Lire

Ceci est mon corps

Benoit Migneault
Commentaires
Ceci est mon corps

Les notions de masculinité et de virilité sont au cœur de ce récit autobiographique qui occupa une place bien méritée dans les ouvrages en lice dans la catégorie Biographie de la 28e édition des prix Lambda.

Ceci est mon corpsNul ne sera surpris d’apprendre que le questionnement de l’auteur, Michael V. Smith, est né du regard porté par les Autres sur sa propre personne. Élevé au sein d’un environnement conservateur de cols bleus où les codes culturels et sociaux sont très cristallisés, au cœur d’une famille dysfonctionnelle et d’un père alcoolique, ses jambes filiformes, sa taille mince et son amour de la mode l’ont bien vite rangée dans une étrange catégorie qui se définit par la négative, à savoir l’opposé de la virilité. Lorsqu’il enfile une robe pour la première fois, il a donc immédiatement l’impression de pénétrer dans des terres familières et d’être enfin à sa place : le drag lui permet de respirer. Difficile cependant de faire face au jugement d’une société bien-pensante lorsque l’on commet le crime « abominable » de porter une robe. Il réalise assez rapidement que les codes imposés ne lui conviennent pas, que ce soit du côté du féminin ou du masculin, et qu’il lui faut éventuellement se résoudre à se les inventer : un cheminement périlleux qui se révèlera ponctué de hauts et de bas, de luttes contre différentes formes de dépendance (drogue, sexe) et de rencontres parfois funestes. C’est sans artifice et avec un humour pince-sans-rire que l’auteur partage ses souvenirs et réflexions, de l’enfance à l’âge adulte : une expérience hors-norme qui ne nous est cependant pas étrangère puisqu’il nous fut tous donné de toucher à cette remise en question, bien qu’à une moindre échelle. 
 
Ceci est mon corps / Michael V. Smith.
Traduit de l'anglais par Benoît Laflamme
Montréal : Triptyque, 2019. 289p. (Queer)