Entrevue avec Gabriele Piazzoni

La situation en Italie vue de l’intérieur avec un angle LGBTQ

Collaboration Spéciale
Commentaires

Des experts en soins de santé, des scientifiques et des médecins regardent avec effroi ce qui se passe actuellement en Italie, espérant que cela ne se répétera pas au Canada.

Jusqu'à présent, plus de 115 000 Italiens ont été infectés par le virus et le pays a tragiquement perdu plus de 13 000 personnes, des chiffres époustouflants et déprimants. L'Italie est confrontée à de graves problèmes : une pénurie de personnel médical et d'équipement, à un nombre insuffisant de lits ou d'installations pour soigner les malades et à une augmentation alarmante du nombre de personnes infectées et de décès. L'économie de l’Italie est également bloquée depuis des semaines et ses citoyens resteront probablement isolés pour encore plusieurs semaines, voire des mois.

Pour avoir une vision directe de la vie en Italie, nous avons discuté avec Gabriele Piazzoni, secrétaire général d'Arcigay, la principale association LGBTQ du pays, qui, en plus d’être un lobby politique, supervise un grand nombre de services de soutien offerts localement et coordonne bien des célébrations de la fierté dans le pays.

Gabriele Piazzoni réside près de Bergame, une région superbe du pays, qui a servi de toile de fond au film Call Me By Your Name. Bergame et ses environs sont au coeur  de l'épicentre mondial du COVID-19, où officiellement plus de 1500 personnes sont décédées.

Merci de prendre le temps de répondre à mes questions. J’imagine aisément que ce que vous vivez est très difficile pour vous personnellement et pour les membres d'Arcigay. Comment allez-vous?

Heureusement, ma famille et moi sommes bien. Mon partenaire et moi sommes confrontés à la quarantaine ensemble et nous sommes en bonne santé, comme tous les membres de notre famille. L’ambiance générale est cependant très triste. Cette semaine, j'ai pleuré deux de mes amis, décédés après avoir été infectés par COVID-19. Beaucoup de connaissances et de voisins ont perdu des parents plus âgés. Car l'infection est bien pire chez les personnes âgées.

Pouvez-vous décrire ce que vous voyez et entendez sur les effets du virus?

La ville où j'ai grandi, Crema, est l'un des endroits les plus touchés par la pandémie. La zone rouge la plus importante en Italie se trouve à quelques kilomètres de là. Il est difficile d'imaginer la terrible situation à l'intérieur des hôpitaux, et si vous pouvez rester à l'extérieur et rester en bonne santé, vous êtes considéré comme chanceux.

J'ai des amis travaillant dans les hôpitaux qui m'ont dit à quel point les conditions étaient désespérées pour eux. Les hôpitaux consacrent toutes leurs ressources au traitement des patients infectés par COVID-19. Toute autre assistance médicale non urgente a été annulée ou retardée.

La conséquence la plus triste dans l’activité intense dans les hôpitaux est la pénurie d’équipements pour traiter les personnes infectées. COVID-19 provoque un syndrome respiratoire sévère qui nécessite un traitement approprié. Le nombre d'équipements dont disposent les hôpitaux n'est donc pas suffisant pour prendre en charge le nombre élevé de patients qui se présentent aux urgences avec des problèmes respiratoires. Cela oblige les médecins à établir des critères de priorité parmi ceux qui ont besoin d'une assistance immédiate et urgente et ceux qui peuvent attendre ou être transférés dans un autre hôpital. 

Arcigay est-elle en position de faire spécifiquement de quoi pour aider les personnes LGBTQ à faire face au virus, ou tout membre qui a été infecté par la Covid-19?

Arcigay a annulé toutes les activités collectives, réunions et réunions dans toute l'Italie, conformément aux dispositions des gouvernements. Tout ce que nous pouvons faire est de diffuser les recommandations du gouvernement parmi nos membres, tout d'abord de rester à la maison et d'éviter les interactions physiques avec les autres.

Les sections locales d'Arcigay organisent des activités en ligne pour informer et divertir leurs membres et leur permettre de socialiser, en utilisant les réseaux disponibles. Nous sommes conscients qu'en plus de l'impact négatif de la maladie sur la santé publique, les mesures de confinement laisseront une forte empreinte sur la socialisation au sein meme de la communauté.

Des millions de personnes sont désormais isolées à la maison. Et l'isolement affecte la communauté LGBTQ + d'une manière particulière, beaucoup d'entre eux vivant seuls. Les jeunes LGBTQ + qui vivent encore avec leur famille et qui sont toujours dans le placard, sans liberté d'expression, sont particulièrement préoccupants. Les pires cas sont les familles homophobes qui peuvent se révéler être de véritables prisons pour les personnes LGBTQ + forcées de rester à la maison toute la journée.

Nous faisons de notre mieux pour rester proches de nos membres avec les médias sociaux les plus répandus.

Certaines organisations LGBTQ ont averti que notre communauté pourrait être plus exposée au virus en raison du VIH et de la forte prévalence du tabagisme et aux nombre de partenaires occasionnels pour certains. Avez-vous trouvé que c'était le cas en Italie?

Les personnes LGBTQ sont exposées au même risque que le reste de la population. Cela dit, toutes les interactions physiques avec des personnes extérieures à notre maison ou notre famille doivent être évitées, y compris les rendez-vous sexuels occasionnels.

Les personnes séropositives pourraient être considérées comme des sujets immunodéprimés, donc vulnérables au coronavirus. Mais ça ne semble pas automatique : plusieurs personnes qui vivent avec le VIH et qui suivent correctement les thérapies, sont en bonne santé et n’ont pas plus de probabilités de souffrir de la maladie COVID-19 que d'autres.

Selon certaines informations, en raison du nombre élevé de morts et de l'isolement, il n'y a pas de funérailles pour les morts…

C'est triste, mais le rassemblement public de personnes, inclus également interdit les funérailles. Le nombre de décès quotidiens a considérablement augmenté et les cimetières ainsi que les hôpitaux sont sous pression.

À Bergame, l'une des villes les plus défavorisées, il a fallu compter sur l'aide de l'armée pour transporter des cercueils vers d'autres cimetières capables de s'en occuper. Les personnes moins fortunées qui ne survivent pas au virus ne peuvent pas être réconfortées par leurs proches et amis car elles sont isolées. La situation dans les hospices ou centres pour personnes âgées est également triste, où une fois que le virus est entré dans l'hospice, le taux de mortalité est particulièrement élevé.

Nos pays sont similaires et nous partageons les mêmes problèmes. Il est possible que les mêmes mesures de lutte contre le virus soient prises en Italie et aux États-Unis. Je veux dire le verrouillage total sauf pour les activités et services nécessaires. Aucun système de santé au monde ne peut faire face à une maladie qui nécessite un équipement spécifique, comme les appareils respiratoires pour chacun des cas d'infection. Pour cette raison, il est primordial d'arrêter COVID-19. Nous ne voulons pas pleurer des gens qui ne pourraient pas survivre faute d’équipement.


Comment les gens font-ils face à la dévastation? Qu'avez-vous vu qui vous a donné de l'espoir? 

C'est difficile d'être en quarantaine, d'être enfermé à la maison pendant des semaines. Quoi qu'il en soit, les gens veulent montrer leur détermination à surmonter ce moment, chanter sur les balcons peut être très utile pour se soutenir mutuellement. Bien que nous soyons fermés chez nous, nous ne sommes pas seuls. Les manifestations de solidarité et de charité sont partout. Certaines personnes aident les autres qui ne peuvent pas sortir en allant au supermarché et en leur apportant de la nourriture. De cette façon, les personnes âgées, pour la plupart, ne sont pas obligées de sortir et peuvent rester en sécurité à la maison. Beaucoup ont intensifié les connexions à distance avec des amis et des parents. Nous sommes plus en contact avec des amis éloignés maintenant qu'avant. Nous avons plus de temps libre pour appeler nos amis et leur poser des questions sur leur vie et leur santé. C'est également important de renforcer la solidarité entre nous et de partager les sentiments dans cette situation dramatique. 

Selon vous, le gouvernement italien gère-t-il la situation correctement? 

Il s'agit de la pire crise pour l'Italie après la Seconde Guerre mondiale. Lorsque tout sera terminé, il sera possible d'évaluer si les efforts du gouvernement ont été efficaces ou non. Les restrictions à la liberté des personnes sont toujours difficiles à accepter dans une démocratie, mais cela était sans doute nécessaire…

Le gouvernement vous a-t-il donné une indication sur le moment où la situation pourrait commencer à s'améliorer?

Les mesures adoptées jusqu'à présent seront en vigueur jusqu'en avril, mais il faudra continuer à appliquer les restrictions pendant une période bien plus longue. Ne pas savoir quand cette situation va prendre fin est ce qui fait le plus peur aux gens. 

Je crois que cette pandémie changera considérablement le monde. Cela changera nos interactions et nos relations sociales de manière importante. Il est trop tôt pour se lancer dans des pronostics, mais cela affectera nos économies et notre façon de voir le monde. La COVID-19 sera un tournant dans notre histoire. Il y aura un avant et un après.

Entrevue réalisée par Gio Bianchi