Coronavirus

Assouplissement des règles américaines concernant les dons de sang des hommes gais

Karl Mayer
Commentaires

Des 12 mois d'abstinence demandés aux hommes gais et bisexuels, on exigera maintenant que 3 mois. Un délai qui restera en place après le Covid-19.

Alors que la situation devient de plus en plus compliquée chez nos voisins du Sud face à l’épidémie de Covid-19 et que les besoins en sang vont grandissant, le gouvernement américain a annoncé le 2 avril l’assouplissement immédiat de la règle qui empêchait jusqu’alors la plupart des hommes gays de donner leur sang. Un changement attendu depuis longtemps et qui ne compromet aucunement la sécurité des dons. 

Depuis 2015, les hommes ayant eu des relations sexuelles avec des hommes dans les 12 mois précédents ne pouvaient donner leur sang aux États-Unis. Avant cette date, l’interdiction était à vie. Depuis le jeudi 2 avril, cette période d’abstinence est désormais réduite à trois mois, a indiqué l’Agence américaine des médicaments, la FDA.

La règle des trois mois s’applique également aux femmes ayant eu des rapports avec des hommes gais ou bisexuels, ainsi qu’aux personnes ayant reçu un tatouage ou un piercing, et à celles s’étant rendues dans un pays où le risque de paludisme est élevé. Auparavant, la règle des 12 mois s’appliquait aussi à ces groupes jusqu’au 1er avril.

Le changement peut se faire «sans compromettre la sécurité des stocks de sang», a déclaré Peter Marks, de la FDA, dans un communiqué. À la fin de l’épidémie, la règle des trois mois devrait rester en place, a-t-il précisé.

«C’est une victoire pour tous celles et ceux qui ont donné de la voix contre cette interdiction qui vise les hommes gays et bisexuels», s’est félicitée l’association GLAAD qui milite contre la discrimination des personnes LGBTQ aux États-Unis. L’organisation a salué cette décision qui «se base sur la science» et espère un jour voir toute période d’abstinence supprimée pour les donneurs LGBTQ. 

La pandémie a provoqué l’annulation de nombreuses collectes de sang, par souci de distanciation sociale sur les campus et dans les entreprises. La Croix Rouge américaine avait indiqué le 17 mars que 2700 collectes avaient été annulées depuis le début de l’épidémie dans le pays, et se retrouvait avec un manque de 86 000 dons.

Tant aux États-Unis qu’au Canada, des membres de la communauté gaie militent depuis longtemps pour levée de ce critère d'exclusion qu'ils jugent discriminatoire. « C’est une revendication, surtout, d’enlever ce stigma sur la communauté, mais également que les critères soient basés sur les pratiques et les comportements sexuels plutôt que sur l’orientation sexuelle.»