États-Unis

Les personnes LGBT plus vulnérables au coronavirus aux États-Unis?

Les citoyens LGBT américains sont plus vulnérables au coronavirus, ont estimé  plusieurs organisations de santé américaines dans une lettre ouverte exhortant le gouvernement à agir.

«Les communautés LGBT + connaissent très bien les phénomènes de stigmatisation et d'épidémie. Nous voulons exhorter les personnes impliquées dans la réponse COVID-19 à s'assurer que les communautés LGBT + sont traitées de manière adéquate pendant cette épidémie», commence la lettre ouverte.

La lettre, organisée par le LGBT National Cancer Network et signée par plus d'une centaine d'organisations locales et nationales aux États-Unis, décrit trois principaux facteurs qui établissent, selon elles, que le coronavirus présente un risque accru pour les personnes LGBT +: 

la prévalence du tabagisme dans la communauté LGBT +; 

les taux plus élevés de VIH et de cancer ;

les obstacles aux soins de santé aux États-Unis qui font que les personnes LGBT + sont réticentes demander un traitement médical.

«Alors que les médias et les communautés de santé sont poussés à dépasser l'épidémie de COVID-19, nous devons nous assurer que les plus vulnérables d'entre nous ne sont pas oubliés», a déclaré le Dr Scout, directeur adjoint du National LGBT Cancer Network.

«En tant qu'organisation dédiée à la santé et au bien-être des communautés LGBT +, nous exhortons les personnes LGBT + à appliquer les mesures recommandées par les experts en santé publique, telles que le lavage fréquent des mains, pour prévenir la propagation de ce virus», a déclaré Scott Nass, président de GLMA, une organisation internationale de professionnels de la santé faisant progresser l'égalité LGBT +.

«En même temps, comme nos collègues qui se sont joints à la lettre ouverte, nous appelons les responsables de la santé publique à veiller à ce que la communauté LGBTQ soit prise en compte et incluse dans la réponse de santé publique au COVID-19 en fonction des facteurs de risque potentiels qui existent dans notre communauté». 

La lettre a été signée par une coalition de six organisations: le National LGBT Cancer Network, GLMA, Whitman-Walker Health, SAGE, New York Transgender Advocacy Group et la National Queer Asian Pacific Islander Alliance.