Royauté

Le sultan d’Oman est décédé

Yannick LeClerc
Commentaires

Le sultan Qabous, qui régnait sur Oman depuis 50 ans, est mort le 10 janvier dernier, ont annoncé les médias locaux officiels. Il souffrait depuis de nombreuses années d’un cancer du côlon. Qabous était le plus ancien leader arabe à la tête d’un pays. Un pays unique au Moyen-Orient: médiateur des crises régionales, ami avec tout le monde, le seul à ne compter aucun djihadiste dans les zones de conflit alentour.

Le sultan Qabous, qui régnait sur le pays depuis près de 50 ans, est mort vendredi à l'âge de 79 ans d'un cancer du côlon. Jamais marié, celui dont l’homosexualité était un secret de polichinelle n’avait pas de successeur désigné, n’ayant jamais eu ni enfant ni frère, c'est-à-dire des héritiers directs. 

Après seulement quelques heures de suspense, c'est finalement l’un de ses cousins, Haitham ben Tarek, 65 ans, qui lui a succédé ce samedi. Ce passionné de sport a occupé le poste de sous-secrétaire du ministère des Affaires étrangères pour les affaires politiques, avant de devenir ministre du Patrimoine et de la Culture au milieu des années 1990. Il a également été le premier dirigeant de la Fédération de football d’Oman au début des années 1980.

Le nouveau sultan a prêté serment après une réunion de la famille royale qui a validé le choix d’un successeur fait par le défunt qui l'avait désigné dans une lettre.

Selon la constitution omanaise, la famille royale pouvait aussi dans les trois jours suivant la vacance du trône, choisir elle-même un successeur. Ce qu'elle n'a pas fait.

Dans son premier discours en sa qualité de sultan, Haitham ben Tarek a promis de marcher dans les pas de son prédécesseur, notamment en matière de politique étrangère, «basée sur la coexistence pacifique entre les nations et sur la non-ingérence dans les affaires intérieures des autres».