Martine Rothblatt, Grand Phénicia 2020

UNE PERSONNALITÉ HORS NORMES

Michel Joanny-Furtin
Commentaires
Martine Rothblatt

La Chambre de Commerce LGBT du Québec fait fort cette année en remettant son Grand Phénicia 2020 à une personnalité du monde des affaires et de nos communautés pour le moins hors du commun en la personne de Martine Rothblatt. Entrepreneure et pionnière, Martine Rothblatt abat les frontières pour repousser les limites de la science et du vivant. Un être humain remarquable.

PDG de la société pharmaceutique United Therapeutics, avocate, auteure et femme d'affaires américaine, Martine Aliana Rothblatt est née dans un corps d’homme, en 1954 à Chicago. D’origine russe du côté de son père, Harold David Rothblatt, un dentiste dont les parents avaient émigré d’Odessa en Ukraine, Martine Rothblatt a également des origines polonaises par sa mère, Rosa Lee Bernstein, une conférencière et orthophoniste, dont les parents ont aussi émigré au début du XXe siècle.
 
Martin Rothblatt a grandi en Californie du Sud dans une famille juive pratiquante implantée dans le quartier hispanique de la banlieue de San Diego, puis à Los Angeles. Dès l’enfance, il se sent différent, «ne trouve pas sa place, et passe sa vie dans les livres et la tête dans les nuages», racontera-t-il.
 
Après des études de droit, son vif intérêt pour les télécommunications et l’espace l’amène à créer une société cotée en bourse et spécialisée dans l’exploitation des satellites, en développant une idée de génie: la diffusion radiophonique permanente via satellite, Sirius XM! Par ailleurs, son système satellitaire Sirius XM améliore la sécurité grâce à des informations météo numériques en temps réel pour les pilotes en vol. Toujours dans le domaine de l'aviation, Martin a aussi conçu le premier hélicoptère électrique au monde.
 
Martin rencontre Beverley "Bina Aspen" Prator, la grande passion de sa vie, en 1979 et l’épouse en 1982. Elles ont à l’époque chacune un enfant, issues de relations précédentes. Elles auront deux enfants de manière naturelle ensemble, Gabriel et Jenesis, et en adopteront un autre. «Bina est mon âme sœur», affirme Martine. Une nuit il y a environ 30 ans, Martin annonce à Bina qu'il veut changer de sexe. «J'ai attendu d'être vraiment, absolument certain, qu'elle ne me quitterait pas», raconte Martine. Et Bina ne l’a jamais lâché… Mais cela ne s’est pas aussi bien passé dans le monde des affaires. «Certains associés et partenaires ne voulaient plus avoir affaire à moi», se souvient Martine.
 
Une entreprise pour sauver sa fille
De plus, pendant ce processus de transition, le couple apprend que Jenesis, leur fillette de 7 ans, souffre d’hypertension artérielle pulmonaire, une maladie réputée incurable et fatale à court terme, dont le seul remède est un traitement contraignant avec une pompe portative. Martine crée alors sa propre société pharmaceutique, United Therapeutics, engage le découvreur du seul traitement disponible et le met au travail pour trouver encore mieux en mettant au point un médicament oral qui la sauvera et changera la vie de milliers de patients. Âgée de 30 ans maintenant, Jenesis est en pleine forme. «Il n'y a pas d’obstacle trop grand pour Martine. C'est l'une de ses grandes forces dans la vie», résume Jenesis.
 
À la tête de United Therapeutics, l’entrepreneure vise de nouvelles thérapies pour les maladies rares, et veut décoder les propriétés pharmacogénomiques des médicaments et fabriquer une réserve illimitée d'organes transplantables.
 
Juste après sa transition à 40 ans en 1994, Martine Rothblatt a écrit un livre nourri de ses expériences en tant que femme transgenre, The Apartheid of Sex (Crown, 1995), inspiré de la sagesse conventionnelle entourant le genre. «Les organes génitaux sont aussi peu pertinents pour le rôle d'une personne dans la société que le teint de la peau. Par conséquent, la division légale des gens en hommes et femmes est aussi erronée que la division légale des gens en races noires et blanches…», affirme-t-elle.
 
Créer une conscience numérique
Dans le même sens, cette surdouée a participé à la création de normes juridiques touchant la santé des transgenres, et la protection de la vie privée en matière d'information génétique dans le cadre d'un traité international. Rappelons que Martine Rothblatt est titulaire d'un baccalauréat en communications, d'un doctorat en droit et d'un MBA de l'UCLA, ainsi que d'un doctorat en éthique médicale de la Royal London School of Medicine & Dentistry. D’autres ouvrages interpellent les savoirs comme Unzipped Genes (Temple University Press, 1997) sur la bioéthique de la naissance, Your Life or Mine (Ashgate, 2003) sur la xénotransplantation, et From Transgender to Transhuman (M. Rothblatt, 2011) sur la non-binarité.
 
Avec la Fondation Terasem, Martine Rothblatt fait des recherches sur la préservation numérique de la personnalité pour permettre au contenu de notre esprit de survivre à notre corps. Son dernier livre, Virtually Human (St. Martin's Press, 2014) explique son projet de cloner l'esprit humain en décomposant en code informatique des pensées et des émotions spécifiques et ainsi créer une "conscience numérique" du sujet. L’ouvrage explore la cyber-éthique et les droits de la personne pour les formes de vie numériques qui se profilent à l'horizon.
 
Martine Rothblatt est une femme transgenre de pouvoir, un cas plutôt rare dans le milieu corporatif. Un modèle pour les femmes? «Je ne peux pas prétendre que ce que j'ai accompli est équivalent à ce qu'une femme a accompli. Pendant la première moitié de ma vie, j'ai été un homme…».
 
(Sources: CBS News, C2 Montréal, Forbes, Paris-Match, TED, 
Washington Post, Wikipédia, etc.)
 
Les prochains rendez-vous de la CC-LGBT-Q
  • 26 février, un [email protected] est ouvert à l’invitation des membres (surveillez la page FB).
  • 25 mars, première Explorale, un panel conférence de 30 minutes avant le cocktail de réseautage, sur «la diversité dans les technologies de l’information».
  • 29 avril, seconde Explorale sur le thème «Où sont les femmes en affaires?» avec la collaboration de LSTW.
  • 21 mai, 16e Gala Phénicia à la salle du Parquet de la CDPQ.
  • 17 juin, AGA de la Chambre de commerce LGBT du Québec.