Paris

La librairie «Les Mots à la bouche» s’est trouvée un nouveau local

Yannick LeClerc
Commentaires

Après de longues recherches, la librairie LGBT+ de Paris, «Les Mots à la bouche », a trouvé ses nouveaux locaux. Les libraires vont quitter le Marais aux prioses avec la gentrification et se diriger dans le onzième arrondissement, avec l’intention d’y créer un îlot LGBT+.

« Nous sommes soulagés et enthousiastes », a fait savoir pour l’équipe Nicolas Wanstok libraire dans l’établissement et responsable des communications. La librairie LGBT Les Mots à la bouche devrait emménager début avril, dans un local anciennement occupé par Inès, une boutique de déco et de patchwork, situé au 37, rue Saint-Ambroise, dans le 11e arrondissement de Paris, à côté de la station de métro Saint-Maur. «C’est un quartier en plein changement, très gay-friendly, avec plein de commerces gais : le M’sieurs Dames et le 17 pas loin. Sans être le Marais, il pourrait bien s’y recréer une sorte d’îlot LGBT+.»

Le 8 novembre dernier, l’annonce avait affolé bien des personnes de la communauté LGBT+. Les Mots à la bouche se voyait dans l’obligation de quitter ses locaux de la rue Sainte-Croix de La Bretonnerie, après trente-six ans. En effet, le propriétaire venait d’annoncer à la librairie son intention de doubler, voire de tripler le nouveau loyer après l’expiration du bail le 31 mars 2020. Les gérants s’étaient alors activés pour trouver un nouveau local.

La mairie de Paris et celle du quatrième arrondissement ont tenté d’apporter leur aide, en privilégiant le Marais. Les libraires ont alors visité «cinq ou six» lieux dans le quartier, mais aucun ne semblait convenir. «C’étaient souvent des lieux où il n’y avait pas de passage du tout ou ne donnaient pas sur la rue, raconte Nicolas Wanstok. Ou bien, les locaux étaient trop grands, trop chers et nécessitaient trop de travaux. Honnêtement, au départ, ça nous a beaucoup inquiétés quand on s’est rendu compte qu’ils n’avaient rien pour nous dans le Marais. Dans le privé, les droits au bail étaient hors de prix. Ça a été un peu la panique à bord ". En décembre, les libraires, " très inquiets ", avaient même publié un appel à l’aide sur leur page Facebook.

Avec l’arrivée des grandes chaînes de luxe dans le Marais, tous les loyers ont explosé. L’un des plus vieux quartiers de Paris est en train de se vider de ses habitants, pratiquement plus personne — à mois d’être très fortunés — n’a les moyens d’y vivre. Il n’y a quasiment plus de clientèle de voisinage, à part les plus âgés qui ont emménagé il y a longtemps.

Les nouveaux locaux ont été trouvés " par l’équipe de la Librairie qui est passée par la Semaest, une société d’économie mixte de la Ville de Paris, ce qui devrait assurer une pérennité à long terme. Bonne nouvelle!