Santé sexuelle

Chemsex et réduction des risques

Logan Cartier
Commentaires

Comme le chemsex comporte des risques, il est nécessaire — si vous en êtes adepte — de vous informer des dangers et des mesures à adopter pour une meilleure prévention. La culpabilisation n’ayant jamais protégé personne, voici quelques règles à prendre en compte pour réduire les risques… car s’informer ne nuit pas à la santé!

Protégez-vous le plus possible

Les drogues utilisées désinhibent complètement, altèrent le comportement et il devient difficile de vous contrôler. À cause de cela, le condom ne fait pas nécessairement toujours partie du décor. Il est donc recommandé si vous êtes séronégatifs d’utiliser la PrEP, le traitement préventif qui protège d’une contamination au VIH. Il est aussi recommandé de vous faire vacciner contre les hépatites A et B, ainsi que contre le papillomavirus. Par ailleurs, vous faire dépister régulièrement, au moins tous les trois mois, permet si un des tests revient positif, de vous faire traiter rapidement pour différentes infections sexuellement transmissibles, comme la syphilis, la chlamydia ou la gonorrhée. Enfin, pour empêcher la transmission du VIH si vous êtes séropositif, un traitement antirétroviral (TaSP) est essentiel.

Surveillez votre consommation

En vue d’une session de chemsex, il est conseillé de mettre à la disposition des participants un tableau afin d’inscrire l’heure et la dose de chaque prise pour être sûr de bien les espacer et d’éviter une surconsommation. Car à court terme, rappelons-le, il y a un risque de crise cardiaque, voire de coma. À l’heure actuelle, il est difficile de recenser le nombre de morts liés au chemsex, comme on ne réalise pas systématiquement une analyse toxicologique lors des décès… mais sachez que plusieurs cas de décès par overdose ont été recensés en Europe et aux États-Unis. Ce qu’on sait, c’est qu’à long terme, les risques d’hallucinations ou d’anxiété chronique sont assez grands.

Prenez garde à vous (et à votre corps)

Si vous vous injectez des drogues, prêtez attention à vos veines. Il ne faut surtout pas multiplier les injections au même endroit. Sinon, vous risquez de voir apparaître des plaies ou des abcès. Il est possible de contacter un service d’injection supervisée (SIS) — dont Cactus Montréal, Dopamine, L’Anonyme ou Spectre de rue —, qui propose d’ailleurs un accompagnement pour se piquer dans les meilleures conditions possibles. Par ailleurs, sniffer trop régulièrement des substances en poudre peut provoquer des nécroses de la cloison nasale. Il est donc préconisé de faire des breaks et d’alterner votre mode de consommation.

Connaissez-en plus sur le produit

Que ce soit sur internet ou dans la rue, acheter une drogue illégale présente des risques et pas que légaux. Il y a bien souvent une différence entre le produit que l’on pense acheter et celui qu’on obtient. Régulièrement, lorsque l’on analyse un produit, on remarque que le pourcentage de produits actifs n’est pas celui promis ou qu’il est mélangé à d’autres substances toxiques. Au Québec, il n’est pas encore possible d’analyser la qualité d’un échantillon de drogue, mais un projet de recherche de ce type est en élaboration actuellement (quand ce sera le cas, nous l’indiquerons dans la version en ligne de ce texte). Cela dit, vous pouvez vous procurer (entre autres via Kontak) des bandelettes qui peuvent indiquer si l’échantillon de drogue contient ou non du Fentanyl… Par ailleurs, vous pouvez consulter les sites psychoactif.org ou technoplus.org — des sites web en français — qui contiennent des informations utiles sur les différents produits (risques, effets, dosage, etc.) et vous indiqueront quelle molécule se dissimule derrière une appellation commerciale (par exemple, ce que l’on nomme Crystal, c’est de la méthamphétamine, une substance encore plus addictive que les amphétamines). Si vous n’avez pas le temps de faire des recherches sur le produit ou si vous êtes incertain de la qualité, il est recommandé de commencer par une très petite quantité et d’attendre un minimum de trois-quarts d’heure avant une nouvelle prise.

Ne partagez pas votre matériel

Si le chemsex se pratique à plusieurs, le partage du matériel, lui, est absolument à proscrire. Chaque participant doit avoir son propre matériel: ses seringues, ses pailles, sa pipe, etc. Cela est aussi valable pour les ustensiles de préparation, comme les coupelles. Le projet KontaK de ACCM distribue gra- tuitement des kits de shoot, d’inhalation et de sniff. Les kits sont disponibles en prenant rendez-vous avec les intervenants de KontaK (voir coordonnées ci-dessous). Les seringues doivent impérativement être stériles; il vous faut donc en changer après chaque injection. Le danger est la transmission d’infections sexuellement transmissibles et d’autres bactéries. Après utilisation, l’ensemble du matériel doit être jeté dans une bouteille en plastique pour éviter les blessures, et être apporté dans un lieu dédié.

Souciez-vous des autres

Si vous prenez part à du sexe à plusieurs, ce n’est pas pour ne s’occuper que de votre petite personne. Pensez donc à afficher des numéros d’urgence (911 en premier lieu) et à veiller au consentement de chacun. Et, finalement, n’oubliez pas de boire de l’eau pour vous hydrater régulièrement.

Urgences

Si vous ou l’un de vos proches avez besoin d’aide ou de soutien, les ressources suivantes offrent un service 7 jours/7 et 24 h/24:

Ligne Urgence dépendance du Centre de réadaptation en dépendance de Montréal 514 288-1515

Drogue: aide et référence Dans la région de Montréal 514 527-2626 / Ailleurs au Québec 1 800 265-2626

Autres ressources

Crystal Meth Anonyme

Vous pouvez intégrer le Groupe de discussion Crystal Meth Anonyme (CMA) qui se rencontre certains soirs dans le Village. www.cmamtl.org

KONTAK

KontaK par tel., texto ou email: [email protected] 514-941-SEXE (7393).

La Clinique médicale du Quartier latin

Le CMU du Quartier Latin peut être une bonne porte d’entrée pour débuter votre démarche, que ce soit pour un dépistage ITSS/VIH ou tout simplement pour discuter de votre consommation ou d’autres sphères de votre vie sur lesquelles le Crystal Meth a des répercussions. Du personnel qualifié saura vous orienter au besoin vers les bonnes ressources. Les consultations sont faites dans le respect et sans jugement. www.cmuql.com