Entrevue

Un grand album de duos signé Geneviève Leclerc

Samuel Larochelle
Commentaires
Cover Geneviève Leclerc

Les duos de Gen est tout sauf un énième album de reprises qui n’amène rien à la musique. Geneviève Leclerc, qu’on connaissait déjà pour sa grande voix et ses interprétations bouleversantes, revisite douze classiques de façon magistrale aux côtés de chanteurs connus (Marie-Élaine Thibert, Lulu Hugues) et de plusieurs jeunes talents.

Depuis 2018, tu partageais les vidéos de ces duos sur Facebook et You Tube. Pourquoi en faire un album?
Les gens me l’ont beaucoup demandé. On a donc analysé la situation, ma blonde Georgina et moi, et on a réalisé que les personnes de 50 à 75 ans dans mon public ne savent pas toutes comment prendre une vidéo YouTube et la transformer en mp3. En plus, à cause de l’algorithme de Facebook, même des fans qui interagissent beaucoup avec moi ont vu seulement une ou deux capsules. Maintenant, l’album est disponible sur toutes les plateformes.
 
Qu’est-ce que tu aimes des duos?
Avant La Voix, j’ai fait carrière en théâtre musical, en chantant entre autres dans Les Misérables et Belles-Sœurs. J’aime le travail d’équipe, m’adapter aux autres et les mettre en lumière. Quand les harmoniques d’une voix s’alignent à celles d’une autre, c’est incroyable. Il faut savoir mettre de côté son orgueil. Un duo, ce n’est pas la place pour chanter plus fort que l’autre. On n’a pas besoin de faire de l’ombre aux autres. Comme dans n’importe quelle relation, la clé d’un duo réside dans l’écoute des besoins de l’autre. Par exemple, quand j’ai repris If I Were a Boy avec Geneviève Racette, une chanteuse folk, j’ai été obligée d’explorer quelque chose de nouveau. Je ne pouvais pas belter (donner l’impression de crier).
 
Comment as-tu choisi les chanteurs et les chanteuses?
Au-delà de leurs belles voix, je me suis tournée vers des artistes qui me touchent. Dans un cas comme Briana Victoria, je lui ai enseigné dans une classe de maître quand elle avait 15 ans. Lorsque je l’ai revue trois ans plus tard à La Voix, je voulais tout de suite reprendre le travail avec elle. Marie-Élaine Thibert est une de mes idoles. Je la regardais dans Star Académie. Je suis vraiment heureuse qu’elle ait dit oui. Plusieurs artistes, moins établis qu’elle, m’ont snobbée, mais je n’ai pas d’orgueil là-dessus. L’invitation tient toujours.
 
Ton album est composé de chansons déjà très aimées des gens (La vie en rose, Le monde est stone, Come what may, Creep, D’l’amour j’en veux pus, etc.). Pourquoi privilégier ces classiques aux créations?
Je pense que les gens sont saturés de nouvelles informations à l’ère des réseaux sociaux. Je leur propose donc de redécouvrir quelque chose qu’ils connaissent pour décrocher et être apaisés. À l’inverse, un album de compositions exige une écoute attentive si on veut vraiment comprendre le message de l’artiste. Il faut être réceptif à cette nouvelle information. En spectacle, je vois à quel point les réactions à mes relectures sont fortes. C’est quelque chose qui fait du bien. Et si je compare ça au théâtre, je ne pense pas qu’on juge les artistes qui reprennent Molière ou Shakespeare. Un bon texte, on peut le faire vibrer de 1000 façons différentes puisque chaque interprète est différent.
 
Comment décrirais-tu ta signature en relectures?
J’adore prendre une chanson dans laquelle le texte n’a pas eu sa place, parce que l’accroche était plutôt au niveau musical. Je replace donc l’attention vers le texte. Et, ça frôle peut-être la prétention de dire ça, mais j’aime aussi réinterpréter des chansons qui ont été chantées sans la vulnérabilité nécessaire. Je crois être capable de me mettre à nue, sans jouer à la fille qui se regarde la face pour recréer ce que c’est d’avoir de la peine. Je veux chanter comme si on me regardait à travers le trou d’une serrure, quand je suis seule au monde et que je chante sans me demander de quoi j’ai l’air.
 
Tu vas débuter la tournée de cet album de duos en mars. Qui sera avec toi et tes musiciens sur scène?
Si j’étais millionnaire, tous les chanteurs de l’album seraient là chaque soir. Mais, j’ai choisi d’inviter un des gars ou une des filles dans chaque show pour faire plusieurs duos. Ils doivent donc travailler sur l’interprétation de plein d’autres chansons.