Les vendredis à 20h

Place aux candidates de la 12e saison du Rupaul’s Drag Race

Yves Lafontaine
Commentaires
 12e saison du  Rupaul’s Drag Race

La célèbre émission de télé-réalité RuPaul’s Drag Race, diffusée au Canada sur OutTv est de retour. Pour cette nouvelle et douzième saison, treize drag-queens vont tout donner pour tenter de décrocher le titre convoité d’America's Next Drag Superstar. Les candidates de cette année sont très motivées, nous dit-on, et, parmi elles, une Française (Nicky Doll), une Polynésienne (Brita) et une Canadienne (Jacki Cox).

Pour ceux qui n’ont jamais regardé l’émission, sachez que le principe est simple: une dizaine de drag-queens se disputent le titre - et la couronne - de «prochaine superstar drag» et une somme d’argent non négligeable.
 
Tout au long de l’émission, on a droit à des tenues extravagantes, du crêpage de chignon et des performances parfois exceptionnelles. Les deux reines les moins convaincantes de la semaine se voient contraintes de «faire du lipsync pour sauver leur peau» (Lipsync for your life), des prestations souvent de haut vol et complètement folles sur des succès légendaires de la musique pop.
 
L'émission véhicule également des valeurs comme le respect de l'autre et l'amour de soi. Car «si tu ne t'aimes pas, comment crois-tu pouvoir aimer quelqu'un d'autre», clame d’ailleurs RuPaul à chaque fin d'émission avant de lâcher un «AMEN!» collectif.
 
Les 13 candidates


• Ancienne maquilleuse dans le milieu de la mode, Nicky Doll (28 ans) est née à Marseille, a vécu à Paris et s’est expatriée à New-York pour vivre de son art. Elle sait danser, elle peut être très belle, mais elle sait aussi bouger son cul! «Dès que j’ouvre la bouche, les gens se rendent compte que je ne suis pas une pétasse coincée...», dit la principale intéressée d’elle-même. «Parfois les gens pensent que je suis une garce, mais c’est seulement mon personnage. Je suis très gentille, au fond...» On a hâte de mieux la découvrir dans les épisodes!
 
 
Brita (34 ans), une reine polynésienne installée à New York, travaille fort pas moins de sept soirs par semaine pour captiver le public avec de fameuses prestations. Elle a notamment dansé pour Katy Perry et fut l’une des vedettes de Shade: Queens of NYC une série télé câblée avec des drags locales diffusée dans la région de New York.
 
 
• Amateure de cosplay et fan de Star Trek, la reine iranienne Jackie Cox (34 ans) est née au Canada, mais réside dorénavant dans la Grosse Pomme. Cette diva du théâtre musical est influencée par la scène du cabaret et se considère «comme votre tante cool, toujours prête à s’amuser, mais généralement au lit à 10 heures».
 
 
• Originaire du «milieu de nulle part (Acworth), en Géorgie», Aiden Zhane (29 ans) joue un personnage de grande sœur qui fait (vraiment) peur. Elle s’est construit une carrière de drag depuis… sa chambre à coucher. Elle puise son inspiration, entre autres, dans l’univers de Marilyn Manson et des films d'horreur. Aiden admet qu’elle apporte moins d’expérience à la compétition que les autres drags, mais elle prévoit d’utiliser cela à son avantage.
 
 
Crystal Methyd (28 ans) est un nom sur les lèvres de nombreux fans de drags en ce moment. Son surnom vise à porter l’attention sur les problèmes de toxicomanie dans sa ville natale de Springfield au Missouri. Elle est connue pour ses tenues ori-ginales à petit budget, ses maquillages incomparables et son sens de l'humour délirant… Mais aussi pour son besoin quasi maladif de toujours être le centre de l’attention.
 
 
 
• Membre de la Haus of Aja, Dahlia Sin (28 ans) a réussi en peu de temps à épater la côte ouest et la grande région de Los Angeles avec son sex-appeal très urbain. Se décrivant comme «banjie, kawaii realness», Dahlia s’inspire beaucoup de Rihanna et admet être une «petite» queen.
 
 
• Résidante de Los Angeles, Gigi Goode est la benjamine de cette 12e saison. Dotée de longues jambes, elle se décrit comme une illustration de mode qui prend vie. Elle bénéficie d’un réseau social important qui la suit sur Instagram où elle poste de superbes photos d’elle.
 
 
Heidi N Closet (24 ans), de Ramseur, une petite ville de Caroline du Nord, a une personnalité contagieuse qui pourrait bien faire d'elle une vedette instantanée. Reine de la danse, Heidi se considère comme une «excentrique qui n’est pas là pour faire des drames». On a déjà entendu ça…
 
 
• Originaire de Milwauke au Wisconsin, Jaida Essence Hall (32 ans) prétend que son deuxième prénom lui a été donné par son petit ami, qui lui a dit qu’elle était «l’essence de la beauté». Elle a toujours voulu être créatrice de mode, et maintenant elle peut à la fois vivre son fantasme et modeler ses propres créations magnifiques.
 
 
• Anciennement connue sous le nom de Jan Sport (du nom de la marque de sacs à dos), Jan est un tiers du groupe de chanteuses drag girls Stephanie’s Child, avec Rosé et Lagoona Bloo. Le trio a participé à America’s Got Talent et s’est produit sur The Voice. C’est une adepte du théâtre musical et elle chante aussi bien que bien des vedettes féminines de la pop.
 
 
• Directement de San Francisco, Rock M. Sakura (28 ans) semble être une fusion d’un animé, d’un manga et de tout ce qui est rose. Avec un style haut-en-énergie, offrant des performances à couper le souffle et doté d’un sens de l'humour un peu graveleux, c'est une reine qui défie la catégorisation.
 
 
• La new-yorkaise Sherry Pie a beau n’avoir que 27 ans, elle connaît bien ses références. On le cons-tate à voir ses prestations sur le web à la fois très polies et camp. Et avec Lucille Ball et Carol Burnett comme icônes, elle a certainement appris des meilleures. Elle se considère comme un mélange du passé et du futur de la traînée, «mélangé pour faire une belle tarte délicieuse».
 
 
Widow Von’Du (30 ans) une fille de Kansas City au Missouri qui vit à plein sa vie. Pour son nom de scène, elle s’est inspirée de l’araignée veuve noire, Kat Von D et d’Erykah Badu, ce qui vous donne une idée de son style éclectique. Cette reine met le feu à la baraque quand elle s’y met et pourrait très bien performer en conditions de compétition féroce…
 
•••
 
Au cours de cette compétition, la personnalité est aussi importante que le look pour espérer décrocher le titre tant convoité et le chèque final de 100 000 dollars. Les caméras captent tout et une partie de ce qui ne finit pas dans RuPaul's Drag Race se laisse découvrir dans Untucked, l'émission de 30 minutes sur les coulisses du tournage qui suit juste après le Drag Race. Drama, drama, drama!
 
Si pour vous, comme moi, le RuPaul's Drag Race fait partie de ces plaisirs coupables qui vous mettent le sourire au visage dès les premières minutes, vous serez rivés à votre écran les vendredis soirs ou vous voudrez vous déplacer au bar Le Cocktail pour assister à la diffusion avec d’autres fans.
 
L’émission peut s’avérer à la fois aussi fake que les perruques et les faux cils de ses participantes, et aussi émouvante que les récits personnels qu'il met en lumière. Elle donne aussi l’occasion de réfléchir à une manière humoristique et toujours légère de subvertir les normes liées au genre. D’une certaine manière, ce qui nous est proposé c’est une façon de considérer son corps ou son apparence comme quelque chose avec quoi on peut jouer, et non quelque chose dont on serait prisonnier. On y voit d’ailleurs de plus en plus des candidat.es qui ont différents types de corps.
 
N’hésitez pas à commenter les photos et commentaires que nous placerons sur la page Facebook de Fugues magazine avant (pronostics) et après la diffusion de chaque épisode…