États-Unis / Présidentielle

Pete Buttigieg se retire de la course à la Maison Blanche

Étienne Dutil
Commentaires

Coup de tonnerre au sein des primaires démocrates aux États-Unis. Le premier candidat gai dans la course à la Maison-Blanche a mis fin à sa campagne pour l'investiture démocrate dimanche, malgré des succès qui ont surpris tout le monde A 38 ans, le jeune maire homosexuel rêvait de «faire mentir les sceptiques» et d'accéder à la Maison Blanche. Pete Buttigieg n'a pas réussi son coup. Mais il a marqué les esprits. 

Il créé la surprise en remportant le caucus de l'Iowa, juste devant le sénateur Bernie Sanders, mais sa sévère défaite (8%) en Caroline du Sud a notamment mis en lumière une très grande difficulté à mobiliser au sein de l'électorat noir.

Accompagné de son époux Chasten Buttigieg, très ému, le jeune ex-maire de South Bend dans l’Indiana a choisi sa ville pour mettre fin à la campagne qu’il avait annoncée ici même il y a presque un an.

Contenant à peine ses larmes, Chasten Buttigieg a raconté comment tous deux avaient pris la décision que son époux se lance dans la course à la Maison Blanche. «Après être tombé amoureux de Pete, il m’a permis de croire à nouveau en moi. Alors j’ai dit à Pete de se présenter parce que je savais qu’il y avait d’autres jeunes dans ce pays qui avaient, aussi, besoin de croire en eux», a-t-il confié, sous les applaudissements. Comme lors de son annonce de candidature, Chasten et Pete Buttigieg se sont embrassés sur scène, marquant l’histoire politique américaine.

La voix de ce trentenaire polyglotte ouvertement homosexuel a fait souffler un vent frais sur les primaires démocrates dont les deux favoris - Bernie Sanders et Joe Biden - sont septuagénaires et ont siégé pendant des décennies au Sénat.

Malgré son nom imprononçable («Boot-edge-edge»), Buttigieg devrait rester une figure centrale du Parti Démocrate. Encore inconnu l’an dernier, ce politicien polyglotte a fait la preuve de son charisme et – très important aux USA – de sa capacité à collecter des fonds: 81 millions de dollars. «L’histoire de Pete Buttigieg n’est pas finie. C’est juste le début», a prédit le stratège démocrate David Axelrod, faisant allusion à la jeunesse du candidat, 38 ans.

«Mayor Pete» ne faisait pas l’unanimité au sein de la communauté LGBTQ+. À la mi-février, lors d’un gala à San Francisco, il avait été vivement interpellé par des activistes queer qui l’accusaient d’ignorer leurs préoccupations, notamment sur l’assurance santé ou sur la gratuité de l’éducation supérieure – thèmes portés par Bernie Sanders.