La Fondation Émergence

En mode «Devoir de mémoire»

Denis-Daniel Boullé
Commentaires
Photo prise par © @Fabien Galipeau

Devoir de mémoire, le titre dit tout. Ne pas oublier celles et ceux qui ont été des pionniers et des pionnières pour la reconnaissance sociale et légale des minorités sexuelles. Certains et certaines ont disparu, et les traces de leur passage et de leur action représentent un legs important pour les générations actuelles et futures, encore faut-il qu'elles soient accessibles. La Fondation Émergence a décidé d'étendre sa mission dans la préservation de cette mémoire en présentant 5 vidéos avec en entrevue cinq de ses pionnières et pionniers. Des vidéos d'une dizaine de minutes qui sont disponibles sur les réseaux sociaux et bien entendu sur le site de la Fondation Émergence.

Lors du lancement des vidéos au Musée McCord, en présence de ces cinq pionnières et pionniers, les personnalités invitées, dont la ministre de la Justice et responsable du Bureau de lutte contre l'homophobie et la transphobie, Sonia Lebel, ont rappelé la nécessité de savoir d'où on venait pour savoir où on allait. «Lors d'un vox pop informel sur rue Ste-Catherine, nous nous sommes rendus compte que beaucoup de personnes LGBTQ ne connaissaient pas leur histoire, a commenté Laurent Breault, Directeur général de la Fondation Émergence, et l'idée nous est venue de réaliser des capsules avec des personnes qui ont été très actives pour faire changer les choses.»

Les vidéos retracent par leur témoignage, le parcours personnel et militant des cinq personnes dont certaines sont encore très présentes dans le milieu communautaire et universitaire: Line Chamberland, titulaire de la Chaire de recherche sur l'homophobie de l'UQAM; Gloria Escomel, ex-enseignante et très engagée dans le mouvement lesbien à la fin des années 70; Marie-Laure Leclercq, avocate trans engagée depuis de nombreuses années auprès des minorités sexuelles à travers l'Association du Barreau canadien; Roger Leclerc, activiste et ardent militant pour la reconnaissance du mariage entre conjoints de même sexe. Enfin, Diane Labelle, militante autochtone bi-spirituelle. Les cinq ont participé, après les projections, à une discussion avec le public, nombreux, venu assister au lancement.

 

Bien sûr, des organismes, comme les Archives gaies du Québec ou encore les Archives lesbiennes du Québec qui depuis des décennies conservent les mémoires de nos communautés, organisent régulièrement des événements pour rendre visible cette mémoire, et la faire connaître auprès des plus jeunes. Avec ces 5 vidéos, déjà visibles sur les réseaux sociaux, la Fondation Émergence s'inscrit dans la même lignée, car à travers ces témoignages, se lit aussi la nécessité d'œuvrer pour une meilleure intégration et protection des minorités sexuelles. Des capsules à voir et à revoir qui illustrent le long chemin pour la reconnaissance légale et sociale et qui rendent hommage aussi à ses principaux acteurs et actrices.