Parti conservateur

Pierre Poilievre ne sera pas candidat à la direction du Parti conservateur

La Presse Canadienne
Commentaires

Moins de 24 heures après avoir annoncé le lieu officiel de son lancement de campagne, le député conservateur Pierre Poilievre précise qu'il ne sera finalement pas candidat à la course à la direction du Parti conservateur.

Le député avait pourtant annoncé mercredi, dans une convocation envoyée aux médias, qu'il comptait faire son entrée officielle dans la course samedi après-midi.

Dans un message publié sur Facebook jeudi, le député de 40 ans évoque sa famille et la naissance récente de son enfant.

Le député de Carleton y explique qu'il aurait été difficile pour [sa] vie familiale de se lancer dans la course à la chefferie du parti.

C’est encore plus difficile parce que je venais de passer les 18 mois précédents à faire campagne pour regagner mon siège à la récente élection fédérale, au cours de laquelle j’ai raté la majeure partie de la première année de notre bébé, écrit-il.

Sa femme, Anaida, ajoute, elle aussi sur Facebook, que la décision n’a pas été prise à la légère. On ne peut pas racheter le temps perdu et notre petite fille grandit beaucoup trop vite.

Pierre Poilievre avait déjà une bonne équipe en place et avait commencé un travail de précampagne. En sillonnant le pays, il a été ravi par la réponse favorable, dit-il.

Le député avait notamment lancé une campagne de communication dans les médias francophones au Québec la semaine dernière, en affirmant qu’il était maintenant pro-choix et en faveur des mariages gais. Cette sortie avait poussé certains conservateurs sociaux à désavouer le candidat conservateur, qui était jusqu’à ce jour considéré comme le candidat potentiel qui avait le profil le plus intéressant pour eux.

Pour l'heure, le député de Carleton n'a offert son soutien à aucun autre candidat, mais s'est dit à la recherche d'un solide conservateur financier qui va libérer la libre entreprise pour que les gens puissent réaliser leurs rêves par le travail assidu.

D’autres grosses pointures ont annoncé qu’elles ne seraient pas de la course pour succéder à Andrew Scheer. En entrevue avec Patrice Roy, Jean Charest a confirmé cette semaine qu’il ne sera pas candidat, même s’il affirme avoir été fortement sollicité pour se présenter.

Hier, l’ancienne ministre conservatrice Rona Ambrose a certifié qu’elle ne sera pas candidate, afin de se concentrer sur sa carrière dans le secteur privé.

Peter MacKay annoncera sa candidature samedi

L’ancien ministre conservateur et ex-chef du Parti progressiste-conservateur Peter MacKay doit quant à lui annoncer officiellement qu’il se portera candidat samedi, chez lui, dans la circonscription de Nova-Centre qu’il a représentée pendant plusieurs années.

Peter MacKay avait obtenu un feu rouge de la CNV à l'époque où il était ministre en raison de son vote contre la réouverture du débat sur l’avortement, présenté par un député conservateur.

Malgré tout, il est perçu comme l’un des favoris pour succéder à Andrew Scheer.

Notons que le député conservateur Erin O’Toole réfléchit à la possibilité de se présenter. Une autre élue ontarienne, Marylin Gladu, a confirmé son intention d’aller de l’avant.

L’homme d’affaires Rick Petersen, le député Derek Sloan et l’ex-conseiller de Stephen Harper Richard Décarie souhaitent également succéder à Andrew Scheer.

Le prochain chef du PCC doit être choisi le 27 juin prochain.