France - Metz

En France, un jardin hommage à des militantes LGBT vandalisé avant même d’être inauguré

Chantal Cyr
Commentaires

Ce mercredi 19 février, à Metz, des autocollants homophobes ont été découverts sur des plaques commémoratives installées la veille dans le jardin Marsha P. Johnson et Sylvia Rivera, du nom de deux militantes LGBT qui avaient participé aux émeutes de Stonewall en 1969 à New-York. La mairie vient de porter plainte.

L’association Couleurs Gaies a décidé de maintenir l’inauguration à Metz du jardin Marsha Johnson et Sylvia Rivera qui était prévue le 19 février et de laisser les étiquettes «pour montrer la réalité de l'homophobie à Metz», selon les mots de son président Matthieu Gatipon-Bachette. «Aujourd'hui devait être un moment heureux et symbolique, ternis par ces propos haineux et homophobes.» « Jardin du Sida », « Broutage de gazon entre mondialistes cosmopolites et l’électorat du lobby de l’amour anal », ou encore « Travelos militants homosexuels et prostitués qui servent de models (sic) aux LGBTismes et aux progressistes de gauche », les collages apposés dans le jardin sont tout bonnement écœurants.

La ville de Metz a annoncé vouloir porter plainte. D’après le quotidien local Le Républicain Lorrain, ce n’est pas la première fois que la ville fait face à des collages haineux. En juin 2018, l’exposition photos des Couples de la République aurait ainsi été vandalisée à plusieurs reprises. Si Matthieu Gatipon-Bachette pense qu’il s’agit « très certainement d’un individu isolé », selon lui, cet acte de vandalisme « démontre qu’il y a encore du travail » pour mettre un terme aux attaques LGBTphobes.