le week-end dernier, la librairie a fait appel à ses clients sur Facebook pour se trouver un local au plus vite 

« À l’heure actuelle, nous n’avons toujours pas trouvé de nouveau local pour déménager, et nous devons quitter nos locaux fin mars. Vous avez été très nombreu.x.ses à nous proposer votre aide, nous faisons appel à vous aujourd’hui pour trouver ce nouvel emplacement. Si vous connaissez un local qui se libère, entre 100 et 200m², dans un quartier proche de la librairie actuelle (Paris 2/3/4e et limitrophes), contactez-nous via [email protected] en précisant bien " local potentiel " dans l’objet " !

La fin du bail était prévue pour le 31 décembre, mais comme les nouveaux locataires ne veulent s’installer qu’à la fin Mars, la librairie bénéficie d’un sursis. Mais pour l’instant, elle n'a aucun local où atterrir. Un employé de la libririe, Nicolas Wanstock, a confirmé au site Têtu que l’établissement a bien eu des échanges avec la mairie de Paris et celle du IVe :

«On a rencontré les équipes de la mairie. L’adjointe à la mairie du 4e et toute une équipe et Frédéric Hocquart ( Adjoint à la Maire de Paris chargé de la vie nocturne et de la diversité de l’économie culturelle, ndlr ). Ils ont tous témoigné d’une volonté de nous aider et ont rappelé l’importance des Mots à la bouche pour la culture et la communauté LGBTQ. Ils nous ont proposé trois lieux, poursuit le libraire. La mairie dispose d’un parc de logement public-privé. Ce sont des rez-de-chaussée de logements sociaux mais qui ne correspondent pas à notre activité. Ces lieux ne donnent pas sur la rue. »