La rédaction

Insuffler l’espoir malgré tout

Yves Lafontaine
Commentaires
Yves Lafontaine

Alors que le monde tel qu’on l’a connu est en train de disparaître pour un temps, l’équipe de Fugues veut insuffler un peu de joie et d’espoir dans l’ambiance morose actuelle avec la sortie numérique de l’édition d’avril que nous vous préparions depuis plusieurs semaines déjà.

Pourquoi disponible en version numérique seulement? La fermeture des bars, des salles de spectacles, des gyms, des boutiques, des spas et centre de beauté, des saunas, des restaurants, etc… nous prive de nos points de distribution (où sont habituellement écoulés plus de 75 % des exemplaires) et la fermeture imposée d’un grand nombre de nos partenaires traditionnels, qui financent le magazine par leurs achats publicitaires, nous prive d’une partie importante de nos revenus. Des partenaires qui nous permettent depuis 36 ans de vous offrir une information diversifiée et gratuite, disponible via une multitude de plateformes. 
 
Dans la présente édition, outre nos chroniques habituelles, vous retrouverez plusieurs entrevues, tant avec des artistes (Adam Lambert, Laurence Nerbonne, Éric Leblanc, Bonnie Raitt et Kama La Mackerel), des militantes (Nathalie Di Palma, Khate Lessard) et des gens d’affaires dans le cadre d’un dossier sur l’entreprenariat LGBT : Younes El Moustir, Christine Bock et Josée Cochelin, Donald Deshesne, Mathieu Ménard et Steve Grenier, Martine D’André et Diane Denault, ainsi que Simon Dery, le nouveau directeur général de la Caisse Desjardins du Quartier-Latin.  
 
On vous parle aussi du lancement de maprep.org, du chemsex et de la réduction de risques et, évidemment, du COVID-19 et de son impact sur la santé et sur l’économie LGBTQ.
 
Fugues est solidaire à la gestion de la crise sanitaire actuelle pour lutter contre la pandémie du coronavirus et nous croyons que la priorité doit être la santé du public. Sans céder à la panique, personne d’entre nous ne voudrait être responsable d’avoir contaminé des collègues, des amis, des partenaires ou des clients. Le bureau de Fugues sera donc fermé à partir du vendredi 20 mars pour la durée de la crise de la COVID-19. La situation sera réévaluée aux deux semaines.
 
Nous savons que la fermeture de tous les établissements s’adressant spécifiquement aux personnes LGBTQ aura non seulement un impact économique énorme, mais provoquera un sentiment d’isolement psychologique pour bien des personnes LGBTQ+. C’est pourquoi une partie de l’équipe entend poursuivre tout au long de la crise le rôle de Fugues d’informer et de divertir les communautés LGBTQ et leurs allié-e-s. 
 
Cela dit, par la force des choses et le ralentissement forcé de l’économie, nous le ferons à distance, avec une équipe réduite et bénévole. Avec un autre rythme, nous continuerons à vous informer à travers le site web de Fugues, le canal Apple News de Fugues et via nos infolettres auxquelles vous pouvez vous abonner sans frais (si ce n’est pas déjà fait). Si le cœur vous en dit, vous pouvez participer à cet effort en envoyant  à [email protected] des textes (témoignages, opinions, suggestions d’activités à faire chez soi) ainsi que des photos ou des vidéos de votre quotidien, etc.
 
Les entreprises et organismes peuvent évidemment continuer à nous soutenir et rejoindre la communauté LGBTQ via le site web de Fugues et ses infolettres par l’achat de publicités numériques et web, qui rejoignent globalement plus de 200 000 personnes par mois.
 
Dans les prochains jours, si ce n’est pas déjà fait, il vous sera également possible, sur le site web de Fugues, de faire des dons pour soutenir notre initiative citoyenne.
 
La situation est exceptionnelle et difficile pour tous et toutes, mais également pour les entreprises, leurs salariés et leurs fournisseurs. Éditions Nitram, qui publie votre Fugues, n’y échappe pas. Si la production du Guide Arc-en-ciel 2020-21 n’est pas annulée à ce moment-ci, elle est toutefois remise à plus tard.
 

Gérer la crise et prendre soin de soi

Dans des situations comme celle que nous connaissons, il est tout à fait compréhensible de se sentir stressé, anxieux ou bouleversé. C'est une situation nouvelle, hors de l'ordinaire. Et on n'a pas beaucoup d'expérience face à une pandémie. Je veux être rassurant dans ce que je dis : il faut se dire que «oui c'est normal de vivre du stress et oui c'est normal de vivre de l'anxiété». Cela dit, rappelons nous que si l’inconnu est une source d’anxiété, la solidarité et la compassion sont des valeurs sûres pour faire face au stress lié au coronavirus. Outre l’aide des gouvernements, c’est la collaboration, l’entraide et l’empathie qui va nous aider à passer au travers de cette crise, comme communauté et comme société.
 
S’il est important de bien s’informer, il est aussi important que vous vous changiez les idées. Il est notamment préférable d'avoir d'autres sujets de conversation et durant cette crise, soyez assuré qu’on vous parlera aussi de d’autres choses que du coronavirus.
 
Il faut s’accrocher et garder espoir, car la tempête a une fin.

Restez chez vous, prenez soin de vous et des autres et restez informés... grâce à Fugues.
 

POUR LIRE LA VERSION VIRTUELLE DE L'ÉDITION D'AVRIL

 

POUR LIRE LA VERSION PDF

 

Abonnez-vous à l’infolettre de Fugues :
newsletter.fugues.com  

Suivez-nous sur les réseaux sociaux :
facebook.com/FuguesMagazine
twitter.com/fuguesmagazine
instagram.com/fuguesmag
applenews.fugues.com

Consultez les versions numériques (PDF, ISSUU) de nos publications, 
Fugues, Décorhomme et le Guide Arc-en-ciel / Rainbow Guide :
fugues.com/nos-magazines.html   

Feuilleter virtuellement le Fugues via les plateformes suivantes :
issuu.com/fugues
pressreader.com/catalog?search=fugues (abonnement requis)
biblimags.ca (enregistrement requis)