Covid-19

Finalement, les bars et restaurants auront droit aux aides gouvernementales

L'équipe de rédaction
Commentaires

Selon Radio-Canada, les bars, restaurants et autres établissements qui se voyaient refuser une aide gouvernementale en raison de la fameuse règle qui veut qu’on ne finance pas toute entreprise dont 50% des revenus sont tirés de la vente d’alcool seront admissibles au prêt de 40 000$ annoncé par le premier ministre Justin Trudeau et le ministre des Finances, Bill Morneau.

«Les restaurants et les bars pourront bénéficier de toutes les nouvelles aides que nous avons annoncées face à la COVID-19, y compris nos programmes de prêts [...] avec la BDC et EDC, a fait savoir Ryan Nearing, du cabinet de la ministre de la Petite entreprise Mary Ng, peut-on lire sur le site de Radio-Canada. 

Ce sont donc de bonnes nouvelles pour les tenanciers de bars et les restaurateurs qui pourront souffler un peu ayant déjà à souffrir de la fermeture de leurs commerces en raison du confinement et de la distanciation sociale.  

«L'une des exclusions qui s'appliquent en temps normal concerne en effet les entreprises qui tirent plus de 50 % de leurs revenus de la vente d'alcool. À situation exceptionnelle, mesure exceptionnelle : le fédéral va lever cette restriction, a-t-on confirmé à Radio-Canada vendredi», peut-on encore lire sur ce site.

Il y a quelques jours, l’indignation était grande chez les propriétaires de bars et de restaurants qui se voyaient refuser une aide précieuse en ces temps difficiles liés au coronavirus. Les diverses organisations représentant ces établissements étaient pratiquement sur le pied de guerre et une pétition avait été lancée au Québec recueillant, en quelques heures, presque 6 500 signatures. 

Sur Facebook, le président du conseil d’administration de la Société de développement commercial (SDC) du Village, Denis Brossard, était visiblement heureux écrivant uniquement «Yé !». 

«En somme, toute entreprise ou organisme à but non lucratif légalement constitué sera admissible, pourvu que sa masse salariale se situe entre 50 000 $ et 1 million $», indique Radio-Canada.

«[Le président de la Corporation des propriétaires de bars, de brasseries et et tavernes du Québec], Renaud Poulin, s'est réjoui de la décision du fédéral, qui permettra à plusieurs entreprises d'assumer leurs frais fixes et leurs charges sociales pour quelques mois. Les 40000 $, le maximum, ne pourra cependant suffire si la crise se prolonge», selon Radio-Canada toujours.

Ainsi, les casinos, les salons de jeu, les commerces liés à l’industrie du sexe et à l’industrie du cannabis seront aussi éligibles.