Place au Village

De nouveaux commerces dans le Village bientôt!

André-Constantin Passiour
Commentaires
Mathieu Ménard et Steve Grenier

Après avoir discuté du taux d’inoccupation des locaux dans le Village, au mois de février, et d’avoir constaté qu’il y avait au moins 44 locaux vacants, et bien voilà une bonne nouvelle! Avec la saison chaude, on apprend qu’au moins deux nouveaux commerces ouvriront leurs portes! D’abord il y a le «Minéral», sur Atateken, qui prend la relève du Lounge L’Un et L’Autre d’Yvon Jussaume (qui a pris sa retraite). Ensuite, on a entendu dire par son copropriétaire, Donald Deshesne, qu’une microbrasserie viendra remplacer l’ancien club La Relaxe, sur Sainte-Catherine Est. Cette ouverture devrait se faire quelque part au printemps. «Mais je ne peux pas donner de date exacte encore, tout dépendra de la fin des travaux», nous a dit Donald Deshesne.?Ce dernier et (un ancien barman de La Relaxe, Dave Turgeon, forment maintenant le duos de propriétaires de ce lieu dont on ne connaît pas encore le nouveau nom.

Il faut donc se réjouir que le Village reprenne du poil de la bête avec l’éveil de la belle saison…
 
Comme on vous l’annonçait presque en exclusivité dans l’article sur la retraite d’Yvon Jussaume, c’est Mathieu Ménard, un des copropriétaires du resto bar Blind Pig, sur Ontario Est, qui est en train de développer le bar Minéral avec son associé Steve Grenier. Ce sont donc deux habitués du milieu de la restauration.
 
Le 26 février dernier, Mathieu Ménard annonçait ainsi sur les réseaux sociaux la création de son futur «bébé» : «Bon, je peux ENFIN l’annoncer officiellement. C’est avec beaucoup de fierté, de fébrilité et d’excitation que je présente mon futur bébé, le Minéral. Tantôt bar à vin, tantôt boîte de nuit, le bar Minéral sera évolutif tout au long de la soirée. Équipé d’un système audio aux fines pointes de la technologie, mon bar vous propose des soirées immersives en sons et en couleurs. Allez SUIVEZ nous, j’te jure, tu veux être là à l’ouverture! Bisou!».
 
C’est donc au début d’avril que le Minéral accueillera ses premiers clients. Mais pourquoi s’installer dans le Village alors que certaines langues ne font que prédire la «mort» du secteur ? «Justement, on a voulu ouvrir quelque chose ici, dans le Village, pour arrêter la rumeur qui dit que le Village va mourir et qu’il n’y a plus rien à faire ici, explique Mathieu Ménard, 34 ans, qui a été le propriétaire du resto Les Chasseurs avant de devenir copropriétaire du Blind Pig. Autrefois, je sortais dans le Village, j’allais au Parking et dans d’autres bars, c’était cool, c’était animé. Donc, on veut maintenant offrir un lieu qui sort des stéréotypes, un bar gais, mais ouvert à tout le monde, qui soit design, qui soit hot […]»
 
Donald Deshesne«On voulait en même temps que ce bar ne soit pas nécessairement sur Sainte-Catherine, on a vu le potentiel de la rue Atateken, c’est une artère intéressante. Il y a déjà des commerces qui fonctionnent très bien, comme le Blossom, le O’Thym, le Agri-kol, etc. On a vu la possibilité d’aller chercher une clientèle mixte, incluant celle de Radio-Canada, de TVA, des tours à bureaux qui sont toutes proches, les gens des condos autour aussi, les étudiants, etc. C’est intéressant de voir l’activité qu’il y a sur Atateken et qu’on ne soupçonne pas vraiment. […] Donc, l’idée aussi d’installer un bar là où à œuvré un pionnier comme Yvon Jussaume nous plaisait bien à Mathieu et à moi», commente pour sa part Steve Grenier, 30 ans, qui a travaillé dans deux St-Hubert durant au moins 10 ans et qui étudie aux HEC en gestion d’entreprise.
 
On nous dit que le Minéral sera un bar à vin, mais en réalité, ce sera plus que ça. «L’idée est qu’il y aura une certaine ambiance pour les 5 à 7 et puis, tranquillement, les choses vont évoluer pour que cela se transforme en club vers 22h, avec une musique électronique, une piste de danse, avec DJ Guillaume Michaud, qui a entre autres fait la Nuit Blanche à la SAT, et là l’ambiance change complètement», confie Mathieu Ménard qui a étudié en publicité et marketing et a travaillé pour l’agence Tux. «On a tout prévu que pour ce soit cool, chaleureux, que les gens viennent prendre une bière, un verre de vin, qu’il mange quelque chose grâce à notre menu bouffe qui comprend 5 ou 6 plats, des choses réellement très simples mais délicieuses et, ensuite, comme Mathieu l’a dit, cela évolue vers une autre ambiance plus tard au cours de la soirée», renchérit Steve Grenier avec un très large sourire.
 
Ici, les deux jeunes entrepreneurs n’ont rien laissé au hasard ! Pour l’éclairage et le son, on a collaboré avec Moog Audio pour créer l’environnement sonore et visuel éclectique. On a ainsi investi plus de 20 000$ pour le son. Quant au décor, encore là, on n’y a pas été par le dos de la cuillère, on a fait appel à la réputée firme Blanchette Architectes qui nous a concocté, entre autres, l’Espace Village (lesbureaux de la SDC du Village) et la terrasse du resto Tendresse. Quant au menu bouffe, c’est la charmante Justine Joyal, une des finalistes de MasterChef Canada (saison 4, 2017), qui s’est vue confier la tâche de créer une carte à faire lécher les babines tant les mets seront appétissants et simples «étant donné qu’on n’a pas un grand espace pour la cuisine», ajoute Mathieu Ménard.
 
Si la bière vient de chez Boréale, avec 10 lignes de fût, on a requis les services de plusieurs importateurs de vin afin de s’assurer d’avoir des produits exclusifs, non vendus à la SAQ, des vins bios, «nature», etc. On désire aussi devenir le lieu de «l’after» Piknic Électronik les dimanches, tandis qu’on prévoit des événements costauds en collaboration avec Fierté Montréal l’été prochain, le tout organisé par Félix Fournier (du bar La Voûte, dans le Vieux-Montréal) ! 
 
Tout le monde se souviendra de la belle terrasse d’Yvon Jussaume, eh bien les deux associés vont la reprendre et 
l’embellir pour l’été !
 
«Le projet coule super bien depuis le début, que ce soit avec Yvon Jussaume, avec Steve, et avec tous les partenaires qu’on rencontre, tout le monde est en-thousiaste ! Nous le faisons aussi parce que nous voulons que l’œuvre d’Yvon se poursuive d’une certaine façon et que cela ait du succès et que les gens qui allaient au Lounge d’Yvon puissent continuer de venir, mais dans une autre ambiance», dit Mathieu Ménard.