États-Unis

En Californie, un militant LGBT gracié 33 ans après sa mort

Sébastien Thibert
Commentaires

Arrêté en 1953 pour avoir eu des rapports sexuels avec des hommes, l’activiste Bayard Rustin a été gracié par le gouverneur de l’État de Californie 67 ans plus tard. Une décision posthume qui devrait s’inscrire dans un mouvement plus large de réhabilitation des militants qui ont combattu pour les droits des LGBT.

“En Californie et à travers tous les États-Unis, par le passé, des accusations comme le vagabondage ou la sodomie ont été utilisées pour cibler injustement des lesbiennes, des gais, des bisexuels, des transgenres et des queers. Les forces de l’ordre et les procureurs ont spécifiquement ciblé des individus et des communautés pour des poursuites pénales. Mais aujourd’hui, en tant qu’État allié des LGBT, la Californie tourne la page des torts historiques.” 

C’est avec cette déclaration chargée d’enthousiasme que le bureau du gouverneur de la Californie Gavin Newsom, a annoncé la grâce de Bayard Rustin, un activiste ayant lutté pour les droits de la communauté LGBT pendant les années 1950. Ce militant décédé en 1987 a donc été réhabilité à titre posthume, d’un crime qu’il avait “commis” il y a pas moins de 67 ans. 

Peu de personnes contestent l’influence et le rôle de Rustin dans la lutte pour les droits civiques. Il rejoignit les premiers mouvements anti-ségrégationnistes en 1947, ce qui lui valu 30 jours de prison en Caroline du Nord. Il fut en 1955 un des assistants de Martin Luther King lors du boycott de bus en Alabama (suite à l’affaire Rosa Parks) qui fut un tournant dans la lutte pour les droits civiques. Il organisa la marche de Washington en 1963 au cours de laquelle Martin Luther King prononça son fameux discours "I have a dream".