Inde

La police interdit la marche des fiertés à Mumbai… puis se ravise

Yannick LeClerc
Commentaires

La police de Mumbai a interdit la marche des fiertés qui devait avoir lieu le 1er février, mais a permis un rassemblement moins important. 

Queer Azaadi Mumbai organise la marche des fiertés chaque année depuis 2008. Celle de cette année devait avoir lieu le 1er février et comprendre, une marche, des discours et un concert. Cependant, le mercredi 29 janvier, la police a révoqué l'autorisation de défiler. Selon le Deccan Herald, les forces de l'ordre écrivent qu'elles soupçonnent les manifestants de crier des slogans anti-gouvernementaux et de protester contre le controversé Citizenship Amendment Act (CAA).  Cette loi a été proposée par Bharatiya Janata, le parti hindou de droite majoritaire en l'Inde, le parti hindou de droite. Elle a été votée en décembre 2019.

Les organisateurs ont publié une photo de la lettre de la police de Mumbai sur Twitter, puis un soutien international s’est fait entendre

Le 1er février, la police a finalement accordé un maximum de 3 heures pour un rassemblement qui s’est terminé sous un chant de ralliement et les drapeaux arc-en-ciel et trans. Si la police craignait que les manifestants n'en profitent pour protester contre le gouvernement, sa tactique a justement amplifié le désir de protestation des personnes LGBTQ+ et leurs allié-e-es qui se s’étaient déplacé-e-s.