LIVRE

Humain / Femelle de l’humain

Julie Vaillancourt
Commentaires
claire

À l’heure où définir et redéfinir les écrits, ou la façon de se décrire et d’écrire semble davantage bénéficier à l’expression individuelle qu’au mouvement collectif, l’utilisation de la langue demeure pourtant la grammaire qui tente de nous unir. Sans avoir la prétention de résoudre «les maux de la langue», le livre Humain / Femelle de l’humain interroge les problèmes que pose le sexisme dans la langue. Cette anthologie s’inscrit dans la critique féministe de la connaissance et regroupe des textes parus de 1985 à 2009, et des inédits. Discussion sur l’utilisation de la langue de Molière avec la so-ciolinguiste Claire Michard et Dominique Bourque, co-fondatrice des Éditions sans fin.

Claire MichardC’est grâce au mouvement de mai 1968 et à la naissance du mouvement de libération des femmes que Claire Michard reprend des études universitaires: «C’est le vent de révolte et de liberté qui soufflait en mai 1968 qui a entraîné ma décision», explique celle qui était, à l’époque mère de trois enfants et au foyer. «J’avais été auparavant secrétaire. Je me suis toujours intéressée aux sciences humaines et à la littérature et les statuts de secrétaire et de mère au foyer ne me satisfaisaient guère.» 
 
C’est ainsi que son intérêt pour la linguistique la mènera jusqu’au doctorat: «Comme j’étais assez bonne en français au lycée, j’ai entrepris des études de lettres pendant lesquelles j’ai fait connaissance avec la linguistique, discipline qui venait d’entrer à la fac. Il se trouve qu’il existait à Nanterre (Paris X) un cursus exclusivement centré sur la linguistique à partir de la licence. Comme ce cursus menait à la recherche et que la linguistique m’avait séduite, j’ai opté pour cette direction, sans aucune idée au démarrage d’un quelconque rapport avec la libération des femmes. C’est au cours des études, de la rencontre avec les étudiantes (presque toutes des femmes dans ce cursus), et du développement de la critique scientifique par rapport au traitement des sexes que le choix de la thèse s’est imposé.»
 
Ayant publié depuis une myriade d’ouvrages, Claire Michard, aujourd’hui jeune octogénaire, lançait en janvier dernier, aux Éditions sans fin, Humain / Femelle de l’humain: Effet idéologique du rapport de sexage et notion de sexe en français. «Le choix du titre représente la cohérence entre mes recherches sur les constructions discursives des notions de femme et d’homme dans des textes de sciences sociales et la théorisation de l’appropriation du corps des femmes en tant que machine à force de travail (le sexage) de la sociologue Colette Guillaumin.» Pour les néophytes, le sexage désigne d’abord «le rapport d’appropriation de la classe des femmes par la classe des hommes», c’est-à-dire qu’«il s’agit du fait de considérer les femmes comme la propriété de leur père (si elles ne sont pas mariées), de leur mari (si elles le sont) ou de leur fils (si elles sont veuves). Les femmes sont traitées, de manière plus ou moins insidieuse, d’une part comme la propriété de leurs père, mari, fils et autres hommes de la famille, et d’autre part comme également celle de tous les autres hommes, quels qu’ils soient: patron, collègue, voisin, etc.», explique Dominique Bourque qui mentionne l’affaire #metoo pour illustrer son propos. Puis, il y a «l’effet idéologique de ce rapport», c’est-à-dire que les femmes sont vues, non pas à partir de leur humanité, mais de leur anima-lité, c’est-à-dire leur corps et elles sont traitées comme des machines naturellement faites pour travailler au mieux-être des autres et de la société: servir l’institution de la famille et le régime de l’hétérosexualité.»
 
Ainsi, il paraissait tout naturel pour les Éditions sans fin qui «privilégient les réalisations dont le point de vue lesbien est susceptible d’élargir ou de décentrer les visions majoritaires du monde», de publier les analyses de Claire, explique Dominique Bourque: «Pertinentes à plus d’un titre, elles nous rappellent que nous avons accordé peu d’importance à la partie invisible du sexisme, qui se manifeste dans l’usage de la langue, pour privilégier celui qui apparaît dans sa forme (absence de titres de profession, règle du masculin qui l’emporte sur le féminin). En se consacrant à la pointe de l’iceberg, nous avons négligé la question sémantique, c’est-à-dire du sens que l’on accorde aux mots d’une part et de la manière dont on l’emploie d’autre part. Autrement dit, nous avons négligé la culture qui informe le langage et les pratiques du langage (…)» 
 
Nécessairement, ces questions linguistiques sont d’autant plus d’actualité, confirme Dominique: «Autre intérêt des travaux de Michard, qui tranche sur les autres travaux de linguistique, c’est qu’ils nous rappellent que contrairement à ce qu’on laisse souvent entendre, ledit «masculin» dans la langue est en fait le général qui a été approprié par les hommes. Ce coup de force a eu pour effet de particulariser les femmes, de faire croire qu’elles étaient différentes, une catégorie particulière d’humains définie par leur corps/sexe. Autrement, ce que réalisait ce coup de force, c’est la naturalisation ou sexu(alis)ation des femmes. Le problème, ce n’est donc pas que les femmes sont invisibles dans la langue, mais qu’elles sont visibles en tant que femmes et non en tant qu’êtres humains. En féminisant (autrice, etc.), nous perpétuons ce système de pensée au lieu de le combattre. Il nous apparaissait très important aux Éditions sans fin de contribuer aux débats de l’heure sur le sexisme en faisant une place aux analyses progressives (pour l’émancipation des femmes) de Michard dont personne ne parle et qui nuancent les positions manichéennes sur la féminisation.»
 
Humain/Femelle de l’humain (2020) est disponible à la
Librairie L’Euguélionne ainsi que sur le site web des Éditions sans fin: